La prochaine version va vous faire baliser…

A l’échelle (modeste) de l’histoire du développement de Sonal, la version à paraître constituera un tournant décisif.

L’objet central de petite révolution sera la page de lecture des entretiens : la « liseuse » ou le « reader » selon votre niveau de tolérance aux anglicismes. Cette page, qui était déjà présente à l’état de brouillon dans les versions précédentes et que très peu d’utilisateurs avaient sans doute remarquée, sera dans l’avenir l’interface la plus incontournable du logiciel : une véritable application dans l’application, où se déroulera  l’essentiel des tâches d’encodage des données.

Comme son nom l’indique, cette page permettra d’abord de « lire » (dans le sens textuel) les entretiens (je me suis pour cela beaucoup inspiré des réflexions d’Hubert Guillaud sur son blog pour améliorer la lisibilité de l’interface).  Il s’agira donc du pendant textuel de la page de visualisation, qui est surtout pensée pour écouter les entretiens.

Elle vise aussi et surtout à rendre la saisie plus simple pour ceux qui souhaitent retranscrire leurs entretiens en intégralité. En effet, le fonctionnement actuel de Sonal est très adapté à un travail de retranscription partielle mais, à l’expérience, la gestion des extraits peut paraître un peu fastidieuse lorsque l’on souhaite retranscrire en intégralité ( même si de nombreuses fonctions ont été ajoutées précisément pour permettre de retranscrire « en continu »). La liseuse a donc été pensée pour solutionner ce « problème » et permettre une retranscription plus fluide.

Sonal propose donc dorénavant une philosophie de travail légèrement différente : l’utilisateur pourra retranscrire de manière linéaire, sans nécessairement se soucier des partitions d’extrait, en progressant au rythme de la dictée. C’est, à l’expérience, comme cela que beaucoup de gens travaillent déjà avec Sonal, en ne créant qu’un extrait gigantesque (qui fait d’ailleurs considérablement ramer l’application) qu’ils allongent en progressant au fil de la dictée. La retranscription à l’intérieur de la liseuse prend acte de cette manière de travailler, mais en compense le principal inconvénient : la perte des coordonnées temporelles.

Il est temps de baliser…

Comment? Par l’introduction de balises, qui renseignent sur la position exacte des passages retranscrits à l’intérieur des extraits (les coordonnées d’un passage sont simplement renseignées entre crochets à l’intérieur du texte, ex: « [65,5] Question : … »  veut dire que la question  retranscrite débute à 1 minute , 5 secondes et 6 dixièmes). C’est une sorte d’indexation chronologique qui se réalisera pour l’essentiel sans intervention spécifique du transcripteur, puisque cette position est renseignée par le système de dictée (lors de la validation d’une portion retranscrite, Sonal sait qu’à la position du curseur dans le texte correspond celle de la fin de la portion dans la bande).

L’intérêt d’un tel système, outre qu’il permet de renforcer le maillage chronologique autour du texte et donc de réécouter plus vite un passage repéré dans la retranscription (ou de relire ou réécrire un passage entendu), c’est que les « points de synchronisation » peuvent ensuite être convertis en bornes d’extraits, et réciproquement. Après la retranscription, on peut donc à loisir (re)définir les frontières des extraits, les fusionner, les scinder etc…

La logique de travail sous-tendue par ces fonctionnalités est donc de retranscrire de manière continue,  mais en ajoutant des marqueurs temporels à intervalles réguliers qui permettront par la suite de procéder à un découpage de l’entretien. Cette organisation peut faciliter la division du travail entre transcripteur et chercheur. Le transcripteur utilisant Sonal pourra transmettre au chercheur un texte « synchronisé » au sein duquel ce dernier pourra naviguer beaucoup plus simplement et procéder à ses propres découpages. Il pourra également ajouter là où il le souhaite des points de synchronisation et même déplacer les existants.

La resynchronisation des entretiens

Ces fonctionnalités permettent de resynchroniser des entretiens très facilement, c’est à dire d’importer un entretien déjà retranscrit hors de l’application, de l’associer à la bande son et de procéder à des découpages d’extraits portant de manière simultanée sur le texte et le son. C’est une grande nouveauté qui devrait intéresser bien des utilisateurs, tout particulièrement ceux qui avaient déjà des entretiens retranscrits avant de se mettre à Sonal. Comme d’habitude, le fonctionnement est pensé pour être très intuitif : la resynchronisation se fait au fil de l’écoute, simplement en cliquant dans le texte sur les mots que l’on vient d’entendre. La position dans la bande et la position dans le texte sont associées. On peut ensuite choisir de transformer le point choisi en simple balise ou en borne d’extrait. Ceux-ci sont ensuite placés sur une grille de calage dans laquelle ils pourront être déplacés manuellement pour que la position de la balise corresponde exactement à celle de la bande. La synchronisation se fait donc assez tranquillement.

Toutes ces fonctionnalités sont en voie de finalisation.Encore quelques fignolages et ce sera en ligne…

 

 

 

 

 

 

 

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website