Archives de catégorie : analyse chronométrique

Analyser un corpus Sonal 4/5 – L’analyse chronométrique

Ce quatrième billet de la série en cours présente les différentes méthodes pour analyser les corpus Sonal d’un point de vue chronométrique.

Exemple d'analyse chronométrique (exportée depuis Sonal 1.4.7)

A quoi sert l’analyse chronométrique?

L’analyse chronométrique vous permet d’étudier les temps de parole consacrés aux différentes thématiques de votre corpus. En analysant le temps passé sur chaque sujet, elle répond à la question de savoir qui parle de quoi, et pendant combien de temps?  Ces informations peuvent être précieuses pour déceler ou confirmer de grandes tendances dans la propension des différents types de répondants à parler de différents sujets.

Le système d’encodage de Sonal, qui repose sur le découpage de la bande en portions thématisées, débouche très logiquement sur le décompte des temps de parole. Cette approche se cumule idéalement avec une approche lexicométrique, mais, dans le cas d’un corpus encodé mais non retranscrit intégralement, elle peut présenter un premier outil de synthèse avant approfondissement qualitatif.

Avertissement préalable : encoder n’est pas prouver

Bien qu’exprimés sous forme de chiffres, les résultats de l’analyse chronométrique ne doivent pas jouir d’une présomption d’objectivité disproportionnée. Le recours à un codage réflexif sert plus à tester des schémas interprétatifs ou à interroger ses propres pratiques, qu’à démontrer quoi que ce soit de manière irréfutable. Il faut bien comprendre que l’encodage thématique, lorsqu’il est l’objet d’une analyse compréhensive basée sur la relecture ou la réécoute des extraits retenus, représente un moindre risque d’abus interprétatif que l’analyse globale des temps de parole qui est proposée ici. Donc, même si la quantification présente une efficacité synthétique séduisante, il faut tenir compte du fait que son objet premier (un temps de parole consacré à un thème) doit être étudié avec mesure :

La première question est logiquement celle du rôle joué par l’interrogateur. Selon l’intensité des relances, l’intérêt manifesté auprès de l’enquêté, le répondant se sentira plus ou moins invité à approfondir certaines réponses. Dès lors, le temps passé sur un sujet par un répondant quantifie certains attributs d’une interaction sociale, plus que la propension « naturelle » des répondants à s’épancher sur un sujet donné. Cela n’implique cependant pas que les dispositions à s’exprimer sur un sujet soient réparties de manière homogène dans la population, mais il faut garder un certain recul par rapport aux résultats.

Une autre difficulté tient – comme dans tout codage réflexif – à la pluralité des dimensions abordées dans une seule et même prise de parole. Au-delà des incises plus ou moins fréquentes qui entremêlent les sujets, il est rare que les personnes ne parlent que d’une et une seule chose à la fois. Les répondants sont souvent « à cheval » sur plusieurs thématiques. Il est vrai que de ce point de vue, Sonal présente quelques faiblesses, car le système d’encodage ne permet pas (encore) d’affecter deux thématiques à un extrait, ce qui est évidemment limitatif. On peut toutefois, depuis la version 1.4, superposer plusieurs « couches » d’extraits, ce qui peut permettre pallier en partie ce problème. Cette fonctionnalité est cependant encore en test. Lorsqu’elle sera consolidée, un tutoriel plus détaillé sera publié.

Réaliser une analyse chronométrique dans Sonal

Pour accéder à l’analyse chronométrique, il suffit de cliquer sur le bouton « Chrono », disponible dans la page de corpus.

Apparaît alors, sous forme de graphique circulaire, la place des différents sujets dans le corpus.

Page d'analyse chronométrique

Si tous vos extraits sont actifs, les chiffres affichés concernent l’ensemble du corpus. Sinon, des panneaux latéraux vous permettront de prendre connaissance des critères de filtrage, qui sont transversaux aux fonctions d’analyse.

Vous disposez de plusieurs informations  :

  • le temps total de bande
  • la durée totale des extraits et le pourcentage de la bande encodée (celui-ci peut excéder 100% en cas de superpositions d’extraits)
  • le nombre d’extraits

Le graphique circulaire peut être exporté en utilisant le bouton « Export image » qui vous permettra d’enregistrer l’image (au format Bitmap) au nom et à l’emplacement voulus. C’est à peu de choses près une copie d’écran.

Exemple d'analyse thématique produite par Sonal 1.4.7

Pour l’analyse d’un entretien donné, ou d’un type d’entretien, utilisez les boutons de filtrage (voir le premier billet de la série). Les panneaux (thématiques, entretiens, variables) vous permettront d’affiner vos analyses.

Analyse chronométrique incluant un filtre basé sur les thématiques et sur les variables

Cette méthode se borne à une analyse locale qui ne permet pas à proprement parler de comparaisons. Vous pouvez évidemment alterner les filtrages pour repérer visuellement les variations entre entretiens ou types d’entretiens, mais ce n’est pas forcément très pratique. Des améliorations de l’interface sont en cours. D’ici là, la meilleure solution pour analyser les temps de parole, c’est encore d’exporter les résultats pour travailler hors de Sonal.

Approfondir l’analyse : exporter au format *.Xls ou Trideux

Pour aller un peu plus loin, vous pouvez commencer par exporter les données chronologiques dans Excel ou dans n’importe quel tableur, en cliquant sur « Export vers tableur ».

Export vers Excel de l'analyse chronométrique

NB : L’export tient compte de vos filtrages.

Les renseignements exportés dans le tableur sont les suivants :

  • Rappels des entretiens filtrés (éventuellement)
  • Durée et pourcentage des différentes thématiques (vous pouvez donc refaire vos propres graphiques hors de Sonal)

Puis sont proposés plusieurs tableaux croisés :

  • Place des différentes thématiques dans chaque entretien
  • Place des différentes thématiques en fonction des types d’entretiens (autant de tableaux que de variables)

Ces tableaux sont déclinés à chaque fois en secondes, en pourcentages en lignes et en pourcentages en colonnes :

  • Le tableau des secondes vous permettra de faire vos propres graphiques à partir des données brutes,
  • le tableau des pourcentages en lignes vous permettra de répondre à la question de savoir qui consacre quelle part de son temps de parole aux différents sujets, en comparant éventuellement chaque sous-population à la moyenne,
  • le tableau des pourcentages en colonnes apporte l’information complémentaire : dans quelles populations se concentrent les interventions sur un sujet donné.

Travailler des données chronométriques dans Trideux

Pour aller beaucoup plus loin, vous pouvez également opter pour un export vers le logiciel Trideux de Philippe Cibois, qui permet un travail de dépouillement beaucoup plus fin. Vous devrez évidemment installer Trideux sur votre machine.

L’export vers  Trideux repose sur une astuce : Sonal crée une base de données qui, au lieu de contenir des individus en ligne, contient des unités de temps de parole (des secondes ou  des minutes), auxquelles sont conférés les attributs des extraits desquels elles sont issues, c’est à dire à la fois une thématique et des caractéristiques liées à l’entretien.

Par exemple, un extrait de 10 secondes sera converti en 10 lignes successives et identiques qui auront toutes les mêmes attributs, ceux de l’extrait et ceux de l’entretien dont il est issu.

Les unités de temps peuvent ensuite faire l’objet d’une analyse similaire à celle qui serait produite à partir de réponses individuelles.

Voici comment vous y prendre : il faut d’abord choisir entre deux unités de temps : les minutes ou les secondes. En cliquant à droite du bouton « Export Trideux », vous afficherez un menu déroulant dans lequel vous pourrez choisir entre les deux unités.

Le travail en secondes est évidemment préférable mais si votre corpus dépasse par exemple une centaine d’heures de bandes, votre base contiendra 360 000 événements, ce que Trideux peut gérer, mais au prix d’un ralentissement significatif. Si vous travaillez en minutes sur un corpus court, la précision sera mauvaise car les valeurs sont discrétisées (arrondies à la minute supérieure) pour des raisons logiques (on ne peut pas ajouter 2,5 lignes à une base de données).

Le changement d’unité implique évidemment que tous les indicateurs statistiques fournis par Trideux sont à utiliser avec prudence. Par exemple, selon que vous travaillerez en minutes ou en secondes, le khi² de vos tableaux pourra varier de 1 à 60 et, en fonction, être ou non significatif.  

En cliquant ensuite sur le bouton Export trideux, vous lancerez l’écriture d’une base lisible par Trideux. Elle sera située dans le dossier du projet, dans un sous dossier nommé « Trideux\ ». La base créée portera le nom du corpus, suivi de « (Min)1 » « ou de « (Sec)1 » selon l’unité choisie.

Création d'une base Trideux à partir des données chronométriques

La base contient pour premières variables les thématiques et les entretiens du corpus. Puis les différentes variables de votre base de données.

(se) Lancer (dans) Trideux

La version actuellement disponible de Trideux (5.1) ne permet pas encore le démarrage automatique du logiciel après export. Pour l’instant, il faudra lancer Trideux et l’initialiser sur le fichier Tri2.ini qui est situé dans le dossier Sonal. Pour cela, lancez le logiciel, cliquez sur le menu « fichier de démarrage » dans la page principale, puis, sur « Chercher Tri2.ini ». Pointez sur le fichier que vous venez de créer, cliquez sur « ouvrir » et vous voilà arrivés dans la base.

Une fois dans Trideux, toutes les fonctionnalités du logiciel vous sont accessibles.

Vous pouvez par exemple accéder, via le bouton Tri à plat,  à une représentation en barres des temps de parole consacrés aux différentes thématiques, de la durée des différents entretiens ou le temps total par catégorie de répondant.

Tri à plat des thématiques (dans Trideux)

Pour étudier plus en détail les résultats de votre tri à plat, vous pouvez utiliser l’explorateur de données, qui vous permettra, de manière intuitive, de « creuser » vos catégories à la manière de poupées russes.

Dans l’exemple ci-dessous, les données sont tirées d’un corpus d’entretiens exploratoires réalisés par des L2 de sociologie de l’Université F. Rabelais, en vue de la réalisation d’une enquête par questionnaire. Les entretiens, relativement courts, ont été encodés thématiquement et annotés, avant d’être redistribués sous forme de corpus audio aux étudiants. En parallèle, chaque entretien s’est vu qualifier par quelques variables (sexe, âge du répondant, sexe de l’enquêteur etc…), ce qui a permis d’avoir une vue globale de l’échantillon, et d’étudier les variations du contenu des entretiens selon les caractéristiques de l’enquêté comme de l’enquêteur. Dans l’exemple ci-dessous, on étudie la place des thématiques dans les entretiens réalisés par des enquêtrices, selon qu’elles interrogeaient des étudiantes ou des étudiants.

Fenêtre d'exploration de données

La fenêtre de tableau croisé graphique vous donnera la possibilité  de réaliser ce genre de croisements, mais de manière plus systématique. La représentation graphique des PEM agissant comme un stimulus pour vous permettre de repérer rapidement les cases contenant des écarts à la moyennes intéressants.

Tri croisé graphique (Trideux)

***

Le prochain billet, cinquième et dernier de la série, présentera les fonctions d’analyse « débitmétrique », qui  vous permettront de vous pencher sur le débit moyen (en mots/minutes) de vos interlocuteurs. Cette fonctionnalité, dont on peut avoir un aperçu dans la fenêtre de lecture (le bouton le plus à droite en haut de page) doit cependant être approfondie avant présentation. Il ne faut donc pas être trop pressé…

 

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website