Archives de catégorie : Méthodes d’analyse

La retranscription automatique : une fausse bonne solution

Face à la difficulté qu’il y a à  retranscrire les entretiens, nombreux sont les étudiants qui espèrent  trouver une solution miracle dans la retranscription automatique par reconnaissance vocale.

Pourtant, la reconnaissance vocale est loin d’être la panacée qu’on s’imagine. Il ne suffit pas de sélectionner un fichier son, de cliquer sur un bouton et d’attendre sagement que le logiciel le traduise en texte.  Si la reconnaissance vocale marche bien dans certains cadres, elle n’est pas du tout adaptée aux entretiens semi-directifs.

D’abord, la reconnaissance vocale ne reconnaît qu’une seule voix: la vôtre. Il faut en quelque sorte « dresser » le logiciel pendant quelques heures, en lisant un texte imposé, pour que l’application analyse vos intonations et sache les reconnaître. Une phase de rodage plus ou moins longue vous attend donc avant même de commencer à retranscrire.

Une fois que votre voix sera correctement reconnue, vous devrez donc répéter dans le micro tout ce que vous entendez sur la bande. Or, comme ces logiciels ont été conçus pour dicter des courriers, pas des entretiens, toutes les tournures orales, ne sont pas reconnues. Par exemple, les « chépas » devront être « traduits » en « je-ne-sais-pas ». De même, on sait bien que personne ne fait à l’oral des phrases aussi construites qu’à l’écrit. Il y a toujours des hésitations, des répétitions, des bouts de phrases qui n’arrivent nulle part etc. On peut rendre en partie ces digressions lorsque l’on retranscrit à la main, mais, dans la retranscription vocale, c’est plus compliqué,  il faut donc « traduire » en simultanée ce qui disent vos interlocuteurs, quitte à considérablement simplifier leurs phrases, et perdre un certain nombre de finesses du discours. Vous risquez assez vite de vous retrouver dans la peau d’un journaliste sportif obligé de tirer des phrases construites des propos lacunaires d’un footballeur. Or, il est difficile de construire une analyse scientifique digne de ce nom sur ce que les personnes interviewés ne disent qu’en substance…

Chez les professionnels de la retranscription, on appelle un « perroquet » celui qui fait ce travail de répétition/traduction. Il y a un article qui parle de ça ici. Le perroquet travaille généralement en binôme avec un correcteur, qui rattrape les erreurs d’interprétation et les fautes d’accord que font les logiciels. En effet, malgré des progrès indéniables, ces applications sont loin d’avoir une efficacité optimale, tant dans la reconnaissance des tournures que dans la qualité du français.

Si vous travaillez seul, cela veut dire que non seulement vous allez devoir répéter tout le contenu de vos entretiens devant le micro, mais qu’en plus, vous allez devoir vérifier en parallèle qu’il ne commet pas d’erreur, et saisir manuellement tous les noms propres ou les éléments de vocabulaire qui ne figurent pas dans le dictionnaire du logiciel. Ce qui vous obligera à arrêter la bande, le temps de corriger les erreurs.

Bref, c’est peut-être un peu plus rapide (au bout d’un certain temps de dressage) mais ce n’est pas plus simple…

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website