Un point sur le développement de Sonal

L’été touche à sa fin, la rentrée approche, c’est le moment de faire un petit point sur le développement de Sonal…

Vous pouvez vous attendre, dans un futur proche, à disposer d’améliorations sur ces différents plans :

  • Un correcteur d’orthographe devrait apparaître dans la prochaine version. Il m’a été demandé à de multiples reprises mais je butais jusqu’ici sur des problèmes techniques. J’ai trouvé une solution qui n’est pas pleinement satisfaisante mais qui a le mérite d’exister : Sonal va “sous-traiter” la correction orthographique à Word, qui tournera en arrière-plan. Cela repose évidemment le gros problème de la Microsofto-dépendance du logiciel, qui vient malheureusement du développement en Visual Basic.  J’en suis bien désolé mais je n’ai guère le choix. D’un point de vue fonctionnel, deux modes de correction seront disponibles, une correction globale de l’extrait saisi, lancée à la demande et une correction dite “automatique”, qui se contentera de mettre en rouge les mots mal orthographiés au long de la saisie.
  • Une inscription de Sonal dans la base de registre permettra, à partir de la prochaine version, de pouvoir ouvrir ses projets directement en double-cliquant sur les fichiers corpus (*.Crp). Ce qui devrait permettre de gagner un peu de temps, mais a surtout l’avantage de rapprocher Sonal d’un logiciel “normal”.

Sur le plan des projets un peu plus lointains :

  • La page de lecture des entretiens, apparue dans la dernière version, est longue à développer mais sera, à terme, un outil essentiel dans le fonctionnement de Sonal. Sans vouloir ébruiter trop tôt les innovations qu’elle apportera, je peux déjà dire qu’elle devrait permettre de “re-synchroniser” des entretiens retranscrits hors de Sonal, afin notamment de reconstituer un corpus à partir d’entretiens déjà retranscrits voire, à terme, de travailler uniquement à partir de fichiers textes, comme dans un logiciel d’indexation thématique classique. Cette possibilité de créer des points de synchronisation entre le texte et le son permettra aussi de placer des balises temporelles à l’intérieur des extraits déjà retranscrits. On devrait arriver ainsi à un système d’encodage plus fin. J’ai beaucoup d’espoir s’agissant de cet outil, mais je bute actuellement sur des problèmes techniques de fond, que j’entends régler avant d’aller plus loin. Les choses pourraient aller vite cependant, puisque les principaux obstacles sont franchis.
  • Sur le plan de l’analyse des corpus, la page des statistiques a été refondue. L’analyse chronométrique (place des différentes thématiques dans le corpus) sera dorénavant dissociée de la lexicométrie. Cela permet de gagner du temps dans l’affichage des statistiques, car la lexicométrie prend un peu plus de temps. Cette dernière sera améliorée, avec un module de recherche, des critères un peu plus affinés, etc. mais la grande nouveauté sera, dans les temps à venir, l’implémentation dans Sonal du système d’analyse conçu par Philippe Cibois pour Trideux-mots, qui repose sur les méthodes de l’analyse factorielle appliquées à un tableau lexical des questions, qui recense les usages d’un mot par les différentes catégories de locuteurs. J’ai encore un peu de travail pour réintégrer le code, mais on aura bientôt des plans factoriels permettant de suggérer des pistes d’analyse dans l’utilisation du vocabulaire par les différents types de répondants.

A plus long terme maintenant (quelques mois), j’entends aborder un aspect que Sonal délaisse pour l’instant, qui est la collecte et le travail des bandes sonores. J’aimerais permettre aux utilisateurs d’enregistrer leurs entretiens directement dans Sonal, et de commencer l’indexation dès ce moment là. Je réfléchis encore au meilleur moyen de permettre ce travail sans trop parasiter la conduite de l’entretien, qui nécessite une attention constante. J’aimerais également que Sonal prenne en charge la conversion des entretiens, ce qui impliquera l’usage de composants externes. J’ai quelques pistes…

Il reste donc beaucoup de choses à faire, mais les idées ne manquent pas. Plus le temps passe, plus je conçois le logiciel en trois parties :

  • Ce qui a trait à la collecte des matériaux (enregistrement, conversion etc.)
  • Ce qui relève de leur organisation (construction du corpus, retranscription)
  • Ce qui relève de leur analyse.

Pour l’instant, Sonal se concentre sur l’étape 2. Il reste beaucoup à faire sur ce plan, ce qui explique ma réticence à aborder l’étape 3, mais à terme, j’entrevois la possibilité de réaliser une application accompagnant le chercheur de la conduite des entretiens à leur analyse finale. A suivre…

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website


2 réflexions sur « Un point sur le développement de Sonal »

  1. Je vos remercie des derniers développements de Sonal qui me sont fort utiles. D’autant plus que mon niveau en orthographe décline au fil des ans. Néanmoins une question me taraude : existe-t-il un lien occulte et officieux entre votre projet et Microsoft ?
    On connaît le zèle de la firme de Redmond pour s’introduire au sein de l’Université, alors ma question est toute dite : Sonal constitue-t-il un projet sous-marin ?

    Je permets ces dires en voyant votre acharnement à développer des solutions à base de technologies propriétaires …

    bien à vous … et à bientôt.

    1. Je comprends votre curiosité mais à vrai dire, vous me faites presque trop d’honneur. Imaginer un seul instant que Windows puisse être derrière Sonal afin d’infiltrer l’université revient à prêter au logiciel plus de qualités qu’il n’en a. Malheureusement, la réalité est beaucoup plus triviale.

      Mon métier n’est pas le développement informatique. Je suis sociologue de formation et de profession et l’informatique ne constitue qu’un hobby. J’ai progressivement glané de maigres compétences au fil des années et des projets, mais je suis encore très limité. Ceci pour dire que l’autodidacte que je suis en est réduit à utiliser des outils faciles pour programmer. Il se trouve que Windows en propose un : visual basic, qui date un peu aujourd’hui mais qui a l’avantage d’être à la portée d’un béotien dans mon genre. Or VB est un langage propriétaire qui est fait pour fonctionner dans l’environnement Windows, avec les applications Windows. C’est une contrainte et un avantage. Sans rentrer dans les détails, dans VB, des “passerelles” permettent de communiquer très facilement avec Word, Excel ou même Windows Media, ce que fait Sonal. Mon “acharnement à utiliser des technologies propriétaires” est donc uniquement une solution de facilité imposée par mon niveau en informatique. Il n’y a rien d’idéologique là dedans. Reconnaissez d’ailleurs que si j’étais de mèche avec Windows, j’aurais une politique de diffusion bien différente. Sonal est gratuit alors même qu’il n’y a pas de concurrence sur son créneau spécifique. Je pourrais aisément le vendre mais cela ne m’intéresse pas. Cela ne me rapproche pas vraiment d’un crypto bill gates non? Je suis simplement un enseignant-chercheur en sociologie qui consacre une partie de son temps à la réflexion méthodologique et qui propose d’en faire profiter les étudiants ou d’autres chercheurs et dont la seule rétribution vient des messages de gratitude qui lui sont parfois adressés. Si j’avais voulu servir de sous-marin et m’enrichir, je ne serais jamais entré à l’Université!

      Sachez enfin que je ne demande pas mieux que de basculer en logiciel libre, mais c’est trop de travail pour moi seul et je n’en ai pas les compétences. Si vous voulez m’aider, on peut très sérieusement en discuter.

      Bien à vous également,

      Alex ALBER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.