Du nouveau dans l’analyse quantitative des échanges

J’ai eu la chance de pouvoir participer en juin aux journées d’étude consacrées aux usages de la lexicométrie en sociologie. J’ai profité de l’occasion pour présenter rapidement le projet Sonal et pour approfondir certaines pistes analytiques que le logiciel ne faisait jusqu’ici qu’entr’ouvrir (analyse des échanges et des débits). C’était une expérience assez enrichissante. A vrai dire, je m’étais engagé à parler de fonctionnalités qui n’étaient pas encore implémentées. Or, avec la préparation du congrès de l’AFS, j’ai manqué de temps pour développer les interfaces voulues.

J’ai donc dû travailler d’arrache-pied pour implémenter les fonctionnalités d’analyse globale des échanges (on pouvait jusqu’ici le faire entretien par entretien) en prévision de ma présentation. Je suis parvenu à stabiliser rapidement de premiers outils de décompte des propriétés des interventions pour faire quelques démonstrations mais, en cherchant à représenter graphiquement les interventions décomptées (en articulant longueur et débit), je suis finalement entré en territoire inconnu et j’ai ouvert une nouvelle étape du développement de Sonal, beaucoup plus fondamentale que je ne l’imaginais.

AQE

Développer un outil d’analyse quantitative des échanges m’a amené à prendre conscience qu’une approche quantitative de la dynamique des entretiens ouvrait sur une nouvelle échelle de segmentation des matériaux qui recèle ses propres enseignements et appelle ses propres outils. Il ne s’agit plus d’analyser des « passages » contenant des questions et des réponses mais bien de placer la focale sur les seules questions ou réponses, en cherchant à tenir compte de leurs caractéristiques morphologiques (nombre de mots, durées en secondes) dans l’analyse. Analyser ainsi les longueurs et les durées moyennes des questions et des réponses en fonction des (types d’)interlocuteurs et des sujets donne à voir des dimensions généralement invisibles dans l’analyse sociologique des entretiens. Pour le dire simplement, toutes les prises de parole collectées dans une campagne d’entretiens ne peuvent pas être considérées comme également heuristiques pour la recherche, tout particulièrement si l’on compte les utiliser à des fins lexicométriques. L’analyse quantitative des échanges, en tenant compte à la fois de la longueur mais aussi de la vitesse relative des réponses (débit en mots/minutes) permet d’objectiver le fait que sur certains sujets, il faut parfois « tirer les vers du nez » des répondants là où à d’autres moments, ils frisent la logorrhée; que certains sujets appellent des réponses en moyenne plus longues et plus rapides que les autres, indépendamment de l’interrogateur ou des caractéristiques du répondant. On peut voir ci-dessous un exemple de sujet qui suscite des réponses plus longues et plus rapides que la moyenne.

AQE(filtre)

C’est une échelle implicite d’appréciation des matériaux qui sort de l’ombre et oblige à une réflexion beaucoup plus profonde sur le traitement des entretiens. J’ai ainsi constaté que la morphologie des réponses renseignait indirectement sur l’intérêt de l’interrogateur pour les propos tenus. Si une réponse est très longue, c’est potentiellement que l’interrogateur s’est abstenu de la couper ou de la recadrer, ce qui va généralement de pair avec une bonne adéquation au guide d’entretien. Analyser prioritairement les interventions les plus longues peut donc avoir une certaine pertinence.  Ce ne sont là que de premières intuitions mais on ne peut exclure que ces dénombrements revêtent à terme un certain intérêt dans le cadre de dépouillements de corpus. Je prépare actuellement plusieurs textes sur ces questions.

Bien que je ne puisse préjuger de l’utilisation effective de tels outils par mes collègues, je dois avouer que je suis assez enthousiasmé par ce travail de conception et de développement, même si l’interface d’analyse revient largement à développer un logiciel dans le logiciel, ce qui retarde la sortie de la version 1.8. Pour la première fois, j’ai l’impression de partir de zéro, car ces outils s’appuient pleinement sur les fonctionnalités de synchronisation de Sonal, qui sont assez spécifiques. J’ai hâte de pouvoir partager les raisons de cet enthousiasme…

à suivre…

 

 

 


Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *