De l’usage des thématiques dans Sonal

Le système de retranscription de Sonal suppose de chapitrer les entretiens en découpant successivement des portions de bande à retranscrire. Afin de faciliter le travail d’analyse, ces différents extraits peuvent être « thématisés », c’est à dire qu’ils peuvent se voir affecter un code couleur ainsi qu’un intitulé qui permettra de les décrire afin de faciliter les recherches et le tri des extraits.

Pour créer des thématiques dans un corpus, il faut soit aller dans le menu thématiques puis choisir gérer les thématiques, soit cliquer sur le raccourci dans l’onglet des thématiques (cerclé en rouge ci-dessous)

Dans la fenêtre qui s’ouvre, il faut ensuite cliquer sur « ajouter une thématique », en définir la couleur et le nom, puis valider. Il n’y a que 13 couleurs disponibles (pour des raisons de transparence) mais les utilisateurs peuvent créer jusqu’à 99 thématiques différentes par corpus. Les usages possibles sont très nombreux et voici quelques suggestions.

Au sens premier, les thématiques servent à  décrire le contenu des échanges. La grille thématique gagnera donc à cadrer avec les différents sujet du guide d’entretien. En pareil cas, on a rarement besoin d’en avoir beaucoup plus de 10 ou 15, car plus les thématiques sont précises, plus il devient difficile de les affecter.

Cela dit, si le protocole d’enquête prévoit des entretiens directifs, il devient possible de créer une « thématique » par question et de colorier de la même teinte toutes les questions portant sur un même sujet. A ce sujet, je recommande d’utiliser un code couleur spécifique (ou pas de couleur) pour isoler les questions posées par l’intervieweur (ceci afin de pouvoir ne pas les inclure dans l’analyse lexicométrique). Bien sûr, cela ne vaut que pour les questions longues; il serait extrêmement fastidieux d’isoler toutes les relances par exemple…

On peut également utiliser les thématiques dans le cadre des récits de vie. Pourquoi ne pas affecter à chaque étape du parcours une thématique particulière?

Bref, les solutions sont nombreuses et je compte sur les utilisateurs pour imaginer de nouveaux usages. Si vous avez des pratiques originales avec les thématiques dans Sonal, n’hésitez pas à les mentionner dans les commentaires, elles pourront inspirer d’autres utilisateurs

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

La retranscription automatique : une fausse bonne solution

Face à la difficulté qu’il y a à  retranscrire les entretiens, nombreux sont les étudiants qui espèrent  trouver une solution miracle dans la retranscription automatique par reconnaissance vocale.

Pourtant, la reconnaissance vocale est loin d’être la panacée qu’on s’imagine. Il ne suffit pas de sélectionner un fichier son, de cliquer sur un bouton et d’attendre sagement que le logiciel le traduise en texte.  Si la reconnaissance vocale marche bien dans certains cadres, elle n’est pas du tout adaptée aux entretiens semi-directifs.

D’abord, la reconnaissance vocale ne reconnaît qu’une seule voix: la vôtre. Il faut en quelque sorte « dresser » le logiciel pendant quelques heures, en lisant un texte imposé, pour que l’application analyse vos intonations et sache les reconnaître. Une phase de rodage plus ou moins longue vous attend donc avant même de commencer à retranscrire.

Une fois que votre voix sera correctement reconnue, vous devrez donc répéter dans le micro tout ce que vous entendez sur la bande. Or, comme ces logiciels ont été conçus pour dicter des courriers, pas des entretiens, toutes les tournures orales, ne sont pas reconnues. Par exemple, les « chépas » devront être « traduits » en « je-ne-sais-pas ». De même, on sait bien que personne ne fait à l’oral des phrases aussi construites qu’à l’écrit. Il y a toujours des hésitations, des répétitions, des bouts de phrases qui n’arrivent nulle part etc. On peut rendre en partie ces digressions lorsque l’on retranscrit à la main, mais, dans la retranscription vocale, c’est plus compliqué,  il faut donc « traduire » en simultanée ce qui disent vos interlocuteurs, quitte à considérablement simplifier leurs phrases, et perdre un certain nombre de finesses du discours. Vous risquez assez vite de vous retrouver dans la peau d’un journaliste sportif obligé de tirer des phrases construites des propos lacunaires d’un footballeur. Or, il est difficile de construire une analyse scientifique digne de ce nom sur ce que les personnes interviewés ne disent qu’en substance…

Chez les professionnels de la retranscription, on appelle un « perroquet » celui qui fait ce travail de répétition/traduction. Il y a un article qui parle de ça ici. Le perroquet travaille généralement en binôme avec un correcteur, qui rattrape les erreurs d’interprétation et les fautes d’accord que font les logiciels. En effet, malgré des progrès indéniables, ces applications sont loin d’avoir une efficacité optimale, tant dans la reconnaissance des tournures que dans la qualité du français.

Si vous travaillez seul, cela veut dire que non seulement vous allez devoir répéter tout le contenu de vos entretiens devant le micro, mais qu’en plus, vous allez devoir vérifier en parallèle qu’il ne commet pas d’erreur, et saisir manuellement tous les noms propres ou les éléments de vocabulaire qui ne figurent pas dans le dictionnaire du logiciel. Ce qui vous obligera à arrêter la bande, le temps de corriger les erreurs.

Bref, c’est peut-être un peu plus rapide (au bout d’un certain temps de dressage) mais ce n’est pas plus simple…

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Débuter dans Sonal

En réponse à plusieurs sollicitations, voici comment il faut s’y prendre pour débuter dans Sonal.

Je pars du principe que le logiciel a été téléchargé et correctement installé.

1. Conversion des fichiers sons

La première chose à faire est de convertir vos fichiers sons (généralement mp3 ou WMA) au format WAV, si besoin.

Il existe beaucoup d’outils gratuits qui permettent de faire cela. Le plus complet et le plus simple que j’aie trouvé s’appelle Free Mp3 Wma Converter. Vous pouvez y intégrer toutes sortes de fichiers son et choisir un format de sortie.

Quel format choisir?

Sonal fonctionne avec du Wav, soit, mais il existe plusieurs types de fichiers WAV. Leur qualité détermine leur poids. Trois paramètres entrent en ligne de compte :

– le nombre de pistes (mono ou stereo)

Dans Sonal, il est inutile (voir déconseillé) d’utiliser des fichiers Stéréo. Leur affichage n’est pas prévu partout et leur poids est deux fois supérieur aux fichiers mono. Le mono est donc très très vivement conseillé.

– le type d’encodage (8, 16, 24 ou 32 bits)

Dans le cadre de l’analyse d’entretiens, il est parfaitement inutile d’utiliser des fichiers encodés en plus de 16 bits. Le format 16 bits correspond déjà à une bonne qualité de son. Si vous n’éprouvez pas le besoin d’avoir un son cristallin, vous pouvez descendre en 8 bits. Cela affectera légèrement le son (qui sifflera un peu plus), mais cela vous fera économiser de la place et accélèrera le travail du logiciel. En d’autres termes, le 8 bits est conseillé.

– la fréquence (44100 Hz pour une qualité CD).

La fréquence permet là aussi de jouer sur la qualité sonore et le poids des fichiers. Tout dépend de la qualité originelle de vos enregistrements. S’il y a beaucoup de bruits de fond, baisser la fréquence rendra l’écoute plus compliquée. Là encore, c’est à vous de faire des arbitrages entre qualité sonore d’une part et poids du fichier et vitesse de sonal d’autre part. Vous pouvez descendre jusqu’à 11025 hz pour diminuer par 4 le poids de vos fichiers ou vous en tenir à 22050 pour conserver une qualité suffisante

2. Créer un répertoire de projet

Pour constituer un corpus, vous devez réunir tous vos entretiens à l’intérieur d’un seul et unique répertoire, que l’on appellera répertoire projet. Ce dossier contiendra non seulement vos fichiers audio, mais aussi votre fichier corpus et tous les fichiers créés dans le cadre de la retranscription.

3. Créer un nouveau corpus

Vous pouvez maintenant lancer Sonal. La page d’accueil apparaît. Sélectionnez « Nouveau projet » (cf. ci-dessous)

Vous pouvez aussi fermer cette fenêtre et, depuis la fenêtre principale qui s’ouvre alors, sélectionner « nouveau corpus » dans le menu corpus :

La boite de dialogue qui s’ouvre alors correspond à un « enregistrer sous ».

Sonal vous demande comment s’appellera et où sera positionné le projet que vous voulez créer. Naturellement, il faut l’enregistrer dans le répertoire projet qui contient vos entretiens.

Ceci fait, vous avez un projet vierge. La page principale a cette apparence :

Elle ne contient ni entretien, ni thématique.

4. Ajouter des entretiens

Pour ajouter des entretiens, cliquez sur le menu « entretien » puis « ajouter un entretien » (Vous pouvez aussi cliquer directement sur le bouton cerclé de rouge dans l’image ci-dessous).

Puis, sélectionnez votre entretien.

Le processus d’ajout d’un entretien se déroule en plusieurs étapes. L’entretien est d’abord chargé, ce qui peut prendre quelques secondes. Il est en fait dessiné intégralement une première fois, ce qui permet de gagner du temps lors des ouvertures suivantes. Si c’est un peu long, il faut donc s’armer de patience.  Les fois suivantes, ce sera quasi-instantané.

Pour la suite, je vous renvoie aux vidéos de présentation :


Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Votre avis m’intéresse…

Tout va trop bien… Sonal est en ligne depuis quatre mois.  Vous êtes plusieurs centaines à l’avoir téléchargé, et pourtant, je n’ai quasiment eu aucun retour. Une dizaine tout au plus.

Je remercie infiniment ceux qui m’ont fait des remarques, cela m’a permis d’améliorer l’outil, mais ce silence m’inquiète un peu, car il peut vouloir dire plusieurs choses :

  • Soit tout le monde est ravi. Le logiciel tourne comme une horloge et personne n’y trouve rien à redire (on peut rêver) …
  • Soit les utilisateurs rencontrent des difficultés en tentant de l’utiliser et laissent tomber rapidement, préférant retourner à leurs méthodes pourtant fastidieuses mais sécurisantes, et ne m’en informent pas (ce que je peux comprendre).

Dans tous les cas, j’ai un grand besoin de retours -positifs ou négatifs – pour pouvoir améliorer Sonal. Il s’agit encore d’une version d’essai et il reste inévitablement des bugs plus ou moins contrariants. Cependant, on ne les trouve qu’à l’usage car, en tant que développeur, on utilise les applications d’une manière trop « correcte » pour provoquer des erreurs. Seuls des utilisateurs ignorant tout du fonctionnement du logiciel ont la précieuse faculté de faire précisément ce qu’il ne faut pas faire et de provoquer des bugs qu’on n’aurait jamais envisagé. Si vous avez des difficultés pour utiliser Sonal, avant de laisser tomber, n’hésitez donc surtout pas à me contacter ou à laisser un « feedback » sur www.sonal-info.com.

A l’inverse, si vous utilisez Sonal sans difficulté, n’hésitez pas à me le faire savoir aussi. Qu’en faites-vous? Dans quel cadre (universitaire? professionnel?) Combien d’entretiens avez-vous retranscrits? Quelles options vous seraient les plus utiles? etc. J’ai une grande curiosité sur le sujet…

Par ailleurs, je travaille sur le système d’analyse lexicométrique et j’aurai besoin, à terme, de cobayes pour tester les fonctions avancées. Pour cela, il faudra disposer d’un corpus suffisamment important pour pouvoir réaliser des statistiques pertinentes. Si vous avez retranscrit au moins une dizaine d’entretiens, faites-moi signe.

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

A propos du système de fichiers

Dans le précédent post, je vous suggérais de réaliser fréquemment des dossiers de sauvegarde. J’en profite pour apporter quelques éclaircissements au sujet du système de fichiers dans Sonal.

L’organisation est la suivante :

A l’intérieur du répertoire projet  qui contient l’ensemble des fichiers du projet (entretiens, retranscriptions etc.), le fichier corpus (*.Crp) va permettre d’organiser les matériaux.  Il contient les informations communes à tous les entretiens du projet :

– La liste des thématiques

– La liste des variables affectées aux entretiens

– Le dictionnaire des modalités des différentes variables.

Il contient ensuite la liste des entretiens :


Pour chaque entretien, il y a quatre fichiers différents, qui portent le même nom mais se différencient par leur extension :

– Un  fichier *.Wav : c’est la bande audio

– Un fichier *.Rtr : c’est le fichier qui contient les informations sur l’entretien (durée, observations, modalités prises par les différentes variables) et surtout les parties retranscrites et leurs coordonnées.

– Un fichier *.Bmp : c’est l’image du spectre sonore de l’intégralité de l’entretien. Pour gagner du temps, il n’est dessiné qu’une fois et enregistré.

– Un fichier *.Lct : c’est le fichier qui mémorise les parties lues.

Lorsque l’on réalise un dossier de sauvegarde, seuls le fichier *.Crp et les différents fichiers *.Rtr du projet sont sauvegardés dans le dossier créé.

Pourquoi ne pas tout sauvegarder me direz-vous? Parce que les fichiers Wav seraient trop longs et lourds à copier et qu’ils ne peuvent pas être détériorés par une fausse manipulation dans le logiciel (qui se contente de les lire). Les fichiers BMP sont automatiquement redessinés s’ils sont manquants. Quant aux fichiers Lct, ils ne sont pas d’une importance capitale. Restent les retranscription et le corpus, qui sont de loin ceux dont la perte est la plus dommageable.En cas de besoin, il est possible d’aller copier ceux contenus dans le dossier de sauvegarde et d’écraser ceux du dossier projet.Vous pouvez ainsi restaurer facilement un corpus ou un entretien à une date antérieure…

Pour plus de précisions, vous pouvez aller voir les explications sur le site sonal.

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website