Archives de catégorie : Méthodes d’analyse

Analyser un corpus Sonal 2/5 (L’analyse qualitative)

Ce billet présente la première méthode d’analyse des extraits. Elle repose sur la sélection préalable d’un sous échantillon, abordée dans le premier billet de cette série.

Une fois le filtrage des extraits opéré, Sonal propose d’abord une approche très simple des matériaux, consistant à faire l’inventaire de tous les extraits dont on dispose sur un sujet donné.

Pour obtenir cette liste, cliquez simplement sur le bouton « synthèse » en haut à gauche de la page du corpus.

Fenêtre de synthèse

La fenêtre qui apparaît alors vous permettra de relire et/ou de réécouter tous les extraits sélectionnés. La colonne de gauche contient tous les extraits. Lorsque l’on clique sur l’un d’entre eux, la bande son se lance et le texte de l’extrait apparaît dans la partie droite de la page. Une fois un extrait terminé, Sonal lance automatiquement le suivant.

  • Si l’extrait contient des points de synchronisation, un petit bouton + apparaît sur la gauche de l’étiquette d’extrait. Au clic, la liste des points apparaît sous l’étiquette de l’extrait. Vous pouvez ainsi accéder plus rapidement à certains passages.

Libre à vous d’utiliser par la suite le cadre interprétatif qu’il vous plaira; Sonal se contente de vous mettre à disposition l’inventaire exhaustif des extraits portant sur un sujet donné et/ou étant issus de certains (types) d’entretiens. On parle donc d’analyse qualitative car elle repose sur une démarche interprétative mais il n’y a pas à proprement parler de méthode. Il s’agit tout simplement de s’assurer qu’on ne rate aucun passage intéressant.

Dans cette approche, le fait d’avoir à la fois accès au son et au texte vous permet une appréhension complète du sens véhiculé dans les entretiens. La retranscription intégrale permet de retrouver très facilement les passages sonores à partir de leur version textuelle. On peut ainsi parler d’une approche intensive des matériaux, puisqu’il est possible de mobiliser tant la lecture que l’écoute pour s’imprégner du discours enregistré. Dans le cadre d’une sociologie compréhensive, c’est un atout précieux.

Une fois la synthèse réalisée, il est possible de copier des extraits individuellement pour les coller dans un traitement de texte, de supprimer de la synthèse ceux qui ne présentent pas d’intérêt etc.

Rechercher un mot clé

Cette fenêtre de synthèse vous permettra également de faire des recherches lexicales à l’intérieur des extraits. Tapez dans la zone de recherche le mot que vous recherchez et les extraits seront à nouveau filtrés en fonction de leur contenance.

Recherche d'un mot clé dans la synthèse

La ligne de chaque extrait contient le premier contexte d’apparition du mot puis, si vous cliquez dessus, apparaît une liste des contextes dans lesquels le mot se trouve. Si vous cliquez sur ces lignes, vous êtes amenés à leur position dans l’extrait, ce qui est pratique si vous réalisez des extraits très longs.

Cette fonctionnalité vous permet également de rechercher un mot clé à l’intérieur de tout le corpus. Il suffit de ne pas filtrer les extraits avant synthèse et le tour est joué.

Exporter le résultat d’une synthèse

Lorsque vous avez réuni une collection d’extraits qui vous semblent dignes d’intérêt pour illustrer tel ou tel phénomène relatif à votre objet d’étude, vous pouvez exporter le contenu de cette synthèse dans Word ou dans n’importe quel traitement de texte en cliquant sur le bouton d’export :

Export de la synthèse

Après avoir préparé votre export en cochant (ou pas) les différentes cases d’option, vous pouvez choisir d’exporter directement dans Word ou bien d’enregistrer au format *.Rtf.

Le troisième billet vous expliquera bientôt comment faire une analyse lexicométrique.

 

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Analyser un corpus Sonal (1/5)

Le projet Sonal a maintenant plus de deux ans. J’imagine – enfin j’espère – qu’un certain nombre d’utilisateurs a dorénavant un corpus de taille suffisante pour commencer à travailler un peu méthodiquement dans l’analyse  des entretiens. Sonal a beaucoup progressé sur ce plan depuis quelques versions, mais la littérature n’a pas (encore) suivi, et certains utilisateurs sont dans l’attente de quelques conseils pour analyser leur corpus.

Je vais donc écrire quelques billets pour faire le point sur ce qu’il est possible de tirer d’un corpus encodé dans Sonal, en fonction des centres d’intérêt de chacun.

Celui-ci est donc le premier d’une série prévue de cinq billets. Il abordera les conditions préalables pour analyser efficacement ses entretiens avec Sonal, fera le point sur les différents angles d’analyse possibles et se terminera par la présentation du système de filtrage, commun à toutes les approches.

Conditions optimales pour l’analyse d’un corpus Sonal

Pour pouvoir tirer profit de la complémentarité des approches proposées par Sonal, il est préférable d’avoir un corpus complet.
Par cela il faut entendre deux choses :

  • Des entretiens encodés thématiquement.

Il faut avoir utilisé l’encodage thématique lors de la retranscription. Cela veut dire ne pas avoir créé un seul extrait de la longueur de l’entretien, mais avoir découpé progressivement des passages dans la bande, en les qualifiant à l’aide de la grille thématique que vous aurez définie.

  • Un corpus contenant les informations clés au sujet des locuteurs

Cela implique d’avoir utilisé la base de données, en créant des variables susceptibles d’intervenir comme éléments distinctifs dans la comparaison des différents entretiens. Par exemple, si vous pensez que le sexe est une caractéristique importante pour éclairer les discours de vos répondants, ajoutez cette variable dans la base de données et renseignez la pour tous; de même avec l’âge et ainsi de suite avec tout ce qui vous semblera potentiellement éclairant, dans la limite de 99 variables. Bien sûr, vous n’êtes pas obligés de vous retrouver dans cette approche, très proche de ce que proposent les logiciels statistiques en matière d’analyse des réponses aux questions ouvertes. Cependant, il me semble toujours préférable de stocker un maximum d’informations au sujet des entretiens, quoi que l’on espère en tirer par la suite.

Base de données Sonal

 

Choisir (ou pas) un angle d’approche des données

Sonal vous propose d’analyser votre corpus de trois (ou quatre) façons. Ces approches peuvent être utilisées en parallèle, tout au long de la construction du corpus.

  •  La première méthode, l’approche qualitative, consistera à trier les extraits retranscrits en fonction de leur thématique, du type d’entretien dont ils sont issus, pour isoler une collection d’extraits que l’on pourra relire et/ou réécouter pour analyse. On pourra aussi trier à l’intérieur des extraits ceux qui contiennent une forme particulière. C’est la fonction de synthèse, à laquelle sera consacré le second billet de la série.
  • La seconde manière, intrinsèquement quantitative, consiste à étudier le vocabulaire utilisé dans les différents extraits, en analysant le vocabulaire spécifique des différents types de locuteurs sur les différents thèmes. On peut ainsi contraster le vocabulaire utilisé en fonction des grilles d’analyses renseignées dans la base de données et dans la liste des thématiques. C’est l’analyse lexicométrique, à laquelle sera consacré le troisième billet.
  • La troisième approche consiste en l’analyse des temps de parole. De par le découpage de la bande lors de la thématisation, il est possible de calculer le temps passé sur les différents thèmes par les différents ( types de) locuteurs. Même si cet outil permet surtout une approche réflexive des matériaux, il peut présenter un certain intérêt. C’est l’analyse chronométrique, qui sera présentée dans le quatrième billet.
  • Enfin, en prévision: l’analyse débitmétrique, qui consistera à compter le nombre de mots par minutes, en se basant sur le rapport entre la durée des extraits et le nombre de mots qu’ils contiennent. Les accélérations, les ralentissements, peuvent faire l’objet d’une analyse, même si l’essentiel reste sans doute à inventer en la matière. Ce sera l’objet du cinquième et dernier billet.

Toutes les analyses proposées par Sonal reposent sur un même principe de filtrage visant à faire ressortir des contrastes. On va systématiquement isoler des sous parties du corpus pour les étudier, soit qualitativement, soit quantitativement, en les comparant au reste du corpus. Cette méthode de filtrage repose sur plusieurs critères combinables, qui fonctionnent tous d’une manière similaire.

 

Comprendre la logique du système de filtrage

On peut voir un corpus encodé dans Sonal comme une sorte de « base de données qualitative » composée d’une collection d’extraits à la fois sonores et textuels. Ces extraits sont représentés par des « briques » de couleurs collées sur la bande et qui valent à la représentation synthétique du corpus le qualificatif de « mur » :

Exemple de corpus Sonal

Toutes les fonctions d’analyse de Sonal reposent sur un principe de filtrage commun : elles supposent un filtrage qui repose sur l’activation ou la désactivation des extraits en fonction des différentes caractéristiques qui leur sont rattachées.

Chaque extrait possède des caractéristiques qui lui sont propres :

•    des coordonnées temporelles spécifiques (les extraits ne se superposent pas)
•    une chaîne de caractères (texte) correspondant à la retranscription

Et d’autres, qu’il partage avec d’autres extraits :
•    une thématique, qui définit notamment sa couleur
•    un entretien, duquel il est issu, et qui lui confère des caractéristiques renseignées dans la base de données.
Dans Sonal, un extrait c’est donc 1) une durée de bande, 2) du texte, 3) une thématique et 4)  des caractéristiques tirées de la base de données où sont enregistrées des informations sur l’entretien duquel est issu l’extrait. C’est sur la base de ces différents attributs que les extraits vont être activés ou non.

Représentation schématique de la "base de données qualitatives"

La première question est donc de savoir comment on active et comment on désactive les extraits.
Il y a trois approches possibles et complémentaires pour activer ou désactiver les extraits :
•    On peut choisir de ne garder actives que certaines thématiques
•    On peut choisir de ne garder actifs que certains entretiens en les choisissant individuellement
•    On peut choisir de ne garder actifs que certains types d’entretiens, en se basant sur les caractéristiques de la base de données.
D’un point de vue graphique, Sonal offre une représentation très intuitive des filtrages puisque les analyses portent sur les extraits « allumés » repérables dans le « mur » du corpus.

Corpus filtré (certaines thématiques et certains entretiens sont désactivés)

Filtrer par thématique

Pour allumer ou éteindre une thématique, un clic gauche sur la thématique considérée dans le volet thématique à gauche de la page suffira. Pour ne garder que cette thématique, utilisez un clic droit. Pour rallumer ou éteindre toutes les thématiques, cliquez sur le bouton on/off situé en haut à gauche du volet thématique. Dans la page de corpus, les extraits dont la thématique a été désactivée disparaissent.

Filtrer par entretien

Les entretiens s’allument et s’éteignent individuellement en cliquant sur le bouton on/off situé à l’extrême gauche de la ligne de l’entretien dans le corpus. Là aussi, le clic droit revient à isoler l’entretien en question et le bouton on/off situé en haut du volet consacré aux entretiens permet l’activation/désactivation collective des entretiens. Un entretien désactivé reste visible mais ses extraits sont grisés.

Filtrer par variables

Le filtrage par variables revient au même que le filtrage par entretien mais procède de manière collective. Au lieu d’activer ou de désactiver les entretiens individuellement, vous pouvez le faire au regard de leurs caractéristiques. Cette fonction passe par l’affichage du tri à plat, qui va vous donner la composition de votre corpus pour les différentes variables.

Après avoir déplié les variables, le clic gauche vous permettra d’allumer ou d’éteindre les entretiens. Attention, ici, le clic droit vous permettra de modifier l’intitulé de la modalité. Le bouton on/off situé en haut du volet vous permettra de remettre le filtrage à zéro.

Filtrage des entretiens en fonction de leurs attributs

En cumulant ou non les caractéristiques de filtrage, vous pourrez donc très facilement sélectionner une collection d’extraits que vous pourrez soumettre à l’une des approches proposées par le logiciel, à commencer par la plus simple, l’analyse thématique, que nous verrons dans le prochain billet.

 

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Présentation du système d’analyse statistique de Sonal

Présentation du système d’analyse statistique de Sonal

Après un long travail de développement consacré à l’ergonomie des interfaces de saisie et de visualisation des entretiens, j’ai enfin pu, à la faveur d’un séminaire de l’équipe Cost-Terreni au sein du laboratoire Citeres,  avancer dans le système d’analyse statistique des entretiens, jusqu’ici assez limité.

C’est en quelque sorte la troisième dimension du logiciel, la première étant l’enregistrement des entretiens, la seconde étant la construction des corpus. Cet outil sera une forme de récompense après les efforts faits pour encoder vos entretiens. Il faut dire qu’un corpus encodé dans Sonal devient une mine d’information, beaucoup plus qu’une compilation de fichiers texte contenant des entretiens retranscrits : non seulement chaque portion de texte se voit associer une thématique dès la retranscription – ce qui permet un filtrage thématique ainsi qu’un décompte chronométrique – mais il est également possible de décrire les entretiens à travers le système de base de données, ce qui permet un filtrage en fonction des caractéristiques des locuteurs. Pour l’instant, il y a deux optiques possibles : soit vous optez pour une analyse lexicométrique (décompte des mots), soit vous vous concentrez sur la place des différentes thématiques à l’aide d’une analyse chronométrique.

L’analyse lexicométrique dans Sonal : un système d’intuitions

L’analyse statistique repose sur une approche formelle assez simple. Il s’agit systématiquement d’étudier le vocabulaire contenu dans une série d’extraits définis par leur thématique et/ou par les caractéristiques des locuteurs. Une interface dédiée fait ressortir les éléments langagiers les plus spécifiques d’une collection d’extraits donnée. Cela revient à se demander en somme « quel vocabulaire utilise tel ou tel type de personne interviewée pour parler de tel ou tel sujet? » L’utilisateur peut donc structurer son analyse en regardant d’abord, au sein de chaque thématique, le vocabulaire employé par l’ensemble des répondants, et approfondir éventuellement l’analyse en filtrant à l’aide des caractéristiques renseignées dans la base de données. Par exemple, que disent les personnes interrogées sur la question de la précarité au travail, et qu’en disent les salariés contractuels ? et les statutaires? Etc.

Du point de vue statistique, le système est – pour l’instant – plutôt simple, les mots sont classés en fonction de leur pourcentage de spécificité. Si un mot n’apparait que dans les extraits filtrés, il leur est 100% spécifique; s’il apparaît pour moitié dans les extraits filtrés, et pour moitié dans d’autres extraits non retenus, son taux sera de 50% etc. L’avantage de ce système rudimentaire, c’est que tous les mots outils, par définition peu spécifiques, sont projetés en fin de classement, sans recours à un filtrage spécifique.

A cette entrée reposant sur les catégories analytiques prises isolément, s’ajoute un système d’analyse factorielle importé depuis Trideux grâce au concours de Philippe Cibois, qui permet une recherche plus « inductive » des corrélations locales entre caractéristiques et vocabulaire en introduisant simultanément l’ensemble des variables dans un même plan.

Un tableau lexical est généré, qui décompte, pour chaque modalité de chaque variable, le nombre d’occurrences de chaque mot. L’on peut ainsi, grâce aux marges, étudier l’existence d’éventuels écarts à l’indépendance dans l’utilisation du vocabulaire. Par exemple, dans un corpus où il y a à peu de choses près le même nombre de mots chez les hommes et chez les femmes, si un mot est utilisé 10 fois dans le corpus mais qu’il revient 8 fois chez les hommes contre 2 fois par les femmes, on peut dire qu’il existe une attraction – au sens statistique – entre la catégorie « homme » et ce mot particulier. C’est la logique de base de l’analyse des tableaux croisés transposée à l’analyse du vocabulaire. Et, puisque l’analyse factorielle résume les résultats d’un grand nombre de tableaux croisés, on peut obtenir une représentation géométrique des écarts à l’indépendance dans le tableau lexical tiré de la base, et ainsi découvrir d’éventuelles corrélations insoupçonnées.

Tout l’intérêt d’avoir indexé chronologiquement la bande pendant la retranscription est que ces analyses ne sont pas nécessairement la dernière étape du travail. Le matériau de base qu’est l’enregistrement reste accessible, ce qui transforme les résultats statistiques en simples suggestions, puisque après avoir été informé par le logiciel de la spécificité d’une forme pour un type de sujet/et ou répondant, l’utilisateur peut opérer un retour immédiat aux extraits contenant le mot en question, pour saisir le contexte particulier de son énonciation. Ce contexte est saisi à la fois sur un plan sémantique, en accédant aux phrases desquelles ils est issu – ce qui est une fonction usuelle des CAQDAS-, mais aussi sur un plan prosodique, puisque la réécoute des extraits apporte par surcroît des éléments de contexte améliorant l’interprétation.

Cela permet de ne pas choisir entre une analyse quantitative globale automatisée et une analyse locale de type compréhensif. Cela permet d’obtenir des intuitions analytiques fortes sans pour autant enfermer le sociologue dans un cadre interprétatif préconçu. De plus, en utilisant le filtre lié à l’indexation thématique des extraits et aux modalités des variables renseignées dans la base de données,  l’utilisateur peut restreindre l’analyse quantitative à certaines portions du corpus.

Le dépouillement peut donc être à la fois quantitatif et… inductif, c’est à dire être basé sur une curiosité préalable du chercheur quant à la spécificité de telle ou telle catégorie de répondant concernant tel sujet etc. tout en utilisant des algorithmes permettant de faire ressortir l’existence de corrélations statistiques notables. L’entrée se fait par les catégories définies par l’utilisateur en décrivant ses interlocuteurs. A la différence d’un outil comme Alceste, qui tend à aborder le matériau pris globalement, s’intéressant d’abord aux formes discursives récurrentes à l’intérieur du corpus, pour ensuite rechercher des associations éventuelles entre ces formes et des variables illustratives rattachées aux unités de contexte (UC)[1], Sonal est avant tout un outil de recherche des spécificités langagières propres à chaque sujet et ou à chaque locuteur. L’approche est beaucoup moins ambitieuse et ne débouche pas forcément sur des résultats aussi transversaux que les « mondes sémantiques » dégagés par Alceste, mais elle permet assurément de faire ressortir des constantes intéressantes au sein des corpus.

C’est la chronologie même du travail qui est transformée, puisque l’analyse peut tout à fait se faire tout au long de la construction du corpus. Elle n’est plus l’ultime étape, suivant la retranscription et l’agrégation des verbatims.

Comment analyser statistiquement un corpus?

Du point de vue ergonomique, le système de tri lexical reprend le fonctionnement du système de sélection des extraits.  Le même système de panneaux latéraux est utilisé pour filtrer les thématiques et des caractéristiques des locuteurs depuis le corpus.

1) Isolez (ou non) les thématiques et/ou les entretiens qui vous intéressent, exactement comme si vous souhaitiez les envoyer dans la synthèse.

2) Choisissez un mode d’analyse. Vous avez deux possibilités, soit vous procédez à une analyse lexicométrique, soit à une analyse chronologique. La première consiste à compter les mots, la seconde à compter le temps.

L’analyse lexicométrique se lance avec le bouton ci-dessous.

Au tout premier lancement de cette application, Sonal réalisera une base lexicale qui recensera tous les mots et leur contexte d’apparition. En fonction des capacités de votre machine, le calcul de cette base peut prendre un certain temps. Pour éviter d’avoir à la recalculer à chaque utilisation, Sonal propose de recharger la base existante, qui est enregistrée dans le dossier de projet sous la forme [nom_du projet].Lexico.xls.

Si vous n’avez pas modifié votre corpus depuis la dernière utilisation, vous pouvez répondre non et Sonal rechargera la dernière base. Cette question ne vous sera évidemment posée qu’à la première ouverture de la fenêtre. Par la suite, vous pourrez rafraîchir la base à l’aide d’un bouton « rafraichir la base lexicale » placé dans la fenêtre d’analyse lexicale.

Vous parvenez alors à la fenêtre d’analyse lexicale.

Sur la partie gauche de la page, les panneaux de tri (thématiques, entretiens, variables) reproduisent le filtrage opéré. Si vous avez « éteint » certaines thématiques ou désactivé certains entretiens avant d’ouvrir la page, les panneaux de tri seront affichés sur le côté. Si vous voulez les afficher, utilisez les boutons « thématiques, tri à plat et entretiens » en haut de la page.

Dans la partie droite, une liste de vocabulaire triée par niveau de spécificité. Les mots qui n’apparaissent que dans la sélection opérée en faisant ressortir le vocabulaire spécifique des extraits filtrés.

On peut également opter pour d’autres combinaisons de thématiques ou de caractéristiques dans cette même fenêtre, le nouveau tri opéré se reproduisant instantanément dans la fenêtre de corpus. L’analyse lexicométrique est donc accessible dans la continuité de la construction du corpus, comme la synthèse. De même l’analyse chronométrique, qui reprend(ra) également les catégories utilisées pour filtrer les extraits.

L’analyse chronométrique : un outil réflexif

L’analyse chronométrique s’obtient en cliquant sur le bouton « chrono » positionné juste à droite du bouton lexico dans la page de corpus. Elle procède de la même logique de filtrage que l’analyse lexicométrique, avec les mêmes panneaux latéraux,  mais ses résultats sont à interpréter avec plus de prudence : le rôle de l’encodeur dans la définition des thématiques invite à considérer l’analyse chronométrique comme un outil réflexif.


[1] Pour une explication très claire du fonctionnement d’Alceste, cf. Dalud-Vincent Monique, « Alceste comme outil de traitement d’entretiens semi-directifs : essai et critiques pour un usage en sociologie », Langage et société, 2011/1 n° 135, p. 9-28

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Un point sur le développement de Sonal

L’été touche à sa fin, la rentrée approche, c’est le moment de faire un petit point sur le développement de Sonal…

Vous pouvez vous attendre, dans un futur proche, à disposer d’améliorations sur ces différents plans :

  • Un correcteur d’orthographe devrait apparaître dans la prochaine version. Il m’a été demandé à de multiples reprises mais je butais jusqu’ici sur des problèmes techniques. J’ai trouvé une solution qui n’est pas pleinement satisfaisante mais qui a le mérite d’exister : Sonal va « sous-traiter » la correction orthographique à Word, qui tournera en arrière-plan. Cela repose évidemment le gros problème de la Microsofto-dépendance du logiciel, qui vient malheureusement du développement en Visual Basic.  J’en suis bien désolé mais je n’ai guère le choix. D’un point de vue fonctionnel, deux modes de correction seront disponibles, une correction globale de l’extrait saisi, lancée à la demande et une correction dite « automatique », qui se contentera de mettre en rouge les mots mal orthographiés au long de la saisie.
  • Une inscription de Sonal dans la base de registre permettra, à partir de la prochaine version, de pouvoir ouvrir ses projets directement en double-cliquant sur les fichiers corpus (*.Crp). Ce qui devrait permettre de gagner un peu de temps, mais a surtout l’avantage de rapprocher Sonal d’un logiciel « normal ».

Sur le plan des projets un peu plus lointains :

  • La page de lecture des entretiens, apparue dans la dernière version, est longue à développer mais sera, à terme, un outil essentiel dans le fonctionnement de Sonal. Sans vouloir ébruiter trop tôt les innovations qu’elle apportera, je peux déjà dire qu’elle devrait permettre de « re-synchroniser » des entretiens retranscrits hors de Sonal, afin notamment de reconstituer un corpus à partir d’entretiens déjà retranscrits voire, à terme, de travailler uniquement à partir de fichiers textes, comme dans un logiciel d’indexation thématique classique. Cette possibilité de créer des points de synchronisation entre le texte et le son permettra aussi de placer des balises temporelles à l’intérieur des extraits déjà retranscrits. On devrait arriver ainsi à un système d’encodage plus fin. J’ai beaucoup d’espoir s’agissant de cet outil, mais je bute actuellement sur des problèmes techniques de fond, que j’entends régler avant d’aller plus loin. Les choses pourraient aller vite cependant, puisque les principaux obstacles sont franchis.
  • Sur le plan de l’analyse des corpus, la page des statistiques a été refondue. L’analyse chronométrique (place des différentes thématiques dans le corpus) sera dorénavant dissociée de la lexicométrie. Cela permet de gagner du temps dans l’affichage des statistiques, car la lexicométrie prend un peu plus de temps. Cette dernière sera améliorée, avec un module de recherche, des critères un peu plus affinés, etc. mais la grande nouveauté sera, dans les temps à venir, l’implémentation dans Sonal du système d’analyse conçu par Philippe Cibois pour Trideux-mots, qui repose sur les méthodes de l’analyse factorielle appliquées à un tableau lexical des questions, qui recense les usages d’un mot par les différentes catégories de locuteurs. J’ai encore un peu de travail pour réintégrer le code, mais on aura bientôt des plans factoriels permettant de suggérer des pistes d’analyse dans l’utilisation du vocabulaire par les différents types de répondants.

A plus long terme maintenant (quelques mois), j’entends aborder un aspect que Sonal délaisse pour l’instant, qui est la collecte et le travail des bandes sonores. J’aimerais permettre aux utilisateurs d’enregistrer leurs entretiens directement dans Sonal, et de commencer l’indexation dès ce moment là. Je réfléchis encore au meilleur moyen de permettre ce travail sans trop parasiter la conduite de l’entretien, qui nécessite une attention constante. J’aimerais également que Sonal prenne en charge la conversion des entretiens, ce qui impliquera l’usage de composants externes. J’ai quelques pistes…

Il reste donc beaucoup de choses à faire, mais les idées ne manquent pas. Plus le temps passe, plus je conçois le logiciel en trois parties :

  • Ce qui a trait à la collecte des matériaux (enregistrement, conversion etc.)
  • Ce qui relève de leur organisation (construction du corpus, retranscription)
  • Ce qui relève de leur analyse.

Pour l’instant, Sonal se concentre sur l’étape 2. Il reste beaucoup à faire sur ce plan, ce qui explique ma réticence à aborder l’étape 3, mais à terme, j’entrevois la possibilité de réaliser une application accompagnant le chercheur de la conduite des entretiens à leur analyse finale. A suivre…

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

De l’usage des thématiques dans Sonal

Le système de retranscription de Sonal suppose de chapitrer les entretiens en découpant successivement des portions de bande à retranscrire. Afin de faciliter le travail d’analyse, ces différents extraits peuvent être « thématisés », c’est à dire qu’ils peuvent se voir affecter un code couleur ainsi qu’un intitulé qui permettra de les décrire afin de faciliter les recherches et le tri des extraits.

Pour créer des thématiques dans un corpus, il faut soit aller dans le menu thématiques puis choisir gérer les thématiques, soit cliquer sur le raccourci dans l’onglet des thématiques (cerclé en rouge ci-dessous)

Dans la fenêtre qui s’ouvre, il faut ensuite cliquer sur « ajouter une thématique », en définir la couleur et le nom, puis valider. Il n’y a que 13 couleurs disponibles (pour des raisons de transparence) mais les utilisateurs peuvent créer jusqu’à 99 thématiques différentes par corpus. Les usages possibles sont très nombreux et voici quelques suggestions.

Au sens premier, les thématiques servent à  décrire le contenu des échanges. La grille thématique gagnera donc à cadrer avec les différents sujet du guide d’entretien. En pareil cas, on a rarement besoin d’en avoir beaucoup plus de 10 ou 15, car plus les thématiques sont précises, plus il devient difficile de les affecter.

Cela dit, si le protocole d’enquête prévoit des entretiens directifs, il devient possible de créer une « thématique » par question et de colorier de la même teinte toutes les questions portant sur un même sujet. A ce sujet, je recommande d’utiliser un code couleur spécifique (ou pas de couleur) pour isoler les questions posées par l’intervieweur (ceci afin de pouvoir ne pas les inclure dans l’analyse lexicométrique). Bien sûr, cela ne vaut que pour les questions longues; il serait extrêmement fastidieux d’isoler toutes les relances par exemple…

On peut également utiliser les thématiques dans le cadre des récits de vie. Pourquoi ne pas affecter à chaque étape du parcours une thématique particulière?

Bref, les solutions sont nombreuses et je compte sur les utilisateurs pour imaginer de nouveaux usages. Si vous avez des pratiques originales avec les thématiques dans Sonal, n’hésitez pas à les mentionner dans les commentaires, elles pourront inspirer d’autres utilisateurs

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website