La version 1.2 est en ligne

Cette version 1.2 propose surtout des avancées en matière d’analyses lexicométriques mais il y a quelques débogages qui justifient largement le téléchargement.

Grâce à l’assistance de Philppe Cibois, j’ai pu implémenter dans Sonal l’indice de spécificité élaboré par Pierre Lafon, qui est présenté dans cet article. C’est un outil mathématique très efficace pour repérer les formes les plus spécifiques d’une sous-partie de corpus. Je ferai bientôt un billet consacré à cette question pour mieux expliquer la logique de cet indicateur mais voici comment se lisent ses résultats:

– Lorsque vous isolez une sous-partie du corpus (par exemple une thématique), Sonal vous représente, à l’aide de barres colorées les formes les plus spécifiques positivement ou négativement de la sous-partie du corpus du corpus sélectionnée.

Plus la barre est large, plus la forme est caractéristique (par sa présence ou son absence) de la sous-partie isolée. Cela implique que sa largeur est proportionnelle à l’improbabilité de sa fréquence d’apparition. Cela peut paraître déroutant, puisque dans la colonne de droite apparait la probabilité en pourcentages qui est donc inversement proportionnelle.

Attention, la probabilité ne se lit pas identiquement dans les deux sens :

– lorsqu’il y a spécificité positive (en bleu), la valeur correspond à la probabilité qu’il y ait au moins le nombre d’occurrences observées dans la sous-partie, compte tenu du nombre total d’occurrences et des dimensions respectives de la sous-partie et de la totalité du corpus.

– Lorsqu’il y a une spécificité négative (en rouge), c’est la probabilité que cette forme soit si peu représentée dans la sous partie.

Par ailleurs, les boutons ont un peu changé de place lorsque l’on survole les différentes formes :

Le bouton d’accès à la synthèse ne dépaysera pas les habitués de Sonal (vous arrivez dans une synthèse qui vous permet de relire et de réécouter tous les passages retenus qui contiennent la forme donnée).

En revanche, le bouton d’analyse du mot constitue une nouveauté. Ce bouton vous mène dans une page spécifiquement dédiée à l’analyse statistique du mot choisi :

Vous pouvez y relire toutes les apparitions du mot choisi (dans tout le corpus) et connaître, dans la colonne de gauche, toutes les sous-catégories du corpus étant liées à ce mot : est-il significativement sur ou sous-représenté dans une thématique, dans un entretien, chez un type de répondant? Vous le verrez d’un coup d’oeil. En cliquant sur les boutons au sommet de la colonne de gauche, vous pourrez accéder au détail pour chaque dimension.

Parmi les autres modifications de détail qui peuvent être mentionnées, il y a notamment une nouvelle option qui devrait être intéressante.

Des points de synchronisation automatiques en mode dictée

En phase de saisie, il est chaudement recommandé de laisser des points de synchronisation un peu partout. Ces points constituent un maillage fin qui synchronise étroitement le texte et le son, vous permettant une grande souplesse de (re)découpage des extraits. Il est vraiment utile d’en laisser assez fréquemment.

On pouvait jusqu’ici les ajouter manuellement, en utilisant le bouton idoine, ou automatiquement, en tapant alt+entrée pour valider une portion de dictée en cours de saisie. En pareil cas, Sonal place un point de synchro à la fin de la portion que vous venez de saisir et, donc, au début de la portion à venir. Si vous utilisez la dictée automatique (longueur de dictée basée sur la fin des phrases), cette méthode vous permet de placer des points au début de chaque phrase ou presque.

C’est suivant cette logique que je me suis dit que les points de synchro pouvaient être placés sans raccourci clavier, automatiquement, pour peu que la portion qui vient d’être saisie se termine par un point (« . », »? », « ! »). Ne soyez donc pas surpris si, à partir cette version, la validation d’une portion de dictée terminée par un point entraîne l’ajout automatique d’un point de synchro à la fin. Je mettrai peut-être ce comportement en option à l’avenir mais je pense que ce fonctionnement ne peut qu’être bénéfique car le maillage temporel sera plus étroit sans aucun travail supplémentaire…

Des boutons pour l’encodage à la volée

Lorsque l’on encode la bande « à la volée » (suite à un clic sur « nouvel extrait »), la touche entrée valide l’extrait en cours d’allongement et la combinaison Alt+entrée valide l’extrait et en débute un nouveau immédiatement après. Dorénavant, des boutons (ci-dessous) permettent de le faire directement à la souris. J’ai ajouté un bouton pour positionner des points de synchro également.

Quelques débogages importants

Enfin, j’ai eu deux retours d’utilisateurs assez préoccupés par l’impossibilité qui était la leur de rouvrir leur corpus. Un message d’erreur lapidaire les accueillait à l’ouverture et les invitait sans plus de solennité à relancer le logiciel un de ces jours; assez terrorisant lorsque l’on a retranscrit plusieurs heures de bande dans Sonal et que tout ce travail semble perdu. Or ce n’est pas du tout le cas. Sonal peut rencontrer des difficultés à l’ouverture d’un corpus, si par exemple un extrait est mal encodé dans un entretien ou qu’une thématique n’est pas correctement encodée. A ce moment, une toute petite erreur entraîne le plantage de l’ensemble, mais les données ne sont pas perdues. Le contenu des retranscriptions peut toujours être retrouvé en ouvrant les fichiers RTR avec le bloc note ou avec un traitement de texte.

A chaque fois, nous avons pu corriger le problème et relancer le corpus sans perte de données. Quoi qu’il en soit, ces problèmes sont maintenant repérés et Sonal ne se plantera plus dessus à l’ouverture.

 

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website