La version 1.7 de Sonal est en ligne

Quid novi?

La version 1.6 de Sonal n’a presque pas été documentée sur ce carnet, malgré la mise en ligne d’une dizaine de versions; par manque de temps surtout: la construction du nouveau site de l’AFS m’a un peu accaparé et, si j’ai continué à développer Sonal, je n’ai vraiment pas trouvé de temps pour expliquer ce que je faisais; par prudence également: les grosses nouveautés n’étaient pas encore tout à fait stabilisées. J’ai donc attendu un peu avant de parler de ce qui avait changé dans Sonal. Avec la sortie de cette version 1.7, il est temps de lever le voile.

Petit tour d’horizon des nouveautés :

Le travail des documents textuels

C’est une petite révolution à l’échelle du développement de Sonal, dont le nom évoque directement le travail à partir de supports sonores. Celui-ci s’ouvre dorénavant à l‘indexation thématique des documents textuels. C’est un détour de quelques années qui se termine puisque, pour la petite histoire, c’est en voulant développer un Caqdas de type textuel que j’en suis venu à opter pour le découpage direct de la bande et que, de fil en aiguilles, la méthode d’encodage de Sonal a vu le jour. Si je n’ai pas travaillé plus tôt à la construction d’un outil textuel, c’est que les options prises pour travailler le son s’avèrent contraignantes lorsqu’il s’agit de passer au texte. Dans la plupart des Caqdas, même gratuits, l’indexation est généralement proposée au caractère près, et sur plusieurs couches. Or, la logique d’encodage de Sonal ne permet pas de travailler si finement; il lui faut des extraits, des chapitres en somme, et que ceux-ci soient contigus mais non superposés. Ce n’est pas forcément très intuitif pour traiter du texte mais,  j’ai dû opter pour une solution simple qui consiste à contraindre le matériau textuel à se conformer aux standards de codage imaginés pour le son, afin de pouvoir intégrer du texte seul, comme incognito dans la base de données.

La conversion des coordonnées en percentiles.

La question incontournable est celle des coordonnées. Sonal s’attend à ce qu’on lui dise : l’extrait s’étend de telle seconde à telle seconde. Que mettre à la place? La réponse est logique: la position en mots, ou en caractères, rapportée à la longueur totale du document. J’aurais pu opter pour une position en valeur absolue, mais le nombre de mots potentiels dans les textes aurait pu amener à déterminer des coordonnées fictives susceptibles de ralentir le logiciel : (Un document de 10000 mots aurait une durée « fictive » de 2h40). Le plus simple était donc de ramener la durée en pourcentages, ou plus précisément en millièmes. A sa création, l’extrait global a donc une durée fictive de 999 secondes et, lorsqu’un extrait est découpé, ses coordonnées de début sont déterminées en se basant sur la position du mot dans le texte.

L’encodage est sauvegardé dans un fichier rtr, comme les retranscriptions.  Sonal prend ensuite la portion de texte comme n’importe quel autre extrait et pour le reste, tout marche strictement à l’identique, à l’exception des analyses qui reposent sur la mesure des temps, dans lesquelles les documents textuels ne sont pas pris en compte.

Ajouter un document texte

L’ajout peut se faire soit via le menu « entretiens » de la page de corpus

Soit directement avec le bouton ci-dessous.

La boite de dialogue qui s’ouvre va vous permettre de pointer sur le fichier texte que vous souhaitez importer. Celui-ci peut être au format *.doc, *.docx ou txt. Si vous n’avez pas Word, je vous recommande de faire un export au format texte brut depuis votre traitement de texte (si votre fichier porte une extension word, Sonal essayera d’ouvrir directement Word pour dialoguer avec lui et risque de planter s’il ne le trouve pas).

Une fois le document sélectionné, celui-ci est ajouté au corpus, sous une forme qui ne diffère en rien de celle des enregistrements. Au chargement d’un entretien au format texte, celui-ci est considéré comme un seul long extrait, comme si on avait ajouté une bande muette:

On remarque cependant une différence : à l’extrémité droite du fichier, il n’y a pas de petit bouton play, seulement le bouton de lecture textuelle, et pour cause, il n’y a rien à lire.

Ouvrir la liseuse de documents

Le clic sur le bouton de lecture ouvre une page qui ressemble beaucoup à la liseuse (ci-dessous). La principale différence se situe dans la représentation globale de l’entretien, qui figure la nature textuelle du matériau, avec des pages juxtaposées latéralement, au lieu du spectre sonore.

En cliquant sur les pages, on progresse dans le document.

La plupart des fonctionnalités sont reprises depuis la page de lecture habituelle. Depuis cette nouvelle page, vous pouvez pareillement modifier la thématisation, éditer le contenu des extraits, exactement comme dans la liseuse, en cliquant sur les coordonnées de l’extrait ou sur le gros « plus » à gauche de la bordure. Je vous dissuade cependant d’effacer ou d’ajouter de trop grandes parties de textes à l’intérieur de documents déjà encodés car cela risque de perturber le calcul en millièmes de la position des extraits et Sonal risque de vous embêter avec des histoires de coordonnées des extraits. Encodez donc des documents finalisés, ou qui ne nécessitent que des petites retouches.

Chapitrer les documents

Pour encoder vos documents, il s’agira ensuite, comme dans la resynchronisation, de placer des bordures d’extrait dans le texte comme autant de fractures thématiques. Du premier extrait global on fait d’abord deux extraits, puis trois, et ainsi de suite.

Pour placer un point de partition, qui débute une portion thématique, on peut cliquer sur le bouton « couper » en haut de page, qui se mettra à clignoter, ou directement faire un clic droit sur le mot voulu. Quand le mode « coupage » est activé, le curseur prend alors la forme d’une paire de ciseaux, avec des bordures d’extraits fictives. Il suffit de cliquer à nouveau sur « couper » pour en sortir.

En cliquant sur le mot, vous scinderez l’extrait courant en deux parties.

Les extraits apparaîtront d’une manière qui, tout en restituant la verticalité propre au texte, conservera la latéralité de l’encodage, comme s’il s’agissait d’une bande. Pour le voir, il vous faudra  choisir une première thématique, comme dans l’exemple ci-dessous.

Logiquement, l’extrait que vous venez de débuter s’étire jusqu’à la fin du document, car vous vous êtes contenté de scinder l’extrait global, il vous faudra donc placer une nouvelle bordure à la suite pour définir la fin de l’extrait que vous venez de commencer. En affectant « Pas de thématique » à l’extrait suivant, on peut laisser la suite de l’entretien vierge de tout codage, jusqu’à la déclaration d’un nouveau début d’extrait :

C’est donc en ajoutant successivement des bordures et en jouant avec les thématiques que vous encoderez votre entretien, soit de manière continue, soit en repérant certains passages disjoints. Il vous faudra jongler avec une logique d’encodage un peu particulière, héritée du travail du son, qui s’écarte de ce que proposent la plupart des caqdas, mais qui permet finalement de tout faire assez simplement.  Par la suite, les extraits créés seront interprétés exactement à l’identique des entretiens enregistrés, à ceci près que Sonal ne vous proposera normalement pas de les lire et qu’ils ne compteront pas dans les analyses chronométriques.

Un document encodé aura en gros cette apparence :

Vous noterez la présence de bandes verticales à droite du texte, qui rappellent la ou les thématiques associées au passage lu. C’est joli mais cela ralentit le chargement. Ce pourquoi je ne l’ai pas encore implémenté dans la liseuse traditionnelle pour l’instant. Il faut également savoir que la représentation graphique des extraits en pages est un peu plus longue à charger que celle associée aux bandes. Pour éviter de trop ralentir Sonal, elle n’est pas encore utilisée dans le corpus. Les documents y sont représentés comme les bandes.

Une synthèse éditable, pondérable et sauvegardable

Si vous êtes utilisateur de Sonal, je pense qu’il vous est déjà arrivé de vouloir corriger une coquille dans un extrait, que vous auriez repérée dans la synthèse. Jusqu’ici, il vous fallait rouvrir l’entretien duquel était issu l’extrait, retrouver ce dernier, et le modifier. C’était un petit peu contraignant. Permettre l’édition des extraits directement depuis la synthèse fait partie des choses que je voulais faire depuis très longtemps et sur lesquelles je butais, pour des raisons d’ailleurs injustifiées : ce n’était pas grand chose au niveau de la programmation et c’est un plus énorme dans l’utilisation du logiciel.

Lorsque vous accédez à un extrait dans la synthèse, vous pouvez donc dorénavant l’ouvrir et modifier son contenu textuel, sa thématisation et ses mots-clés.

L’édition d’un extrait se fait avec le bouton « + » situé à droite du bouton play (voir ci-dessous). Vous pouvez également taper « entrée » sur votre clavier après sélection d’un extrait.

Vous pouvez également « pondérer » le contenu des extraits, ou modifier la pondération existante, comme dans la liseuse ( ce qui n’était pas possible dans les versions 1.6).

Vous pouvez également renseigner les variables de la base de données directement depuis la synthèse, comme d’ailleurs dans toutes les pages d’édition (voir plus bas) :

La synthèse n’est donc plus seulement, comme par le passé, un outil voué à l’export sélectif des données, mais devient un outil de travail des matériaux qui peut faire gagner beaucoup de temps. C’est particulièrement utile lorsque l’on veut, par exemple, revenir sur un codage ou des mots clés dans plusieurs extraits partageant certaines caractéristiques.

La sauvegarde des synthèses

Il est dorénavant possible de sauvegarder les synthèses que l’on a réalisées dans Sonal :

La synthèse sera ensuite disponible pour être rouverte plus tard:

Attention, c’est une mémorisation relative qui est sensible au découpage. Concrètement, le logiciel mémorise la position des extraits et leur entretien d’origine et se contente d’aller y puiser le contenu voulu. Si vous redécoupez les entretiens après enregistrement de votre synthèse, Sonal risque de ne plus retrouver tous les extraits.

L’ajout d’entretiens multiples

Lorsque l’on construit son corpus, on peut avoir à ajouter d’un coup beaucoup d’entretiens. Il est parfois un peu fastidieux de devoir repasser par le menu « ajouter un entretien », rechoisir le format *.mp3 etc. Pour gagner du temps, on peut dorénavant ajouter en une fois un grand nombre de bandes. Le menu « entretiens, ajouter plusieurs entretiens » permet d’accéder à une liste de tous les fichiers son ou texte présents dans le dossier du projet, ce qui veut dire que vous devrez au préalable coller toutes vos bandes à côté du fichier corpus du projet avant d’utiliser cette fonction. Les entretiens sélectionnés seront tous ajoutés consécutivement.

L’accès aux caractéristiques des entretiens depuis les fenêtres d’encodage.

Une fenêtre accessible d’un peu partout permet maintenant de renseigner la base de données au sujet d’un entretien donné. On a vu plus haut comment y accéder depuis la synthèse. Depuis les autres pages, le bouton est situé à droite de la page et a cette apparence :

ou celle-ci, dans les pages « claires »

Comme partout, il suffit de rentrer les valeurs voulues dans les cases si elles ne figurent pas dans la liste et de valider. On peut même ajouter des variables en cliquant sur le petit plus à gauche de la croix qui permet de fermer la fenêtre. Là aussi, c’est potentiellement beaucoup de temps de gagné.

Une version pour les musiciens

Enfin, une petite nouveauté de pure forme. Sonal est bâti autour du travail des entretiens enregistrés. La terminologie de ses fonctionnalités renvoie directement à cette destination première – on y parle partout d’entretiens -, mais il n’échappe à personne que la logique d’encodage peut s’appliquer à n’importe quel type d’enregistrement.

J’ai un ami – que dis-je? un frère! il se reconnaîtra- , qui joue de la basse et qui devait apprendre un répertoire de 140 morceaux très rapidement pour rejoindre un orchestre de reprises. Il n’avait pas chaque morceau pris séparément mais des enregistrements de concerts de plusieurs heures dans lesquels les morceaux originaux étaient parfois transposés ou réarrangés, ce qui lui interdisait d’utiliser les morceaux originaux pour travailler.

L’utilisation de Sonal comme outil de repérage des différents morceaux, d’indexation des différents styles et des noms d’artiste, est apparue particulièrement adaptée dans son cas. En encodant les bandes au fil de l’écoute (« à la volée »), il lui devient en effet possible de retrouver rapidement, et de retravailler les différents morceaux. En éditant les extraits depuis la synthèse (cf. plus haut), il peut même entrer les accords du morceaux en guise de retranscriptions, et les formater de telle sorte qu’ils soient aisément lisibles (exemple ci-dessous). Rien n’interdit non plus de placer des points de synchronisation, comme par exemple ci-dessous au niveau du « pont ». La synchronisation peut donc aussi être utilisée pour lier une tablature et une bande sonore.

Pour que le nom des fonctionnalités du logiciel soient plus adaptées à son usage particulier, une « traduction » de Sonal en langage musical a donc été ajoutée. Pour traduire Sonal en musicien, ou en mélomane, il faut choisir et cliquer sur « Français (musique) » dans le menu de traduction qui s’ouvre au lancement du logiciel. Les corpus sont des « projets », les entretiens s’appellent « enregistrements », les thématiques sont des « styles » et la synthèse est dénommée « Compil », faute de mieux.

Voilà, ce sont les nouveautés les plus importantes. Pour le reste, la version 1.7 apporte quelques correctifs importants par rapport aux différentes versions 1.6. En écartant les questions de l’analyse lexicométrique, j’avais notamment fait une petite erreur qui faussait potentiellement les résultats. Par exemple,  le dénombrement des occurrences des mots lemmatisés n’était pas conforme au total . Si vous utilisez les analyses lexicométriques, la mise à jour est donc impérative. Il y avait aussi potentiellement des problèmes avec l’enregistrement des entretiens directement dans Sonal. J’ai corrigé deux trois choses. Cela vaut la peine de réessayer si vous avez eu des problèmes avec les toutes dernières versions.

Je vais maintenant travailler à appliquer aux corpus entiers les outils d’analyse des échanges et de débitmétrie qui ne sont pour l’instant disponibles qu’entretien par entretien.  A suivre…


Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

3 réflexions au sujet de « La version 1.7 de Sonal est en ligne »

  1. Merci beaucoup pour la nouvelle version excellent excellent :-), je n’utilise pas toutes les fonctions loin de là mais votre programme est vraiment excellent merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *