Archives de catégorie : Mises à jour

Vous trouverez dans cette catégorie la liste des différentes mises à jour de Sonal et ce qu’elles apportent de nouveau.

Les nouveautés de Sonal 2.0

Il y a longtemps que je n’avais pas donné de nouvelles du projet. Plus d’un an de silence! Un an de silence ne veut pas dire un an sans travailler. Au contraire. J’ai repris un très grand nombre de choses dans le logiciel en vue d’une version 2.0.  Le changement des chartes de codage, notamment, obligeait à ne publier cette version qu’après finalisation. C’est presque fini. Il ne me reste plus qu’à mettre à jour le mode d’emploi pour une publication définitive, ce qui n’empêche pas de télécharger et d’essayer le logiciel dès maintenant.

Ce billet entend faire le point sur ce qui a changé, car la version 2.0 à paraître constitue une refonte presque intégrale du logiciel.

Une nouvelle charte graphique

  •  A la demande récurrente de nombreux utilisateurs, j‘ai un peu éclairci le logiciel, qui n’est plus noir mais tire aujourd’hui plus sur le gris. J’ai également repris tous les boutons pour qu’ils « répondent » au survol et au clic.Corpus V2
  • La plupart des fenêtres et des panneaux latéraux sont dorénavant redimensionnables et les fenêtres peuvent être déplacées (pour un travail sur plusieurs écrans). Les redimensionnements sont pour la plupart mémorisés entre deux utilisations.
  • Les intercalaires thématiques et d’entretiens

Il est dorénavant possible de placer dans les listes des thématiques et des entretiens des séparateurs (ou intercalaires) qui permettent de les regrouper par « famille ». Les familles réagissent collectivement. On peut activer ou désactiver toutes les thématiques ou tous les entretiens d’une famille  et les afficher ou les dissimuler solidairement.  Cela a le mérite de simplifier l’affichage des très grands corpus.

intercalaires

 

  • Le coloriage des entretiens. Cela pourrait relever de la pure coquetterie mais à l’expérience c’est assez pratique. Vous pouvez dorénavant affecter une couleur spécifique à chacune de vos pistes. C’est un moyen par exemple de distinguer les différents types de documents, ou de signifier la progression dans le codage etc…couleur

De nouvelles fonctions de codage

  • Il n’y a plus qu’une interface de codage des entretiens. Cette page s’appelle « page de codage ». Elle intègre en fait les fonctionnalités de la page d’écoute dans la page de lecture. On peut donc y découper les extraits de manière très libre (avec toutes les options de l’ancienne page d’écoute) et retranscrire les entretiens (avec toutes les options de l’ancienne page de lecture).

CodageCodage V2Les utilisateurs de Sonal ne devraient pas être trop déroutés mais il me reste à documenter tout cela pour les nouveaux.

  • Une nouvelle méthode de dictée est disponible (dictée dite « manuelle »). C’est une solution intermédiaire entre la dictée fixe et la dictée automatique. La durée des portions de dictée est définie par l’utilisateur, qui doit valider une première fois avec entrée pour définir la fin de la portion. Puis revalider pour passer à la suivante (dont il faudra définir la durée en refaisant entrée et ainsi de suite…). Il faut utiliser « entrée » deux fois plus souvent mais c’est une méthode assez efficace à l’usage.

DictManu

  • La saisie des tags est – enfin – semi-automatique.

TagsAutoClassiquement, quand un tag a été enregistré une fois pour un extrait, il est proposé ensuite à la saisie. Cela évite les coquilles et permet de réduire la variété des tags. Cela manquait

De nouveaux formats d’export

  • Les entretiens peuvent être exportés en Html5. Dans ce format, lisible par les navigateurs web, on a à la fois le texte et le son qui sont synchronisés. VueHtml
  • On peut dorénavant sampler avec Sonal, en d’autres termes exporter les extraits audio/vidéo (Wav, Mp3, Mpg) dans des fichiers autonomes. On peut même réaliser des montages de plusieurs extraits (s’ils sont de même format).

De nouvelles représentations graphiques des données

  • Un outil de représentation tablulaire, qui synthétise les informations sur les extraits. Cette fenêtre permet d’observer, sous forme de tableau, la répartition des extraits par entretiens sous l’angle du temps, du nombre d’extrait, de la durée moyenne des extraits, du nombre de mots, du nombre de mots par minute et du pourcentage de réponses. En cliquant sur une ligne on voit les thématiques triées par fréquence décroissante (de quoi on parle le plus dans l’entretien) et en cliquant sur les thématiques on voit les entretiens triés de même (dans quels entretiens la thématique est la plus représentée).  vueTab
  • Un outil de visualisation synthétique des contextes dans la lexicométrie. Pour améliorer la lecture des contextes avant/après des formes sélectionnées, j’ai imaginé une vue en réseau qui « ramasse » un peu l’information tout en permettant, au survol, de retrouver les phrases entières. Je serais assez fier de l’avoir inventé mais je serais très étonné que personne n’y ait pensé avant. Bon… ça existe en tout cas.

contextearachnide

Cette version 2 peut être testée en suivant ce lien: http://www.sonal-info.com/sites/all/exec/InstallSonal2.exe

ATTENTION: Un corpus ouvert avec la version 2 ne peut plus être ouvert avec la version 1. Au besoin, copiez un fichier corpus (*Crp) et ouvrez la copie avec la version 2.

Bon à savoir : compte tenu des informations supplémentaires que Sonal stocke dans le fichier corpus, la version 2 ne tolère plus les virgules dans les noms de fichier (elles servent de séparateur). Attention donc s’il y a des virgules dans les noms de votre corpus. Renommez-les avant de basculer sur la version 2.  EDIT : 30/10/2015 : Les noms de virgule ne posent normalement plus de problème au chargement.

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Sonal 1.9 est en ligne

La gestation de cette dernière version, téléchargeable ici, a été un peu longue…

Il faut dire que le passage à la version 1.9 a impliqué un travail assez important. Les nouveautés sont assez nombreuses et portent sur des domaines différents.

Correctifs dans la lexicométrie

Il a d’abord fallu apporter certains correctifs importants, notamment dans les fonctions de lexicométrie. En me mettant sérieusement à l’utilisation de ces fonctionnalités, notamment dans le cadre d’un cours d’analyse des données en M2, je me suis pas exemple aperçu que l’exclusion du vocabulaire des questions n’était pas toujours effective dans l’analyse factorielle, que le franchissement de la barrière fatidique des 9999 formes différentes dans le tableau lexical ne s’accompagnait d’aucun message d’alerte etc. etc. Bref, qu’il fallait vérifier deux trois choses. C’est chose faite. J’ai également repris quelque peu l’affichage, qui montrait ses limites au-delà de 100000 occurrences (on atteint facilement ce niveau lorsqu’on regroupe les mots-outils).

Améliorations des outils de lemmatisation

La base lexicale utilisée par Sonal repose sur une analyse du corpus à un instant T. Si vous modifiez le texte, le codage, si vous ajoutez un entretien, il faudra réinitialiser la base. Lorsque l’on a créé des lemmes spécifiques, recommencer ce travail est un peu fastidieux (et long sur les très grosses bases!). C’est pourquoi j’ai fait en sorte que Sonal puisse mémoriser les lemmes créés et les appliquer dans les nouvelles bases.

Des boutons Sauver et Charger Lemmes sont maintenant disponibles dans le menu lemmatiser la base:

lemmes
Fonctions de sauvegarde et de chargement des opérations de lemmatisation

La sauvegarde crée, dans le dossier du projet, un fichier portant le nom du corpus suivi de l’extension « .lem ». Ce fichier mentionne simplement les formes brutes et leur lemmatisation dans la base d’origine. En rechargeant les lemmes, Sonal applique les modifications du fichier « .lem » à la base courante. Cela évite de relancer une lemmatisation générale.

La concaténation des fichiers

concatenation
Interface de concaténation

Le fait de pouvoir importer plusieurs fichiers sur une seule piste était un besoin récurrent exprimé par les utilisateurs. Il est en effet fréquent qu’il faille, lors des entretiens, stopper la bande pour laisser au répondant la possibilité de répondre au téléphone sans être enregistré par exemple, pour ne pas parler des changements de pile, voire des saturations de la mémoire de l’enregistreur au milieu des entretiens (je parle d’expérience hélas). En pareil cas, remettre bout à bout les différents fichiers pour reconstituer l’unité de l’entretien est une bonne chose.

Un de mes étudiants à Tours – Alexandre Gauron, qu’il en soit grandement remercié – m’a mis sur la piste d’une méthode passant par la création d’un fichier *.BAT. Cette méthode revient peu ou prou à fusionner les fichiers par copier-coller directement en MS-DOS. Concrètement, les deux fichiers sont simplement juxtaposés l’un à la suite de l’autre. C’est précisément ce que l’on demande mais la méthode à des effets différents selon les formats des fichiers. Pour l’instant, cette fonctionnalité n’est disponible que pour les fichiers WAV et MP3. Avec les fichiers MP3, cela fonctionne très bien, avec les fichiers WAV, c’est plus compliqué. La raison en est que dans les fichiers WAV, la durée de la bande est mentionnée dans l’entête du fichier (là où se trouvent les informations sur le format d’encodage et qui permettent au lecteur média de savoir sur quel pied danser). Dès lors, quand on colle les fichiers les uns aux autres, c’est toujours l’entête du premier qui donne les informations sur le nouvel ensemble. Vous pouvez donc fusionner x fichiers wav par cette méthode, le nouvel ensemble aura toujours les caractéristiques et la durée du premier (mais bien le poids de l’ensemble). Pour les caractéristiques de fréquence et d’échantillonnage ce n’est pas un souci, pour la durée c’est plus problématique, car les lecteurs s’en tiennent à ce qu’ils lisent et s’arrêtent docilement là où on leur dit, alors qu’il reste des données dans la suite du fichier. Pour que cela fonctionne, il faut donc récupérer la taille de chaque fichier avant concaténation, et aller corriger l’entête du nouveau fichier créé par la suite. C’est ce que fait Sonal 1.9 avec les fichiers WAV mais c’est un peu acrobatique et je n’en réponds pas tout à fait.

En l’état, je vous recommande donc plutôt d’assurer la fusion via les fichiers MP3, quitte à convertir ensuite en WAV le nouveau fichier créé. Cette méthode vous permettra d’ailleurs d’économiser de l’espace disque.

Au passage, évitez de laisser des espaces, des accents, ou des points superflus dans les adresses et les noms de fichiers. Le langage MS-DOS y est très sensible.

Les fonctionnalités d’exploration

Parmi les éléments qui m’ont demandé le plus de travail, il y a les fenêtres d’exploration, qui sont dorénavant disponibles dans la base de données et dans l’analyse chronométrique. La raison en est que ces fenêtres proviennent tout droit du logiciel Trideux, au développement duquel je participe aux côtés de Philippe Cibois. J’ai d’abord dû finaliser cette fonctionnalité pour Trideux (une version 5.2 devrait sortir prochainement) avant de l’importer dans Sonal, ce qui m’a demandé un peu de temps.

Fenêtre d'exploration (chronométrie)
Fenêtre d’exploration (chronométrie)

Il y a longtemps que Sonal génère des bases lisibles par trideux à partir des données du corpus. La nouveauté en l’occurrence est qu’il n’est plus nécessaire d’ouvrir trideux pour les lire. La fenêtre d’exploration ouvre en quelque sorte trideux dans Sonal. C’est le premier pas d’une fusion progressive des fonctionnalités des deux logiciels.

Je vous renvoie au mode d’emploi pour plus de précisions, même si le fonctionnement est fait pour être très simple.

Une nouvelle mise en forme pour les commentaires

Il est d’usage de parsemer ses retranscriptions d’informations de contexte (du type « rires », « soupir » etc.) ou de remarques en aparté.  Or, ces « didascalies »  ont la fâcheuse tendance à polluer quelque peu tous les décomptes opérés sur le lexique. J’ai le souvenir d’un transcripteur qui nous avait aidé dans une enquête auprès de jeunes parents et qui, croyant bien faire, avait mis « (bébé pleure) » à chaque fois que l’on entendait un nourrisson en arrière plan sur la bande. C’est peu dire que le verbe « pleurer » écrasait littéralement toutes les analyses lexicométriques opérées sur ces entretiens et que toutes les analyses débimétriques étaient faussées.

Il y a déjà un petit moment que Sonal ignore tout ce qui est entre parenthèses dans les décomptes lexicaux. Dorénavant, tout ce qui est entre parenthèses est formaté de manière spécifique (en bleu italique) et il est possible de masquer les parties entre parenthèses dans les interfaces de lecture, en cliquant sur le bouton ci-dessous:

Coms

Pour l’instant, les commentaires sont présents dans les exports textuels mais je vais travailler à les en exclure à la demande.

Voici pour les principales améliorations de la version 1.9. Le téléchargement est chaudement recommandé.

 

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Vitesse de retranscription, êtes-vous sûr(e) de vouloir savoir?

Depuis les versions 1.8.9, et plus encore dans la 1.8.14 dorénavant en ligne, j’ai travaillé à l’élaboration d’un système de mesure de la vitesse de retranscription.

Cela prend la forme de graphiques – volontairement discrets – qui apparaissent sur le côté de la page de lecture lorsque l’on clique sur la petite horloge tout à droite de la zone de dictée (voir ci-dessous). Ils vous permettent de suivre, à chaque portion de dictée validée, la progression de votre travail.

VitesseDictée

Les informations sont les suivantes:

  • En haut, votre vitesse de frappe en mots/minute, avec la moyenne à gauche et le résultat de la dernière portion à droite (rouge si elle est inférieure à la moyenne, verte si elle est supérieure ou égale). Dans l’exemple ci-dessus, la dernière portion a été retranscrite à une vitesse de 45 mots/minute, ce qui est supérieur à la moyenne (42,9).
  • En bas, suivant la même charte graphique: le temps de travail nécessaire à la retranscription d’une unité de temps de bande. Ci-dessus, la dernière portion a demandé un temps de temps de travail correspondant à 5,8 fois le temps de bande qu’elle contenait (en gros, il aura fallu un peu plus de 17 secondes pour retranscrire une portion de dictée de 3 secondes). Ce ratio est variable en fonction de la vitesse d’élocution moyenne des locuteurs, de la fréquence des interjections de l’interrogateur, de la fidélité de la transcription. Il sert donc surtout à toucher du doigt le temps de travail nécessaire pour finir la transcription intégrale (voir plus bas).

La dissociation de la vitesse de frappe et du ratio temps de travail / temps de bande s’impose dans la mesure où ni la vitesse de frappe, ni le ratio ne se suffisent à eux seuls. On peut taper très vite tout en prenant un temps important pour retranscrire des passages complexes, enchevêtrés, ou dans lesquels il y a des hésitations nombreuses. Dans l’exemple ci-dessus, qui n’a pas été choisi au hasard, la vitesse de frappe est légèrement supérieure à la moyenne et pourtant le ratio est plus élevé. C’était donc une partie complexe qui a pris du temps, sans que le transcripteur ne ralentisse pour autant.

Est-ce que ça sert à quelque chose?

A l’expérience oui, a minima, cela peut au moins avoir un caractère assez motivant; pas tant sous la forme d’un suivi anxieux de la vitesse instantanée que du fait des multiples points d’étapes qui sont offerts par le système de suivi. En effet, tout en bas de la fenêtre, apparaissent :

  • le nombre de portions de dictées retranscrites;
  • le nombre de mots ajoutés;
  • le temps de bande traité;
  • le pourcentage global de l’entretien déjà retranscrit.

DetailsvitesseTout cela permet par exemple de structurer le travail en fixant des objectifs à court ou moyen terme. Concrètement, le transcripteur peut se dire « allez, je vais jusqu’à 10, 20 ou 30 portions et je fais une petite pause », « je transcris encore 5%, 5 minutes, 500 mots etc. avant d’arrêter ». Et puis, forcément, quand on y est, on est souvent tenté de se fixer un objectif un petit peu plus élevé, et ainsi de suite.

Mais la fonction la plus utile, et de loin, n’est pas immédiatement accessible au transcripteur, car elle peut être assez démoralisante (vous êtes prévenus). C’est l’estimation du temps de travail restant pour finir la retranscription intégrale. Pour obtenir cette information, il faut cliquer sur le petit plus en bas à droite de la zone de mesure de la vitesse. Apparaissent alors les informations sur le temps de travail restant.

projection

Faut-il vraiment mesurer sa « productivité »?

À chaque fois que naît un indicateur chiffré, il faut inévitablement se pencher sur son berceau avec la plus grande curiosité, ne serait-ce que pour se demander quels usages – plus ou moins tordus – pourraient en être fait.

Du point de vue des quantifications du travail sociologique, je suis toujours partagé entre le possible et le souhaitable. En effet, Sonal formalise un grand nombre d’opérations d’encodage des données et permet dès lors toutes sortes de dénombrements (temps de travail, d’écoute, part des entretiens encodés etc.), qui débouchent logiquement sur tout un arsenal potentiel de surveillance.

J’estime généralement que pour peu que les chiffres restent parfaitement sous le contrôle de ceux qu’ils concernent au premier chef et qu’ils n’interviennent pas dans un processus de contrôle externe, il peut toujours être amusant de les avoir, de savoir où l’on en est, en l’occurrence à quelle vitesse on va et si, par exemple, on commence à ralentir, à se déconcentrer, et qu’il est préférable de faire tout autre chose. Je crois donc aux chiffres lorsqu’ils sont réflexifs et surtout lorsque l’on sait bien comment ils sont construits, et comment les neutraliser.

Comment ça marche?

Le système de calcul de la version 1.8.9 se contentait de faire la différence entre l’heure d’ouverture de la fenêtre de lecture, la quantité de bande transcrite à ce moment, et l’heure et le niveau atteint à un instant t, à partir de quoi le logiciel estimait le temps restant. Compte tenu du fait que, dans Sonal, on ne fait pas strictement que retranscrire, cela avait tendance à accroitre exagérément le temps de travail restant estimé. J’ai donc cherché à faire en sorte que l’on ait le temps de retranscription « brut » afin que l’indicateur de temps restant soit plus réaliste.Ce temps « brut » implique que l’on peut être dans l’interface de retranscription depuis 1h mais que Sonal estime que l’on n’a passé que 40 ou 45 minutes à retranscrire effectivement.

Voici donc comment est calculé ce temps de travail « brut »: lorsque vous transcrivez en mode dictée dans la fenêtre de retranscription – et que vous laissez cochée la case de sauvegarde automatique, i.e. la petite disquette – Sonal va enregistrer différentes informations, à la fois lorsque vous commencez un portion de dictée, et quand vous la terminez (validation par la touche entrée). Les informations collectées sont :

  • l’heure d’ouverture de la portion de dictée (moment où le rectangle blanc est affiché) et l’heure de validation;
  • la position dans la bande au début et à la fin de la portion,
  • le nombre de mots ajoutés (un mot étant ce qu’il y a entre deux espaces).

À partir de là, Sonal fait ses calculs en excluant le temps que vous ne passez pas à retranscrire et en n’intégrant pas dans la moyenne les portions non finies (pas d’heure de fin) ou qui ne contiennent aucun mot ajouté.

Important: les informations sont stockées dans des fichiers qui portent le nom de l’entretien suivi de l’extension « .Trv » (oui, comme « travail »). Cela permet à Sonal de récupérer l’historique de votre travail à chaque réouverture de l’entretien. Si vous voulez vider cet historique, vous pouvez directement supprimer ce fichier trv. Vous pouvez également  cliquer sur le bouton « réinitialiser » en bas à gauche de la zone qui donne le temps de travail restant. Cela revient au même.

Réinitialiser l’historique peut vous permettre de garder pour vous les détails de votre organisation de travail, mais cela vous permettra aussi et surtout de rafraîchir votre vitesse moyenne qui, les portions aidant, finit par acquérir une grande fixité. Si vous voulez connaître votre vitesse de travail du jour et non de la dernière semaine, réinitialisez au moment de vous mettre au travail.

Voilà, avec tous ces éléments, vous devriez pouvoir faire un bon usage de cet outil!

Excellente année à tous et bon courage dans vos retranscriptions.

 

 

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

La version 1.7 de Sonal est en ligne

Quid novi?

La version 1.6 de Sonal n’a presque pas été documentée sur ce carnet, malgré la mise en ligne d’une dizaine de versions; par manque de temps surtout: la construction du nouveau site de l’AFS m’a un peu accaparé et, si j’ai continué à développer Sonal, je n’ai vraiment pas trouvé de temps pour expliquer ce que je faisais; par prudence également: les grosses nouveautés n’étaient pas encore tout à fait stabilisées. J’ai donc attendu un peu avant de parler de ce qui avait changé dans Sonal. Avec la sortie de cette version 1.7, il est temps de lever le voile.

Petit tour d’horizon des nouveautés :

Le travail des documents textuels

C’est une petite révolution à l’échelle du développement de Sonal, dont le nom évoque directement le travail à partir de supports sonores. Celui-ci s’ouvre dorénavant à l‘indexation thématique des documents textuels. C’est un détour de quelques années qui se termine puisque, pour la petite histoire, c’est en voulant développer un Caqdas de type textuel que j’en suis venu à opter pour le découpage direct de la bande et que, de fil en aiguilles, la méthode d’encodage de Sonal a vu le jour. Si je n’ai pas travaillé plus tôt à la construction d’un outil textuel, c’est que les options prises pour travailler le son s’avèrent contraignantes lorsqu’il s’agit de passer au texte. Dans la plupart des Caqdas, même gratuits, l’indexation est généralement proposée au caractère près, et sur plusieurs couches. Or, la logique d’encodage de Sonal ne permet pas de travailler si finement; il lui faut des extraits, des chapitres en somme, et que ceux-ci soient contigus mais non superposés. Ce n’est pas forcément très intuitif pour traiter du texte mais,  j’ai dû opter pour une solution simple qui consiste à contraindre le matériau textuel à se conformer aux standards de codage imaginés pour le son, afin de pouvoir intégrer du texte seul, comme incognito dans la base de données.

La conversion des coordonnées en percentiles.

La question incontournable est celle des coordonnées. Sonal s’attend à ce qu’on lui dise : l’extrait s’étend de telle seconde à telle seconde. Que mettre à la place? La réponse est logique: la position en mots, ou en caractères, rapportée à la longueur totale du document. J’aurais pu opter pour une position en valeur absolue, mais le nombre de mots potentiels dans les textes aurait pu amener à déterminer des coordonnées fictives susceptibles de ralentir le logiciel : (Un document de 10000 mots aurait une durée « fictive » de 2h40). Le plus simple était donc de ramener la durée en pourcentages, ou plus précisément en millièmes. A sa création, l’extrait global a donc une durée fictive de 999 secondes et, lorsqu’un extrait est découpé, ses coordonnées de début sont déterminées en se basant sur la position du mot dans le texte.

L’encodage est sauvegardé dans un fichier rtr, comme les retranscriptions.  Sonal prend ensuite la portion de texte comme n’importe quel autre extrait et pour le reste, tout marche strictement à l’identique, à l’exception des analyses qui reposent sur la mesure des temps, dans lesquelles les documents textuels ne sont pas pris en compte.

Ajouter un document texte

L’ajout peut se faire soit via le menu « entretiens » de la page de corpus

Soit directement avec le bouton ci-dessous.

La boite de dialogue qui s’ouvre va vous permettre de pointer sur le fichier texte que vous souhaitez importer. Celui-ci peut être au format *.doc, *.docx ou txt. Si vous n’avez pas Word, je vous recommande de faire un export au format texte brut depuis votre traitement de texte (si votre fichier porte une extension word, Sonal essayera d’ouvrir directement Word pour dialoguer avec lui et risque de planter s’il ne le trouve pas).

Une fois le document sélectionné, celui-ci est ajouté au corpus, sous une forme qui ne diffère en rien de celle des enregistrements. Au chargement d’un entretien au format texte, celui-ci est considéré comme un seul long extrait, comme si on avait ajouté une bande muette:

On remarque cependant une différence : à l’extrémité droite du fichier, il n’y a pas de petit bouton play, seulement le bouton de lecture textuelle, et pour cause, il n’y a rien à lire.

Ouvrir la liseuse de documents

Le clic sur le bouton de lecture ouvre une page qui ressemble beaucoup à la liseuse (ci-dessous). La principale différence se situe dans la représentation globale de l’entretien, qui figure la nature textuelle du matériau, avec des pages juxtaposées latéralement, au lieu du spectre sonore.

En cliquant sur les pages, on progresse dans le document.

La plupart des fonctionnalités sont reprises depuis la page de lecture habituelle. Depuis cette nouvelle page, vous pouvez pareillement modifier la thématisation, éditer le contenu des extraits, exactement comme dans la liseuse, en cliquant sur les coordonnées de l’extrait ou sur le gros « plus » à gauche de la bordure. Je vous dissuade cependant d’effacer ou d’ajouter de trop grandes parties de textes à l’intérieur de documents déjà encodés car cela risque de perturber le calcul en millièmes de la position des extraits et Sonal risque de vous embêter avec des histoires de coordonnées des extraits. Encodez donc des documents finalisés, ou qui ne nécessitent que des petites retouches.

Chapitrer les documents

Pour encoder vos documents, il s’agira ensuite, comme dans la resynchronisation, de placer des bordures d’extrait dans le texte comme autant de fractures thématiques. Du premier extrait global on fait d’abord deux extraits, puis trois, et ainsi de suite.

Pour placer un point de partition, qui débute une portion thématique, on peut cliquer sur le bouton « couper » en haut de page, qui se mettra à clignoter, ou directement faire un clic droit sur le mot voulu. Quand le mode « coupage » est activé, le curseur prend alors la forme d’une paire de ciseaux, avec des bordures d’extraits fictives. Il suffit de cliquer à nouveau sur « couper » pour en sortir.

En cliquant sur le mot, vous scinderez l’extrait courant en deux parties.

Les extraits apparaîtront d’une manière qui, tout en restituant la verticalité propre au texte, conservera la latéralité de l’encodage, comme s’il s’agissait d’une bande. Pour le voir, il vous faudra  choisir une première thématique, comme dans l’exemple ci-dessous.

Logiquement, l’extrait que vous venez de débuter s’étire jusqu’à la fin du document, car vous vous êtes contenté de scinder l’extrait global, il vous faudra donc placer une nouvelle bordure à la suite pour définir la fin de l’extrait que vous venez de commencer. En affectant « Pas de thématique » à l’extrait suivant, on peut laisser la suite de l’entretien vierge de tout codage, jusqu’à la déclaration d’un nouveau début d’extrait :

C’est donc en ajoutant successivement des bordures et en jouant avec les thématiques que vous encoderez votre entretien, soit de manière continue, soit en repérant certains passages disjoints. Il vous faudra jongler avec une logique d’encodage un peu particulière, héritée du travail du son, qui s’écarte de ce que proposent la plupart des caqdas, mais qui permet finalement de tout faire assez simplement.  Par la suite, les extraits créés seront interprétés exactement à l’identique des entretiens enregistrés, à ceci près que Sonal ne vous proposera normalement pas de les lire et qu’ils ne compteront pas dans les analyses chronométriques.

Un document encodé aura en gros cette apparence :

Vous noterez la présence de bandes verticales à droite du texte, qui rappellent la ou les thématiques associées au passage lu. C’est joli mais cela ralentit le chargement. Ce pourquoi je ne l’ai pas encore implémenté dans la liseuse traditionnelle pour l’instant. Il faut également savoir que la représentation graphique des extraits en pages est un peu plus longue à charger que celle associée aux bandes. Pour éviter de trop ralentir Sonal, elle n’est pas encore utilisée dans le corpus. Les documents y sont représentés comme les bandes.

Une synthèse éditable, pondérable et sauvegardable

Si vous êtes utilisateur de Sonal, je pense qu’il vous est déjà arrivé de vouloir corriger une coquille dans un extrait, que vous auriez repérée dans la synthèse. Jusqu’ici, il vous fallait rouvrir l’entretien duquel était issu l’extrait, retrouver ce dernier, et le modifier. C’était un petit peu contraignant. Permettre l’édition des extraits directement depuis la synthèse fait partie des choses que je voulais faire depuis très longtemps et sur lesquelles je butais, pour des raisons d’ailleurs injustifiées : ce n’était pas grand chose au niveau de la programmation et c’est un plus énorme dans l’utilisation du logiciel.

Lorsque vous accédez à un extrait dans la synthèse, vous pouvez donc dorénavant l’ouvrir et modifier son contenu textuel, sa thématisation et ses mots-clés.

L’édition d’un extrait se fait avec le bouton « + » situé à droite du bouton play (voir ci-dessous). Vous pouvez également taper « entrée » sur votre clavier après sélection d’un extrait.

Vous pouvez également « pondérer » le contenu des extraits, ou modifier la pondération existante, comme dans la liseuse ( ce qui n’était pas possible dans les versions 1.6).

Vous pouvez également renseigner les variables de la base de données directement depuis la synthèse, comme d’ailleurs dans toutes les pages d’édition (voir plus bas) :

La synthèse n’est donc plus seulement, comme par le passé, un outil voué à l’export sélectif des données, mais devient un outil de travail des matériaux qui peut faire gagner beaucoup de temps. C’est particulièrement utile lorsque l’on veut, par exemple, revenir sur un codage ou des mots clés dans plusieurs extraits partageant certaines caractéristiques.

La sauvegarde des synthèses

Il est dorénavant possible de sauvegarder les synthèses que l’on a réalisées dans Sonal :

La synthèse sera ensuite disponible pour être rouverte plus tard:

Attention, c’est une mémorisation relative qui est sensible au découpage. Concrètement, le logiciel mémorise la position des extraits et leur entretien d’origine et se contente d’aller y puiser le contenu voulu. Si vous redécoupez les entretiens après enregistrement de votre synthèse, Sonal risque de ne plus retrouver tous les extraits.

L’ajout d’entretiens multiples

Lorsque l’on construit son corpus, on peut avoir à ajouter d’un coup beaucoup d’entretiens. Il est parfois un peu fastidieux de devoir repasser par le menu « ajouter un entretien », rechoisir le format *.mp3 etc. Pour gagner du temps, on peut dorénavant ajouter en une fois un grand nombre de bandes. Le menu « entretiens, ajouter plusieurs entretiens » permet d’accéder à une liste de tous les fichiers son ou texte présents dans le dossier du projet, ce qui veut dire que vous devrez au préalable coller toutes vos bandes à côté du fichier corpus du projet avant d’utiliser cette fonction. Les entretiens sélectionnés seront tous ajoutés consécutivement.

L’accès aux caractéristiques des entretiens depuis les fenêtres d’encodage.

Une fenêtre accessible d’un peu partout permet maintenant de renseigner la base de données au sujet d’un entretien donné. On a vu plus haut comment y accéder depuis la synthèse. Depuis les autres pages, le bouton est situé à droite de la page et a cette apparence :

ou celle-ci, dans les pages « claires »

Comme partout, il suffit de rentrer les valeurs voulues dans les cases si elles ne figurent pas dans la liste et de valider. On peut même ajouter des variables en cliquant sur le petit plus à gauche de la croix qui permet de fermer la fenêtre. Là aussi, c’est potentiellement beaucoup de temps de gagné.

Une version pour les musiciens

Enfin, une petite nouveauté de pure forme. Sonal est bâti autour du travail des entretiens enregistrés. La terminologie de ses fonctionnalités renvoie directement à cette destination première – on y parle partout d’entretiens -, mais il n’échappe à personne que la logique d’encodage peut s’appliquer à n’importe quel type d’enregistrement.

J’ai un ami – que dis-je? un frère! il se reconnaîtra- , qui joue de la basse et qui devait apprendre un répertoire de 140 morceaux très rapidement pour rejoindre un orchestre de reprises. Il n’avait pas chaque morceau pris séparément mais des enregistrements de concerts de plusieurs heures dans lesquels les morceaux originaux étaient parfois transposés ou réarrangés, ce qui lui interdisait d’utiliser les morceaux originaux pour travailler.

L’utilisation de Sonal comme outil de repérage des différents morceaux, d’indexation des différents styles et des noms d’artiste, est apparue particulièrement adaptée dans son cas. En encodant les bandes au fil de l’écoute (« à la volée »), il lui devient en effet possible de retrouver rapidement, et de retravailler les différents morceaux. En éditant les extraits depuis la synthèse (cf. plus haut), il peut même entrer les accords du morceaux en guise de retranscriptions, et les formater de telle sorte qu’ils soient aisément lisibles (exemple ci-dessous). Rien n’interdit non plus de placer des points de synchronisation, comme par exemple ci-dessous au niveau du « pont ». La synchronisation peut donc aussi être utilisée pour lier une tablature et une bande sonore.

Pour que le nom des fonctionnalités du logiciel soient plus adaptées à son usage particulier, une « traduction » de Sonal en langage musical a donc été ajoutée. Pour traduire Sonal en musicien, ou en mélomane, il faut choisir et cliquer sur « Français (musique) » dans le menu de traduction qui s’ouvre au lancement du logiciel. Les corpus sont des « projets », les entretiens s’appellent « enregistrements », les thématiques sont des « styles » et la synthèse est dénommée « Compil », faute de mieux.

Voilà, ce sont les nouveautés les plus importantes. Pour le reste, la version 1.7 apporte quelques correctifs importants par rapport aux différentes versions 1.6. En écartant les questions de l’analyse lexicométrique, j’avais notamment fait une petite erreur qui faussait potentiellement les résultats. Par exemple,  le dénombrement des occurrences des mots lemmatisés n’était pas conforme au total . Si vous utilisez les analyses lexicométriques, la mise à jour est donc impérative. Il y avait aussi potentiellement des problèmes avec l’enregistrement des entretiens directement dans Sonal. J’ai corrigé deux trois choses. Cela vaut la peine de réessayer si vous avez eu des problèmes avec les toutes dernières versions.

Je vais maintenant travailler à appliquer aux corpus entiers les outils d’analyse des échanges et de débitmétrie qui ne sont pour l’instant disponibles qu’entretien par entretien.  A suivre…

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Sonal 1.5.0 est disponible

La version 1.5.0 de Sonal, téléchargeable ici, apporte deux améliorations fondamentales :

  • Vous pourrez dorénavant superposer plusieurs « couches » thématiques pour un même extrait. Cela apporte au logiciel une souplesse bienvenue. Ne plus être obligé de choisir une et une seule thématique pour qualifier une portion de bande soulage de l’impératif d’univocité qui s’imposait jusqu’ici. Il n’y a pas de limite fixée au nombre de couches superposables, mais on peut supposer que l’interface graphique commencera à peiner au-delà de 5 ou 6, car celles-ci s’empileront de manière verticale dans le cartouche de l’extrait, et avec le nombre, l’espace viendra à manquer.
Extraits avec plusieurs thèmes affectés

Toutes les interfaces de modification de la thématisation ont été adaptées pour permettre la gestion des thématiques combinées.

Dans la fenêtre de saisie, un petit bouton +, situé sous l’icône des thématiques, permet d’ajouter une couche de thématisation.  Pour retirer une couche, choisissez une thématique vide (= « pas de thématique »). Sinon, cliquez sur la petite croix en bout de ligne thématique (s’il y en a une…)

Dans la fenêtre de lecture, la barre d’extrait se dédouble pour afficher les différentes couches présentes et un menu déroulant qui les récapitule apparaît lorsque vous cliquez sur la petite flèche en bout de ligne :

Normalement, le fonctionnement de ce menu est explicite.  Une certaine indulgence est cependant requise car ce menu doit encore être amélioré. J’ai constaté qu’il pouvait clignoter assez mystérieusement sous Vista et Seven. De plus, j’ai pris le parti de ne pas placer de bouton de fermeture, ce qui peut déstabiliser un peu. Pour le faire disparaitre, cliquez n’importe où dans le texte ou survolez les parties grises de part et d’autre de la zone de texte.

Dans tous les autres endroits, la présence de plusieurs thématiques a contraint à passer par une interface les récapitulant, ce qui ajoute un clic si l’on souhaite simplement modifier la thématique affectée.

Dans la zone d’édition des extraits de la fenêtre de lecture, la fenêtre s’ouvre et se place ainsi :

La fenêtre de récapitulation/sélection apparaît dans la plupart des cas superposée au spectre de la bande, en lieu et place du cartouche de l’extrait:

Si l’extrait est extrêmement court, la fenêtre peut être illisible. Il faut alors zoomer.

Pour des raisons informatiques, cette fenêtre de rappel des thématiques prend la main quand elle apparaît. Il faut donc impérativement la fermer avant de pouvoir faire quoi que ce soit d’autre.  Pour vous en débarrasser, vous pouvez cliquer sur échap.

Quelques précisions supplémentaires:

1) Il n’y a pas de hiérarchisation entre les couches thématiques. L’ordre dans lequel elles apparaissent est sans conséquence.

2) Tout le système d’analyse s’adapte à la présence de plusieurs couches. La synthèse « trouve » les extraits qui ont au moins une thématique active; l’analyse lexicométrique affecte à chaque mot de l’extrait toutes les thématiques qui y sont présentes; l’analyse chronométrique s’adapte en allongeant la durée totale du corpus (si un extrait à deux thématiques, il est compté deux fois, une pour chaque thématique).

  • Deuxième nouveauté importante : un système de tags (affectés aux extraits) élargit les possibilités d’encodage. En dessous de chaque zone de texte consacrée à la retranscription, vous trouverez dorénavant un espace dédié aux tags. Placez les mots clés de votre choix, séparés par des virgules (les espaces et tous les caractères sont autorisés). Par la suite, en cliquant sur le bouton « Tags » de la page de corpus, vous verrez apparaître la liste des mots clés présents dans le corpus, à une taille indexée au nombre d’occurrences, comme cela se fait classiquement. En cliquant sur un mot clé, vous obtiendrez la liste de tous les extraits « tagués » avec ce mot (attention, la synthèse qui apparaît tient compte des filtrages opérés sur les extraits). Tout cela est à la fois très banal dans son fonctionnement et assez rudimentaire, mais cela correspondait à une demande récurrente des utilisateurs. J’affinerai le fonctionnement dans les temps à venir. D’ici là, vous pourrez au moins commencer à « taguer » vos extraits.

Outre ces apports fondamentaux, cette version 1.5.0 corrige un certain nombre de problèmes, notamment dans la lexico, qui butait sur les grilles thématiques comportant des « trous ». Ce n’est plus le cas.

Si vous utilisez Sonal, vous êtes donc très vivement incités à installer cette mise à jour, à l’essayer, et à me dire ce que vous en pensez (en bien comme en mal…).

A bientôt!

PS: la version en ligne est dorénavant la 1.5.1, après ajout de micro-correctifs sur la version 1.5.0.

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website