Une nouvelle version (1.1.1) est en ligne!

Outre bien sûr les traditionnels débogages rendus nécessaires après le passage à la version 1.0.0 qui chamboulait pas mal de choses, l’ajout d’ascenseurs là où ça manquait (lorsque l’utilisateur a beaucoup de variables ou de thématiques par exemple), la version 1.1.1 introduit des nouveautés importantes qui justifient la mise à jour.

La possibilité de travailler avec autre chose que des fichiers WAV.

C’est un changement très important. Cela vous permettra d’alléger considérablement vos corpus.

Charger un fichier compressé

Au moment de l’importation, vous pouvez dorénavant choisir entre des fichiers WAV (par défaut) et d’autres extensions (MP3, WMA etc…).

Travailler avec autre chose qu’un fichier WAV aura cependant ses inconvénients. Le contenu des fichiers compressés n’étant pas accessible sans décodage, ceux-ci ne peuvent être dessinés. Cela veut dire qu’il vous faudra plus ou moins travailler « en aveugle », seule une sinusoïde – plus ou moins contractée – vous donnera une petite idée de la quantité de temps affichée . C’est vraiment une perte de confort dommageable en phase de retranscription, car la visualisation des inflexions du volume sonore est très utile pour repérer les parties, les changements de locuteur etc.


Par contre, une fois les entretiens retranscrits, il peut être très pratique de substituer des fichiers compressés (MP3 etc.) aux fichiers WAV, puisque l’affichage de la bande n’est plus très utile en phase de dépouillement. Cela permettra d’éviter que vos corpus ne deviennent trop lourds.

Remplacer le fichier WAV par un fichier compressé

Pour substituer un fichier Mp3 (ou autre) à un fichier WAV, il suffit de placer la version compressée dans le même dossier que l’original puis, dans la page d’informations sur les entretiens, de cliquer sur l’extension (*WAV) et de choisir l’extension du fichier compressé dans le menu qui s’affiche en dessous.

 

Ceci fait, vous pouvez vous débarrasser de l’ancien pour diminuer le poids du dossier projet (gare quand même aux fausses manipulations).

L’exportation des données de synthèse

Depuis les premières versions ou presque, Sonal produit des données chiffrées synthétiques sur le corpus (tri à plat, analyses chronométrique et  lexicométrique). L’accès à ces informations à l’intérieur du logiciel présente un certain intérêt, mais dans le cadre d’une utilisation un peu poussée de l’outil, il peut être utile de pouvoir récupérer ces données chiffrées autrement qu’en les recopiant, surtout si leur nombre s’accroît avec le raffinement des analyses.

On pouvait déjà exporter les analyses lexicométriques vers Excel, on pourra dorénavant faire de même avec le tri à plat (qui a changé de place et d’apparence, cf. ci-dessous) et les analyses chronométriques.


Un fichier tabulé est créé, qui porte une extension *.Xls, de sorte qu’il s’ouvre automatiquement avec Excel ou Calc après export. Selon les versions d’Excel, vous pourrez avoir un message de prévention vous disant que le fichier n’est pas vraiment un fichier Excel. On ne peut nier la sagacité de cette remarque. C’est vrai. C’est un simple fichier texte tabulé, mais cela ne doit pas vous empêcher de l’ouvrir pour autant. Répondez donc oui à la question posée.

Dans le même esprit, on peut également exporter la base de données. Là aussi dans Excel, au format texte pour l’instant. On pourra bientôt générer une base lisible par Trideux. Cela se passe logiquement dans la page de gestion de la base de données :

Approfondissement des analyses chronométriques

Il est également possible d’exporter les analyses chronométriques, pour l’instant restreintes à une représentation en camembert.

Le fichier d’export contient un certain nombre de données qui ne sont pas représentées dans l’interface (pour l’instant):

– la répartition des différentes thématiques (en temps et en extraits)

– la répartition des thématiques par entretien (en secondes puis en pourcentages en ligne et en colonne)

– la répartition des thématiques par variable (en secondes puis en pourcentages en ligne et en colonne)

On peut légitimement questionner la portée heuristique de l’analyse chronométrique, dans la mesure ou les choix de l’encodeur jouent nécessairement un rôle dans la récurrence des différentes thématiques, mais ces données synthétiques n’en octroient pas moins un point de vue global assez précieux (et à ma connaissance inédit) sur les matériaux; pouvoir connaître – en tendances – les différences dans la répartition des sujets en fonction des types de répondant ou des entretiens est un atout non négligeable pour appréhender ses données. Bref, c’est un premier pas mais j’ai beaucoup de projets pour la dimension analytique de Sonal, à l’intersection notamment des analyses chronométriques et lexicométriques : de premiers modules d’analyse « débitmétrique » sont en test. Cela dit, pour l’instant, je me focalise sur les fonctions d’encodage et, à ce propos, il y a aussi quelques nouveautés.

Découper/recoller les extraits dans la page d’écoute.

Dans le prolongement des nouveautés de la version 1.0, Sonal gagne en souplesse d’utilisation, avec une plus grande réversibilité de l’encodage du son.

– Vous pouvez dorénavant découper les extraits sonores dans la page d’écoute. Cliquez sur le bouton couper. Celui-ci se met à clignoter, pour vous avertir que tout clic sur un extrait entraînera sa partition en deux de part et d’autre de la position choisie. Une paire de ciseaux, dans le haut de la partie zoomée, vise elle aussi à vous prévenir :

Un fois l’extrait coupé, le bouton « couper » cesse de clignoter. Il faut recliquer dessus pour découper à nouveau un extrait.

– Vous pouvez dorénavant (re)coller deux extraits – s’ils sont parfaitement contigus- en cliquant sur la petite croix blanche qui apparaît à l’intersection des deux extraits.

NB : Ces fonctions ont une gestion minimale du contenu textuel des extraits (en cas de fusion, le texte du deuxième extrait est ajouté à celui du premier après un point de synchronisation). Leur utilisation n’est recommandée que dans le cas d’un encodage purement sonore ou sur des extraits seulement annotés. Pour découper en même temps le texte et le son, l’usage de la page de lecture (et des points de synchronisation) est de loin préférable.

Un nouveau système d’annotation à la volée pour l’encodage du son.

L’objectif est de permettre la thématisation et l’annotation des bandes sons « en temps réel » ou presque. C’est-à-dire au fil de l’écoute, sans arrêts superflus. Il était déjà possible d’utiliser un encodage « mains libres » en lançant la sélection de l’extrait par « nouvel extrait » ou en validant avec entrée. L’extrait sélectionné s’élargissait au fil de la lecture en attendant une nouvelle validation pour déterminer sa borne finale. Cela permet de ne pas utiliser la souris pour sélectionner les extraits.

Dans la nouvelle version, il y a quelques nouveautés :

– Vous pouvez maintenant taper du texte pendant l’écoute, texte qui sera ajouté après validation au contenu de l’extrait. Sauf à avoir une dextérité hors norme, il semble difficile d’en profiter pour retranscrire directement la bande mais cela laisse la possibilité de noter quelques remarques sur le contenu du passage. Pour un premier balayage des entretiens, cela permet de décrire en substance le contenu des passages avant une retranscription éventuelle.

– Vous pouvez affecter une thématique à l’extrait avant validation, et d’une manière générale, il est dorénavant possible de changer la thématique des extraits directement en cliquant sur l’intitulé de thématique. Une fenêtre de sélection apparaît, dans laquelle vous pourrez choisir une thématique.

– La combinaison alt + entrée vous permet de valider l’extrait courant et d’en débuter un nouveau immédiatement à la suite sans vous arrêter…

A l’expérience, cette méthode ne permet pas réellement de baliser dans un temps exactement égal à la durée de la bande (il faut parfois revenir légèrement en arrière pour repositionner un extrait etc.) mais on s’en approche vraiment.

Et enfin, fondamental, incontournable, crucial, décisif : de nouvelles couleurs!  Une approche plus systématique des paramètres de couleur m’a permis de faire méthodiquement le tour de toutes les combinaisons de rouge, de vert et de bleu qui cadraient avec l’affichage translucide requis par Sonal. Résultat, on passe de 29 couleurs à 52, ce qui élargit les possibilités.

Voilà, pour ces nouveautés qui valent la peine d’être essayées et pour un certain nombre de corrections, je recommande très chaudement la mise à jour.

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website