Archives de catégorie : Outils

Partagez facilement vos corpus Sonal

Le partage des données qualitatives est un problème auquel s’affrontent constamment les sociologues. Lors des  recherches en équipe, les corpus collectifs sont souvent une juxtaposition de corpus individuels plus ou moins étanches, chacun tendant à construire son analyse sur ses seuls entretiens et il est difficile de partager ses matériaux, au moins sur un plan pratique (les réticences liées à la pudeur sont un autre sujet).  On peut certes se transmettre ses bandes – la numérisation permet d’ailleurs de faciliter cette tâche, même si la taille des fichiers reste un problème, notamment pour l’envoi par mail-; on peut également se transmettre des fichiers word contenant les retranscriptions mais chacun sait le temps que peut prendre l’écoute ou la lecture complète d’un corpus d’entretiens. Il est donc généralement long et fastidieux d’entrer dans les matériaux de quelqu’un d’autre.

Sonal vise à réduire autant que possible cette difficulté cognitive. Comme tout est fait pour permettre une appréhension globale des matériaux, et que les fonctions de tri par thématique et/ou par attributs des répondants permettent une approche très synthétique de leur contenu, partager un corpus Sonal est sans doute plus intéressant que partager simplement des enregistrements ou leurs retranscriptions. On offre en tout cas au récipiendaire du corpus certains moyens de s’approprier plus rapidement le contenu des entretiens.

Comment partager son corpus?

Le fait que Sonal fonctionne en « adresse relative », c’est-à-dire que tous les fichiers d’un corpus soient contenus dans un seul et même dossier, facilite considérablement la tâche. Recopiez le dossier qui contient votre corpus sur un disque dur externe (par exemple), transmettez le à un tiers, en ouvrant votre corpus, il le retrouvera exactement comme vous l’avez laissé. Le seul inconvénient est évidemment qu’un dossier de projet dans Sonal est généralement très lourd, du fait de la présence des fichiers WAV, même de qualité minimale (comptez au minimum 1 Go pour une vingtaine d’heures d’entretiens). Il est donc techniquement fastidieux de partager de tels volumes de données via Internet (même si ce n’est pas impossible).

La dernière version de Sonal (0.0.52) offre une alternative intéressante car elle est capable de fonctionner en « mode muet », c’est-à-dire que l’absence de fichier WAV n’entrave plus l’ouverture des corpus. Toutes les fonctions restent accessibles, hormis bien sûr l’écoute des différents passages. Dans le cas d’entretiens intégralement retranscrits, l’envoi d’un corpus – même « muet » – présente donc l’avantage de permettre de partager la vue synthétique des matériaux et le système de tri qu’offre Sonal. L’intérêt est en l’occurrence qu’en l’absence des fichiers son, un corpus ne pèse presque rien et qu’il est loisible de l’envoyer par mail…

Comment partager un corpus « muet » par mail?

Partager un corpus muet revient à envoyer tous les fichiers d’un projet, à l’exception des enregistrements. Une méthode très simple pour ce faire est d’utiliser la fonction qui permet de créer des dossiers de sauvegarde.

Cette fonction vise à sauver  les fichiers qui représentent un travail de saisie de la part de l’utilisateur : les fichiers de retranscription (Rtr) surtout, mais aussi le fichier de Corpus (Crp). Elle crée, dans le répertoire de projet, un nouveau dossier qui ne contient que les fichiers en question et qui porte par défaut le nom « Sauv » suivi de la date du jour en ordre inversé (année, mois, jour) mais vous êtes libres de le nommer comme bon vous semble.

Ce dossier contient donc un corpus qui peut être ouvert dans Sonal. Du fait de la présence des fichiers Rtr, on y retrouvera tous les extraits, leurs thématiques, leur position, la base de données etc. Ce dossier,  très léger car il ne contient que des fichiers textes, peut ensuite être zippé (clic droit –> envoyer vers –> dossier compressé) et envoyé par mail.

A la réception, il suffit de dézipper le dossier et d’ouvrir le fichier corpus (Crp) qu’il contient. Toutes les fonctions de tri et d’analyse peuvent être utilisées, le corpus peut même être modifié. Attention cependant, le récipiendaire n’aura pas les images des spectres sonores des entretiens dans son corpus car les fichiers d’image (Bmp) ne sont pas ajoutés lors de la sauvegarde automatique. Le corpus aura donc cette apparence:

Si ces questions d’esthétique vous taraudent, sachez qu’il suffit de recopier tous les fichiers Bmp du corpus dans votre dossier avant de le zipper et le tour est joué. Cela devrait légèrement l’alourdir cependant.

Pareillement, les fichiers mémorisant les parties lues (*.Lct) ne sont pas ajoutés à la sauvegarde. A moins de souhaiter ardemment qu’un tiers vienne jeter un oeil sur votre travail d’écoute, vous n’avez pas vraiment de raison de les partager…

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Enregistrez directement vos entretiens dans Sonal

La version 30 vous permet dorénavant d’enregistrer vos entretiens directement dans Sonal. Cela implique que vous réalisiez vos entretiens avec votre ordinateur, ce qui peut être pratique dans la mesure où votre micro de web cam peut éventuellement faire l’affaire. Attention cependant, réaliser un entretien avec un ordinateur n’est pas tout à fait neutre en termes méthodologiques. J’ai personnellement utilisé cette méthode durant mes recherches doctorales et, à l’expérience, et je pense important de donner certains conseils aux utilisateurs peu familiers des entretiens qualitatifs.

Il est très important d’éviter tout parasitage durant l’entretien. L’enregistrement est souvent un aspect délicat à aborder avec l’interviewé; il faut un certain tact pour obtenir l’autorisation d’enregistrer, ce qui demande parfois de justifier l’utilité d’une telle pratique : le meilleur argument étant généralement que cela évite une prise de note constante qui nuit à la fluidité de la conversation.

Cette discussion introductive peut parfois créer un léger malaise en début d’entretien. Le dictaphone crée parfois un point de fixation qui détourne l’attention des locuteurs. La petite diode rouge signifiant l’enregistrement semble parfois légèrement hypnotique pour les locuteurs, ce qui retarde d’autant le moment où l’interviewé finira par relâcher son auto-contrôle… et dire des choses intéressantes.

Un ordinateur peut être encore plus perturbant.Il est d’abord beaucoup plus volumineux, ce qui implique qu’il peut être plus difficile à oublier s’il est posé sur une table entre vous et l’interviewé, mais il est surtout interactif, ce que n’est pas le dictaphone qui ne fait qu’une et une seule chose : enregistrer.  Autrement dit, un ordinateur risque aussi de détourner votre attention. Or, si l’interviewé a l’impression que l’ordinateur vous intéresse plus que lui, il répondra à vos questions de manière expéditive et le profit spécifique que l’on retire de l’entretien comme conversation risque de disparaître. Il est donc important d’accorder à la machine une attention limitée. A cette fin, je vous recommande de ne pas placer l’ordinateur entre vous et l’interviewé mais de trois-quarts, légèrement en biais, afin que l’interviewé puisse avoir un oeil sur l’écran en se décalant légèrement. Il faut donc à la fois dégager l’espace entre vous et l’interlocuteur et lever ses craintes éventuelles sur ce que vous faites sur l’ordinateur.

Voici comment vous y prendre pour enregistrer un entretien dans Sonal.

Avant toute chose, vous devez créer ou ouvrir un corpus. Ce corpus définira notamment l’endroit où sera enregistré le fichier que vous allez créer (il sera positionné dans le même dossier que le fichier *.Crp). Il vous fournira également les thématiques que vous pourrez affecter aux extraits isolés en cours d’enregistrement (cf. ci-dessous).

L’enregistrement d’un nouvel entretien se lance avec ce bouton :

ou depuis le menu :

Vous arrivez sur la page d’enregistrement :

La première chose à faire est de régler le volume sonore. Lorsque le curseur indique un volume adapté (ni trop faible, ni saturé), vous pouvez démarrer l’enregistrement.

La fenêtre de définition des caractéristiques de l’enregistrement apparaît :

Pour pouvoir lancer l’enregistrement, vous devez impérativement nommer le fichier que vous allez enregistrer.

Cette page vous permet également de définir les caractéristiques du fichier :

– la fréquence (11025Hz par défaut)

– le nombre de canaux (Mono par défaut, la stéréo est possible mais déconseillée dans le cas d’enregistrement d’entretiens)

L’interface vous informe sur l’espace restant sur le disque ou le périphérique où vous allez enregistrer votre fichier et vous précise combien de temps de bande est à votre disposition en fonction du format utilisé.

Après avoir défini le nom du fichier et choisi son format, vous pouvez lancer l’enregistrement.

L’interface prend alors cette apparence :

Vous pouvez alors laisser « tourner la bande » jusqu’à la fin de l’enregistrement, que vous signifierez simplement en cliquant sur le bouton stop (en l’état, on ne peut pas faire « pause »; la fonction existe mais elle n’est pas totalement au point).

Une fois l’enregistrement terminé, l’entretien est automatiquement ajouté au corpus courant et chargé.

Si vous souhaitez gagner du temps dans vos retranscriptions, vous pouvez placer des marqueurs en cours d’enregistrement, c’est-à-dire prédéfinir les extraits et éventuellement leur affecter une thématique.

Pour ce faire, vous pouvez cliquer sur le bouton ci-dessous, ou simplement taper entrée, en notant que le curseur doit être dans la zone de texte vouée à la saisie des notes pour que la touche entrée fonctionne :

Ce faisant, vous définissez la fin de l’extrait, auquel sera ajouté le texte contenu dans la zone de texte. Les différents extraits découpés apparaissent par la suite par ordre chronologique inversé. En cliquant sur les petites flèches en bout de ligne, il vous est possible d’affecter une thématique aux extraits :

Ces fonctions peuvent vous permettre de gagner beaucoup de temps dans vos recherches, mais – une fois encore – elles nécessitent un certain contrôle de la part de l’utilisateur, qui ne doit pas se laisser perturber par l’ordinateur en cours d’entretien…


Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Partager un corpus dans Sonal

Si les étudiants travaillent généralement seuls sur leurs entretiens (évaluation oblige), il est très fréquent que les chercheurs en sciences sociales réalisent des enquêtes collectives. Ce travail en groupe permet notamment de constituer en un temps raisonnable des corpus de dimensions suffisantes pour consolider les résultats obtenus et assoir une montée en généralité suffisamment solide. C’est aussi un excellent exercice pour échanger et débattre au sujet des matériaux recueillis.

En pareil cas, chaque participant conduit un certain nombre d’entretiens, sur la base d’un guide commun élaboré en amont de la recherche, afin de construire un corpus homogène.

Les choses se compliquent lorsqu’il s’agit de partager les matériaux. Un entretien retranscrit pouvant facilement atteindre les 50 pages, la relecture de ceux conduits par d’autres prend logiquement un temps très important; trop important souvent, pour la plupart des chercheurs…

Sonal peut offrir quelques facilitations dans cette tâche, car son fonctionnement –  son système de synthèse et de pondération qualitative notamment- permet de s’approprier très rapidement les éléments essentiels d’un entretien, et d’en réécouter très simplement les passages clés.

Pour ceux qui souhaiteraient utiliser Sonal afin d’agréger des entretiens d’une recherche collective, voici comment il faut s’y prendre.

  • La première chose à faire est de construire un fichier projet ou corpus. Le fichier Corpus contient les caractéristiques partagées par l’ensemble des entretiens du projet. Concrètement, il suffit d’ouvrir Sonal et de choisir « créer un nouveau projet », puis de choisir le nom et l’emplacement du fichier Corpus. Il n’est pas nécessaire d’y ajouter le moindre entretien dans un premier temps.
    • La chose la plus importante à ce stade est de définir les thématiques qui seront partagées par tous les retranscripteurs. (quelques conseils ici).
    • Vous pouvez également amorcer la saisie des variables qui devront être renseignées (allez dans la base de données et ajoutez des variables). Dans la mesure du possible, il est préférable de fermer les modalités, comme dans un questionnaire, afin de faciliter la mise en commun ultérieure des données. Pour ce faire, il suffit d’ajouter un entretien (même fictif) et de saisir successivement, – et dans l’ordre ! – toutes les modalités possibles pour chaque variable considérée : par exemple toutes les classes d’âges, toutes les PCS, toutes les situations matrimoniales, professionnelles etc. Ainsi, elles seront disponibles sous forme de menu déroulant pour et surtout homogènes d’un corpus à l’autre.
    • Il suffit ensuite d’envoyer le fichier Crp du projet aux différents participants de l’enquête. C’est un tout petit fichier texte, très léger, un mail peut donc largement faire l’affaire.
  • Chacun peut ensuite ouvrir ce corpus chez lui. Il y retrouvera les différentes thématiques et les variables de la base de données.
    • Il pourra ensuite y ajouter ses propres entretiens, et les saisir.
    • Lors de la saisie, il créera ainsi pour chaque entretien un fichier de retranscription (*.Rtr) compatible avec le corpus commun.
  • Enfin, pour créer le corpus collectif, il faut désigner la personne chargée de centraliser les entretiens. Celle-ci recevra d’une part les fichier sons (convertis en WAV ou non: le mp3 peut faciliter les envois par mail éventuels) et les fichiers Rtr de chaque entretien. À chaque mise à jour d’un entretien, il suffit ensuite que les retranscripteurs envoient leurs fichiers Rtr . Là encore, c’est un simple fichier texte, très léger. Une solution commode peut être de partager un dossier en ligne, par exemple dans Dropbox. Il faut seulement que ce dossier contienne un fichier Crp et – à minima – les fichiers Rtr de chaque entretien du corpus. Le partage des bandes elles-mêmes peut soulever des problèmes de confidentialité, voire de place, mais dans la mesure où les bandes ne sont jamais modifiées par Sonal, une fois qu’elles ont été téléchargées par tout le monde, leur présence en ligne ne ralentit pas le système. C’est donc une option possible.

La seule difficulté qui soit susceptible de survenir se situe au niveau de la base de données. Puisque les valeurs des variables sont créées automatiquement, chaque utilisateur aura des valeurs personnelles dans son corpus et, au moment d’agréger les entretiens, il est possible que celles-ci se superposent. Il est donc préférable de laisser le centralisateur saisir les modalités, en se contentant de les renseigner dans les commentaires.

Dans l’attente, pour mieux comprendre comment marche Sonal et quels fichiers échanger, je vous conseille de lire ce post.

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Sonal sur Mac et Linux

« Gloire à nos illustres pionniers », aurait dit R. Gary. Deux utilisateurs viennent de franchir le « mur du Windows », en parvenant à faire tourner Sonal, l’un  sur Mac, l’autre sur Linux Ubuntu. Merci à eux de m’avoir informé de leurs progrès.

Bien sûr, il s’est agit à chaque fois de virtualiser Windows dans un autre système d’exploitation. Sonal reste donc une application Windows à ce stade. La démonstration est cependant faite qu’il est possible de l’utiliser sous d’autres plateformes, moyennant quelques bidouillages…

Jérémie Gauthier, doctorant au Cesdip, a réussi à faire tourner Sonal sur son Macbook Pro, à l’aide du logiciel Parallels Desktop (payant), en choisissant Windows XP. Il me précise par ailleurs qu’il lui a fallu installer à côté Windows Media Player (qui est le lecteur d’arrière plan dans Sonal), ainsi qu’une DLL  manquante (mscat32.dll), que vous pouvez trouver facilement sur internet, par exemple ici et qu’il faut coller dans le répertoire C:\Windows\System32.

Michael Nezet, de son côté, a réussi à installer Sonal sur Linux Ubuntu en utilisant la Virtual Box de Sun et en émulant XP SP3. Lui aussi a dû réinstaller Windows Media car manifestement l’assistant d’installation n’y parvient pas tout seul.

Voilà, si vous ambitionnez d’utiliser Sonal sur une machine virtuelle, sachez 1) que c’est possible 2) qu’il vous faudra sans doute réinstaller Windows Media Player pour que ça marche.

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Sonal sur Mac?

Plusieurs personnes m’ont demandé s’il existait ou existerait un jour une version mac, voire Linux, de Sonal.

A ce stade, je réponds systématiquement que hélas, trois fois hélas, les applications développées en VB ne fonctionnent pas sur Mac osx. J’ai cependant découvert depuis que des applications permettaient d’assurer la migration entre les plateformes. L’hypothèse d’avoir un jour une version mac de Sonal n’est donc pas du domaine de l’impossible.

Je reste cependant dubitatif dans la mesure où Sonal utilise un certain nombre d’éléments propres à Windows (par exemple, le lecteur d’arrière plan est windows media) qui facilitent la programmation. Un gros travail de redéveloppement me semble donc inévitable pour les remplacer et je n’ai tout simplement pas le temps, sans parler des compétences informatiques requises. Cela dit, s’il existe de bonnes âmes désireuses de me donner un coup de main ou des conseils, je suis preneur…

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website