Vitesse de retranscription, êtes-vous sûr(e) de vouloir savoir?

Depuis les versions 1.8.9, et plus encore dans la 1.8.14 dorénavant en ligne, j’ai travaillé à l’élaboration d’un système de mesure de la vitesse de retranscription.

Cela prend la forme de graphiques – volontairement discrets – qui apparaissent sur le côté de la page de lecture lorsque l’on clique sur la petite horloge tout à droite de la zone de dictée (voir ci-dessous). Ils vous permettent de suivre, à chaque portion de dictée validée, la progression de votre travail.

VitesseDictée

Les informations sont les suivantes:

  • En haut, votre vitesse de frappe en mots/minute, avec la moyenne à gauche et le résultat de la dernière portion à droite (rouge si elle est inférieure à la moyenne, verte si elle est supérieure ou égale). Dans l’exemple ci-dessus, la dernière portion a été retranscrite à une vitesse de 45 mots/minute, ce qui est supérieur à la moyenne (42,9).
  • En bas, suivant la même charte graphique: le temps de travail nécessaire à la retranscription d’une unité de temps de bande. Ci-dessus, la dernière portion a demandé un temps de temps de travail correspondant à 5,8 fois le temps de bande qu’elle contenait (en gros, il aura fallu un peu plus de 17 secondes pour retranscrire une portion de dictée de 3 secondes). Ce ratio est variable en fonction de la vitesse d’élocution moyenne des locuteurs, de la fréquence des interjections de l’interrogateur, de la fidélité de la transcription. Il sert donc surtout à toucher du doigt le temps de travail nécessaire pour finir la transcription intégrale (voir plus bas).

La dissociation de la vitesse de frappe et du ratio temps de travail / temps de bande s’impose dans la mesure où ni la vitesse de frappe, ni le ratio ne se suffisent à eux seuls. On peut taper très vite tout en prenant un temps important pour retranscrire des passages complexes, enchevêtrés, ou dans lesquels il y a des hésitations nombreuses. Dans l’exemple ci-dessus, qui n’a pas été choisi au hasard, la vitesse de frappe est légèrement supérieure à la moyenne et pourtant le ratio est plus élevé. C’était donc une partie complexe qui a pris du temps, sans que le transcripteur ne ralentisse pour autant.

Est-ce que ça sert à quelque chose?

A l’expérience oui, a minima, cela peut au moins avoir un caractère assez motivant; pas tant sous la forme d’un suivi anxieux de la vitesse instantanée que du fait des multiples points d’étapes qui sont offerts par le système de suivi. En effet, tout en bas de la fenêtre, apparaissent :

  • le nombre de portions de dictées retranscrites;
  • le nombre de mots ajoutés;
  • le temps de bande traité;
  • le pourcentage global de l’entretien déjà retranscrit.

DetailsvitesseTout cela permet par exemple de structurer le travail en fixant des objectifs à court ou moyen terme. Concrètement, le transcripteur peut se dire « allez, je vais jusqu’à 10, 20 ou 30 portions et je fais une petite pause », « je transcris encore 5%, 5 minutes, 500 mots etc. avant d’arrêter ». Et puis, forcément, quand on y est, on est souvent tenté de se fixer un objectif un petit peu plus élevé, et ainsi de suite.

Mais la fonction la plus utile, et de loin, n’est pas immédiatement accessible au transcripteur, car elle peut être assez démoralisante (vous êtes prévenus). C’est l’estimation du temps de travail restant pour finir la retranscription intégrale. Pour obtenir cette information, il faut cliquer sur le petit plus en bas à droite de la zone de mesure de la vitesse. Apparaissent alors les informations sur le temps de travail restant.

projection

Faut-il vraiment mesurer sa « productivité »?

À chaque fois que naît un indicateur chiffré, il faut inévitablement se pencher sur son berceau avec la plus grande curiosité, ne serait-ce que pour se demander quels usages – plus ou moins tordus – pourraient en être fait.

Du point de vue des quantifications du travail sociologique, je suis toujours partagé entre le possible et le souhaitable. En effet, Sonal formalise un grand nombre d’opérations d’encodage des données et permet dès lors toutes sortes de dénombrements (temps de travail, d’écoute, part des entretiens encodés etc.), qui débouchent logiquement sur tout un arsenal potentiel de surveillance.

J’estime généralement que pour peu que les chiffres restent parfaitement sous le contrôle de ceux qu’ils concernent au premier chef et qu’ils n’interviennent pas dans un processus de contrôle externe, il peut toujours être amusant de les avoir, de savoir où l’on en est, en l’occurrence à quelle vitesse on va et si, par exemple, on commence à ralentir, à se déconcentrer, et qu’il est préférable de faire tout autre chose. Je crois donc aux chiffres lorsqu’ils sont réflexifs et surtout lorsque l’on sait bien comment ils sont construits, et comment les neutraliser.

Comment ça marche?

Le système de calcul de la version 1.8.9 se contentait de faire la différence entre l’heure d’ouverture de la fenêtre de lecture, la quantité de bande transcrite à ce moment, et l’heure et le niveau atteint à un instant t, à partir de quoi le logiciel estimait le temps restant. Compte tenu du fait que, dans Sonal, on ne fait pas strictement que retranscrire, cela avait tendance à accroitre exagérément le temps de travail restant estimé. J’ai donc cherché à faire en sorte que l’on ait le temps de retranscription « brut » afin que l’indicateur de temps restant soit plus réaliste.Ce temps « brut » implique que l’on peut être dans l’interface de retranscription depuis 1h mais que Sonal estime que l’on n’a passé que 40 ou 45 minutes à retranscrire effectivement.

Voici donc comment est calculé ce temps de travail « brut »: lorsque vous transcrivez en mode dictée dans la fenêtre de retranscription – et que vous laissez cochée la case de sauvegarde automatique, i.e. la petite disquette – Sonal va enregistrer différentes informations, à la fois lorsque vous commencez un portion de dictée, et quand vous la terminez (validation par la touche entrée). Les informations collectées sont :

  • l’heure d’ouverture de la portion de dictée (moment où le rectangle blanc est affiché) et l’heure de validation;
  • la position dans la bande au début et à la fin de la portion,
  • le nombre de mots ajoutés (un mot étant ce qu’il y a entre deux espaces).

À partir de là, Sonal fait ses calculs en excluant le temps que vous ne passez pas à retranscrire et en n’intégrant pas dans la moyenne les portions non finies (pas d’heure de fin) ou qui ne contiennent aucun mot ajouté.

Important: les informations sont stockées dans des fichiers qui portent le nom de l’entretien suivi de l’extension « .Trv » (oui, comme « travail »). Cela permet à Sonal de récupérer l’historique de votre travail à chaque réouverture de l’entretien. Si vous voulez vider cet historique, vous pouvez directement supprimer ce fichier trv. Vous pouvez également  cliquer sur le bouton « réinitialiser » en bas à gauche de la zone qui donne le temps de travail restant. Cela revient au même.

Réinitialiser l’historique peut vous permettre de garder pour vous les détails de votre organisation de travail, mais cela vous permettra aussi et surtout de rafraîchir votre vitesse moyenne qui, les portions aidant, finit par acquérir une grande fixité. Si vous voulez connaître votre vitesse de travail du jour et non de la dernière semaine, réinitialisez au moment de vous mettre au travail.

Voilà, avec tous ces éléments, vous devriez pouvoir faire un bon usage de cet outil!

Excellente année à tous et bon courage dans vos retranscriptions.

 

 

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website