Anonymiser des enregistrements audio

L’archivage des bandes sonores, et leur maintien dans le processus d’analyse, constitue l’un des intérêts de Sonal, qui ouvre des perspectives analytiques nouvelles (l’étude des temps de parole, des débits oraux) tout en élargissant les formes possibles de restitution. Mais cette « survie » du son, qui n’est plus abandonné à l’issue de la retranscription, peut poser un problème très concret d’anonymat, plus concret que ceux que posent les supports textuels.

En effet, le texte est un matériau propice à l’anonymisation, d’abord car il est facile de remplacer tous les noms propres d’un texte écrit (par rechercher/remplacer), ensuite par ce que le texte seul rend très difficile l’identification d’un locuteur, d’autant plus que le transcripteur est susceptible d’atténuer volontairement les éléments d’identification (notamment de la position sociale) audibles sur la bande.

S’agissant d’une bande audio, la question est plus délicate. Il s’agit d’un matériau moins malléable que le texte et, évidemment, le son d’une voix est un élément d’identification très efficace. Deux questions pratiques se posent donc : comment d’abord effacer ou masquer dans la bande les passages permettant l’identification des locuteurs ou du contexte de l’entretien (noms propres en tout genre)? Comment ensuite faire en sorte qu’on ne puisse pas reconnaître la voix des enquêtés? Faute de réaliser ce travail, la mise à disposition des corpus pour analyse secondaire -ce que facilite et encourage Sonal – est impossible dans la mesure où l’anonymat des enquêtés ne peut être garanti. D’ailleurs, dans certains contextes, la simple conservation des enregistrements est impossible dans la mesure où la CNIL peut imposer leur effacement après retranscription. Il peut cependant être tentant, dans le cadre notamment de premières restitutions à un commanditaire, de diffuser des extraits tout en empêchant l’identification des locuteurs.

Ce billet vous expliquera :

– comment effacer des bandes les passages permettant l’identification des locuteurs

– comment transformer les voix pour les rendre méconnaissables.

Il se base sur l’utilisation d’un logiciel d’édition audio gratuit – bien connu aujourd’hui – : Audacity, que vous pouvez télécharger ici. (Ce tutoriel se base sur la version 2.0.2.)

Avant tout chose, il faut prendre en considération le fait que les modifications que vous allez opérer sur vos bandes seront irréversibles. Une sauvegarde (même temporaire) des enregistrements originaux est conseillée, à moins que les informations pertinentes contenues dans les parties qui seront effacées aient déjà été encodées ailleurs (par exemple,  si vous souhaitez effacer de la bande les noms des communes de résidence de vos interlocuteurs, mais que la population ou la localisation géographique des communes constituent des variables pertinentes de votre grille d’analyse, commencez par alimenter la base de données de votre corpus Sonal en renseignant lesdites variables, vous pourrez ensuite effacer les mentions explicites de la commune sans perdre les informations clés sur lesquelles se basera votre analyse).

« Bipper » ou effacer les noms propres

La première chose à faire est donc de lancer Audacity qui, après installation, doit posséder un raccourci sur votre bureau, et d’ouvrir le fichier son que vous souhaitez anonymiser.

Le travail consistera maintenant à retrouver les passages qui contiennent des données à effacer. Si votre entretien a été retranscrit dans Sonal, parcourez rapidement le texte à l’intérieur du logiciel; en vous basant sur les éléments de synchronisation (coordonnées d’extrait, points de synchro), vous retrouverez facilement la position dans la bande des passages considérés. L’usage du zoom vous aidera à les repérer plus finement  (cf. carré rouge ci-dessous) :

Une fois la zone à effacer correctement repérée, réutilisez le curseur de sélection (juste au dessus du zoom) et sélectionnez la partie à « bipper » :

Cliquez ensuite sur le menu « Générer »  (voir ci-dessous). Deux solutions s’offrent à vous, soit vous remplacez le passage par un blanc (choisissez le menu « Silence…) », soit vous intégrez un bip en lieu et place des passages considérés (choisissez alors le menu « Son… »).

Le fait de générer du silence ou un son permet de ne pas modifier la longueur de la bande et de laisser audible l’opération d’anonymisation qui a été conduite. Ne coupez pas la bande, surtout si votre entretien est à l’intérieur du logiciel Sonal, vous perdriez la synchronisation entre les supports sonore et textuel.

Si vous insérez du silence, la bande aura cette apparence :

Si vous insérez du son, la partie sélectionnée sera remplacée par une sinusoïde très dense :

Dans l’exemple ci-dessous, on peut voir que le son couvrant le passage anonymisé est notablement plus fort que le reste de la bande, ce qui peut être désagréable ou surprenant à l’écoute. Vous pouvez faire quelques tests pour établir vos préférences. Je vous suggère de régler l’amplitude (passer de 0,8 à 0,4 ou 0,5) de sorte que le bip ne soit pas beaucoup plus fort que le fond sonore.  Les autres paramètres peuvent demeurer inchangés : une sinusoïde à 440Hz équivaut à une tonalité de téléphone.

« Pitcher » les voix pour empêcher leur identification

Le terme de « pitch » est emprunté au vocabulaire musical. Il s’agit d’une modification de la hauteur des fréquences contenues dans les échantillons sonores. Les lecteurs familiers de l’usage des tourne-disques connaissent bien l’effet engendré par le passage en 45 ou 78 tours d’un disque prévu pour l’autre format. Dans un cas on « aggrave » les voix, dans l’autre on les « aiguise », les rendant méconnaissables. La méthode proposée se rapproche de cet effet, à ceci près qu’elle ne modifie pas la vitesse de lecture, ce qui aurait pour effet de rompre la synchronisation entre le texte et le son dans Sonal.

Pour tester cette fonction, je vous conseille de commencer par sélectionner une courte portion de bande, puis de cliquer sur « Effets » –> « Changer la hauteur ».

Choisissez ensuite un nombre de demi-tons à ajouter ou retrancher aux fréquences réelles de la bande. Je vous conseille de ne pas avoir la main trop lourde, au risque de rendre les échanges parfaitement incompréhensibles. Pour ce qui est du sens de la modification, c’est à vous de choisir entre des voix caverneuses ou plutôt aigües. Ou tout le monde parle comme Sebastien Chabal, ou tout le monde semble avoir inhalé de l’hélium. La bouton « Aperçu » vous en donne un… aperçu.

Une fois la bonne modification trouvée, annulez les modifications que vous venez d’opérer sur l’échantillon choisi, sélectionnez toute la bande (ou ne sélectionnez rien, cela revient au même dans Audacity), et appliquez le changement de hauteur à tout l’entretien. Attention, cela peut prendre un petit moment.

Les limites du « pitch »

La pratique du « pitchage » des voix, souvent associée au floutage des visages, est fréquente chez les journalistes d’investigation, afin de protéger leurs sources. Pourtant, il y a lieu de se demander si cet usage ne vise pas plus à créer une atmosphère film d’espionnage qu’autre chose. La raison en est simple : ce que le pitch fait, le pitch peut le défaire. On peut ainsi « remonter » les voix qui ont été « descendues » ou inversement, quitte à travailler à tâtons – demi-ton par demi-ton -, éventuellement en s’aidant des bruits de fond dont la hauteur est connue (sonneries de téléphone etc.). Bref, dès lors que l’on dispose d’un enregistrement physique de la voix « pitchée », cette protection n’est plus qu’un rideau de fumée bientôt évaporé.

Une réponse à ce problème peut être de ne pas appliquer une transformation linéaire aux fréquences. Vous pouvez pour cela utiliser la fonction de variation progressive de la hauteur (accessible également dans le menu « Effets »). L’interface dédiée (voir ci-dessous) vous permet de changer la hauteur de telle sorte que la modification opérée ne soit jamais la même, car en constante évolution. Une fois encore, ne touchez pas au tempo, uniquement à la hauteur initiale et finale. Dans l’exemple proposé, on passe de -4 demi tons au début de l’extrait à -1 à la fin. Il faut évidemment éviter de choisir des valeurs passant par zéro, faute de quoi à un moment donné de la bande, la voix ne sera plus modifiée.

Si vous appliquez ces modifications progressives sur des passages relativement courts (des portions enchainées de quelques minutes), cela peut compliquer le travail de qui voudrait reconstituer la voix initiale.

De manière plus radicale, vous pouvez aussi essayer les différents effets proposés par Audacity (la wah wah pourquoi pas?), mais il est rare que ceux-ci soient efficaces pour anonymiser tout en laissant les échanges compréhensibles. Un « flanger » pourrait être adapté, mais Audacity n’en propose pas dans sa configuration de base.

Sauvegarder les modifications opérées sur la bande

Attention, à la fin de ce travail, Audacity ne vous proposera pas une simple fonction « enregistrer » ou « enregistrer sous » classique. Le format proposé par Audacity pour enregistrer les modifications lui est propre (*.Aup) et Sonal ne parviendra pas à le lire. Il faut donc avoir recours à la fonction Exporter accessible dans le menu Fichier.

Choisissez ensuite le format voulu (WAV de préférence), ne placez surtout aucune « méta donnée » dans l’interface qui apparaît ensuite (Sonal n’aime vraiment pas  ça).

Quant à l’emplacement, si vous souhaitez que la bande modifiée soit dorénavant celle utilisée dans Sonal, écrasez le fichier d’origine avec sa version modifiée. S’il porte exactement le même nom et qu’il est placé dans le dossier du corpus, il sera dorénavant intégré dans votre corpus.

Vous pouvez ensuite quitter Audacity sans enregistrer le projet.

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website