Vers l’analyse quantitative des conversations dans Sonal

D’une manière générale, le développement de Sonal suit un plan d’ensemble largement arrêté. Une longue liste de « choses à faire » m’attend et, au gré des disponibilités et de mes échanges avec les utilisateurs, j’avance consécutivement sur différents aspects du projet.

Et puis parfois, il y a des surprises; de très bonnes idées suggérées par les utilisateurs, qui me poussent à dévier un peu le programme de développement, ou, comme ici en l’occurrence, la découverte progressive des conséquences possibles de l’ajout d’une simple  fonction, l’ouverture involontaire d’un nouveau champ des possibles analytique.

Les alternances de parole comme nouvel objet de quantification dans Sonal

En l’occurrence, lorsque j’ai programmé la reconnaissance des balises de question dans la version 1.4.10, je l’ai surtout fait pour mettre en forme les questions dans la page de lecture, et pour permettre à terme leur traitement différencié dans l’analyse lexicométrique (à venir très bientôt). Lorsque Sonal rencontre une balise de locuteur qui termine par un point d’interrogation (Exemple : [>Enquêteur?]), il met en forme cette balise et le texte suivant d’une manière spécifique, jusqu’à ce qu’une nouvelle balise sans « ? » intervienne (voir ci-dessous).

Mise en forme spécifique des questions et des réponses dans la fenêtre de lecture

En faisant cela, je n’avais pas précisément pensé à ce que l’on pouvait tirer, d’un point de vue quantitatif, du repérage dans le texte des alternances des prises de parole entre questionneur(s) et questionné(s).

En y travaillant le week-end dernier, j’ai progressivement déroulé une chaîne de possibles assez passionnante en matière d’analyse quantitative des échanges entre interrogateur(s) et répondant(s) au fil d’un entretien. Puisque je sais trop combien l’inventivité est souvent l’autre nom de l’ignorance ou de l’amnésie, je m’abstiendrai de parler d’invention, mais je pense que ces fonctions risquent d’être bien pratiques.

En cliquant sur le bouton qui a cette apparence :

on pourra bientôt (dans la version 1.4.11 à paraître) avoir accès, pour un entretien donné, aux informations globales suivantes :

  • Nombre de questions et de réponses (il peut y avoir plusieurs répondants, comme dans l’exemple ci-dessous)
  • Longueur moyenne (en mots) des questions et des réponses
  • Ratio des questions et des réponses sur le nombre de mots de l’entretien
  • Nombre total de locuteurs dans l’entretien
  • Part relative (en % des mots) de chacun
Exemple de résultat d'analyse des échanges (projet)

Dans la partie inférieure du graphique ci-dessus, on peut voir un projet de formalisation des longueurs des prises de parole, qui demande encore à être améliorée.

Pour l’instant, l’axe des abscisses correspond à l’enchainement des interventions. Dans l’exemple donné, chaque intervention occupe un 420è (197 Q + 223 R) de la largeur de la page et les histogrammes sont d’autant plus hauts que la prise de parole est longue. La chronologie de l’entretien se déduit donc de la hauteur des histogrammes, ce qui peut être un peu perturbant. Une succession de questions/réponses courtes occupera beaucoup plus de largeur qu’une seule réponse, pourtant beaucoup plus longue en termes de durée.

Dans l’exemple ci-dessus, on peut voir que le premier tiers des échanges (pas forcément de l’entretien donc) est constitué de questions courtes et de réponses courtes entre l’enquêteur et « Madame ». Puis, dans le deuxième tiers, de plus longues interventions de la principale répondante sont visibles avant que, dans le dernier tiers, émergent de courtes prises de parole de « Monsieur » qui, on le voit, intervient beaucoup moins que sa femme, sans doute du fait d’une arrivée tardive.

Cette forme de représentation permet donc une appréhension assez rapide de la manière dont est structuré l’entretien, du point de vue des tours de parole. Je pense également proposer les mêmes informations sous forme de courbes afin de montrer la progression des temps de parole cumulés au fil de l’entretien.

Graphique des temps de parole cumulés (projet)

Dans l’exemple ci-dessus, on voit bien comment l’interrogateur et la répondante sont quasiment à égalité de temps de parole pendant une première partie de l’entretien, avant que les réponses s’allongent progressivement, introduisant un différentiel (normal et salutaire) entre interrogateur et le répondant sur la durée de l’entretien.

J’hésite encore sur la forme à donner, mais étant donné la complémentarité des histogrammes et des courbes, ces deux modes de représentation pourront être proposés en parallèle ou de manière optionnelle. Je vais également tâcher de donner à voir de manière intuitive le déroulé chronologique de l’entretien, mais ce n’est pas évident. Je cherche encore…

Apparaissent donc progressivement des espaces de quantification nouveaux, qui débouchent eux-mêmes sur des possibles analytiques qui restent largement à tester et à consolider, mais quiconque est familier des recherches par entretiens ne pourra que se montrer curieux face à cette objectivation possible des échanges. Sans fétichisme quantitatif, pouvoir se faire une idée générale de la « directivité » d’un entretien ou, dans le cas d’un corpus collectif, pouvoir repérer, autrement qu’à l’intuition, des « styles » d’interrogateurs différents (certains intervenant beaucoup et longuement, d’autres par de courtes incises) est quelque chose d’assez intéressant. A l’instar de l’analyse chronométrique, je vois d’abord ces fonctions comme un outil  réflexif, un moyen de mieux connaître ses propres pratiques d’enquête, mais on peut également s’en servir, bien qu’avec mesure, pour mettre au jour certaines constantes dans les entretiens.

On peut également envisager, en combinant ces fonctions à l’analyse débitmétrique (encore en développement), d’approcher d’une qualification des prises de parole selon une échelle de « fluidité » permettant de faire la différence entre les sujets sur lesquels la conversation est hachée (le locuteur parle lentement et l’interrogateur intervient souvent) et ceux où le répondant parle longuement, rapidement et sans relance. L’existence de variations à l’intérieur d’un même entretien (en fonction de la thématique, ou de l’avancée dans le temps) pourrait présenter un certain intérêt heuristique.

A suivre…

 


Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *