Archives de catégorie : Tutoriels

Analyser un corpus Sonal (1/5)

Le projet Sonal a maintenant plus de deux ans. J’imagine – enfin j’espère – qu’un certain nombre d’utilisateurs a dorénavant un corpus de taille suffisante pour commencer à travailler un peu méthodiquement dans l’analyse  des entretiens. Sonal a beaucoup progressé sur ce plan depuis quelques versions, mais la littérature n’a pas (encore) suivi, et certains utilisateurs sont dans l’attente de quelques conseils pour analyser leur corpus.

Je vais donc écrire quelques billets pour faire le point sur ce qu’il est possible de tirer d’un corpus encodé dans Sonal, en fonction des centres d’intérêt de chacun.

Celui-ci est donc le premier d’une série prévue de cinq billets. Il abordera les conditions préalables pour analyser efficacement ses entretiens avec Sonal, fera le point sur les différents angles d’analyse possibles et se terminera par la présentation du système de filtrage, commun à toutes les approches.

Conditions optimales pour l’analyse d’un corpus Sonal

Pour pouvoir tirer profit de la complémentarité des approches proposées par Sonal, il est préférable d’avoir un corpus complet.
Par cela il faut entendre deux choses :

  • Des entretiens encodés thématiquement.

Il faut avoir utilisé l’encodage thématique lors de la retranscription. Cela veut dire ne pas avoir créé un seul extrait de la longueur de l’entretien, mais avoir découpé progressivement des passages dans la bande, en les qualifiant à l’aide de la grille thématique que vous aurez définie.

  • Un corpus contenant les informations clés au sujet des locuteurs

Cela implique d’avoir utilisé la base de données, en créant des variables susceptibles d’intervenir comme éléments distinctifs dans la comparaison des différents entretiens. Par exemple, si vous pensez que le sexe est une caractéristique importante pour éclairer les discours de vos répondants, ajoutez cette variable dans la base de données et renseignez la pour tous; de même avec l’âge et ainsi de suite avec tout ce qui vous semblera potentiellement éclairant, dans la limite de 99 variables. Bien sûr, vous n’êtes pas obligés de vous retrouver dans cette approche, très proche de ce que proposent les logiciels statistiques en matière d’analyse des réponses aux questions ouvertes. Cependant, il me semble toujours préférable de stocker un maximum d’informations au sujet des entretiens, quoi que l’on espère en tirer par la suite.

Base de données Sonal

 

Choisir (ou pas) un angle d’approche des données

Sonal vous propose d’analyser votre corpus de trois (ou quatre) façons. Ces approches peuvent être utilisées en parallèle, tout au long de la construction du corpus.

  •  La première méthode, l’approche qualitative, consistera à trier les extraits retranscrits en fonction de leur thématique, du type d’entretien dont ils sont issus, pour isoler une collection d’extraits que l’on pourra relire et/ou réécouter pour analyse. On pourra aussi trier à l’intérieur des extraits ceux qui contiennent une forme particulière. C’est la fonction de synthèse, à laquelle sera consacré le second billet de la série.
  • La seconde manière, intrinsèquement quantitative, consiste à étudier le vocabulaire utilisé dans les différents extraits, en analysant le vocabulaire spécifique des différents types de locuteurs sur les différents thèmes. On peut ainsi contraster le vocabulaire utilisé en fonction des grilles d’analyses renseignées dans la base de données et dans la liste des thématiques. C’est l’analyse lexicométrique, à laquelle sera consacré le troisième billet.
  • La troisième approche consiste en l’analyse des temps de parole. De par le découpage de la bande lors de la thématisation, il est possible de calculer le temps passé sur les différents thèmes par les différents ( types de) locuteurs. Même si cet outil permet surtout une approche réflexive des matériaux, il peut présenter un certain intérêt. C’est l’analyse chronométrique, qui sera présentée dans le quatrième billet.
  • Enfin, en prévision: l’analyse débitmétrique, qui consistera à compter le nombre de mots par minutes, en se basant sur le rapport entre la durée des extraits et le nombre de mots qu’ils contiennent. Les accélérations, les ralentissements, peuvent faire l’objet d’une analyse, même si l’essentiel reste sans doute à inventer en la matière. Ce sera l’objet du cinquième et dernier billet.

Toutes les analyses proposées par Sonal reposent sur un même principe de filtrage visant à faire ressortir des contrastes. On va systématiquement isoler des sous parties du corpus pour les étudier, soit qualitativement, soit quantitativement, en les comparant au reste du corpus. Cette méthode de filtrage repose sur plusieurs critères combinables, qui fonctionnent tous d’une manière similaire.

 

Comprendre la logique du système de filtrage

On peut voir un corpus encodé dans Sonal comme une sorte de « base de données qualitative » composée d’une collection d’extraits à la fois sonores et textuels. Ces extraits sont représentés par des “briques” de couleurs collées sur la bande et qui valent à la représentation synthétique du corpus le qualificatif de “mur” :

Exemple de corpus Sonal

Toutes les fonctions d’analyse de Sonal reposent sur un principe de filtrage commun : elles supposent un filtrage qui repose sur l’activation ou la désactivation des extraits en fonction des différentes caractéristiques qui leur sont rattachées.

Chaque extrait possède des caractéristiques qui lui sont propres :

•    des coordonnées temporelles spécifiques (les extraits ne se superposent pas)
•    une chaîne de caractères (texte) correspondant à la retranscription

Et d’autres, qu’il partage avec d’autres extraits :
•    une thématique, qui définit notamment sa couleur
•    un entretien, duquel il est issu, et qui lui confère des caractéristiques renseignées dans la base de données.
Dans Sonal, un extrait c’est donc 1) une durée de bande, 2) du texte, 3) une thématique et 4)  des caractéristiques tirées de la base de données où sont enregistrées des informations sur l’entretien duquel est issu l’extrait. C’est sur la base de ces différents attributs que les extraits vont être activés ou non.

Représentation schématique de la "base de données qualitatives"

La première question est donc de savoir comment on active et comment on désactive les extraits.
Il y a trois approches possibles et complémentaires pour activer ou désactiver les extraits :
•    On peut choisir de ne garder actives que certaines thématiques
•    On peut choisir de ne garder actifs que certains entretiens en les choisissant individuellement
•    On peut choisir de ne garder actifs que certains types d’entretiens, en se basant sur les caractéristiques de la base de données.
D’un point de vue graphique, Sonal offre une représentation très intuitive des filtrages puisque les analyses portent sur les extraits “allumés” repérables dans le “mur” du corpus.

Corpus filtré (certaines thématiques et certains entretiens sont désactivés)

Filtrer par thématique

Pour allumer ou éteindre une thématique, un clic gauche sur la thématique considérée dans le volet thématique à gauche de la page suffira. Pour ne garder que cette thématique, utilisez un clic droit. Pour rallumer ou éteindre toutes les thématiques, cliquez sur le bouton on/off situé en haut à gauche du volet thématique. Dans la page de corpus, les extraits dont la thématique a été désactivée disparaissent.

Filtrer par entretien

Les entretiens s’allument et s’éteignent individuellement en cliquant sur le bouton on/off situé à l’extrême gauche de la ligne de l’entretien dans le corpus. Là aussi, le clic droit revient à isoler l’entretien en question et le bouton on/off situé en haut du volet consacré aux entretiens permet l’activation/désactivation collective des entretiens. Un entretien désactivé reste visible mais ses extraits sont grisés.

Filtrer par variables

Le filtrage par variables revient au même que le filtrage par entretien mais procède de manière collective. Au lieu d’activer ou de désactiver les entretiens individuellement, vous pouvez le faire au regard de leurs caractéristiques. Cette fonction passe par l’affichage du tri à plat, qui va vous donner la composition de votre corpus pour les différentes variables.

Après avoir déplié les variables, le clic gauche vous permettra d’allumer ou d’éteindre les entretiens. Attention, ici, le clic droit vous permettra de modifier l’intitulé de la modalité. Le bouton on/off situé en haut du volet vous permettra de remettre le filtrage à zéro.

Filtrage des entretiens en fonction de leurs attributs

En cumulant ou non les caractéristiques de filtrage, vous pourrez donc très facilement sélectionner une collection d’extraits que vous pourrez soumettre à l’une des approches proposées par le logiciel, à commencer par la plus simple, l’analyse thématique, que nous verrons dans le prochain billet.

 

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Les fonctions d’encodage ont évolué

De nouvelles vidéos sont en ligne sur le site de Sonal, qui expliquent comment l’utiliser pour encoder vos entretiens, et qui présentent les nouvelles fonctionnalités en la matière.

Avec les retours des utilisateurs, j’ai constaté que nombreux étaient ceux qui étaient tentés par la solution consistant à n’utiliser Sonal que pour retranscrire les entretiens, en bénéficiant des fonctions de dictée, mais sans procéder au découpage ni à la thématisation de la bande. Or le logiciel n’était pas vraiment pensé pour ça. Bien que je trouve un peu dommage de ne pas profiter des fonctions de thématisation de Sonal, j’ai donc adapté le logiciel à cette perspective, pour permettre de retranscrire intégralement les entretiens en se souciant a minima du découpage de la bande.

La vidéo ci-dessous explique donc comment retranscrire les entretiens à l’intérieur de la page de lecture, centrée sur le texte :

Parallèlement, les fonctions d’encodage de la bande son ont été améliorées, avec un système d’encodage “à la volée” qui permet de découper, de thématiser et d’annoter la bande au fur et à mesure de l’écoute. Ces nouveautés sont présentées dans cette vidéo :

ça se regarde et ça s’essaye… 🙂

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Allégez vos corpus Sonal

Plusieurs utilisateurs m’ont fait part des difficultés que leur pose le poids des fichiers son utilisés par Sonal. Le fait est que, pour pouvoir afficher le spectre sonore des entretiens, il faut utiliser des fichiers non compressés, c’est-à-dire en WAV, qui peuvent peser jusqu’à 350 Mb de  l’heure dans une configuration 16bits  Mono 44100Hz. A ce tarif, les Giga défilent rapidement.

Depuis la version 1.1.1, il est dorénavant possible de travailler dans Sonal avec la plupart des formats de fichiers son (mp3, Wma etc…). Au moment de l’importation de l’entretien, il suffit de choisir les autres extensions.

Sonal va les importer et les lire correctement, mais il ne pourra pas les dessiner comme les fichiers WAV. Cela n’a qu’un seul inconvénient, c’est que vous allez devoir travailler en aveugle puisque les inflexions du volume sonore, très utiles au moment de la retranscription, ne sont pas disponibles. De même, la dictée automatique ne sera pas accessible.

En l’état, je ne suis pas sûr de recommander de travailler directement avec des fichiers compressés. Si vous devez retranscrire vos entretiens, je vous recommanderais donc plutôt de travailler d’abord avec les fichiers WAV en phase de retranscription, avant, une fois la retranscription finie, de substituer un fichier compressé au fichier WAV, pour alléger le corpus.

Voici comment vous y prendre pour changer de fichier son.

Pour substituer un fichier Mp3 (ou autre) à un fichier WAV, il suffit de placer la version compressée dans le même dossier que l’original puis, dans la page d’informations sur les entretiens, de cliquer sur l’extension (*WAV) et de choisir l’extension du fichier compressé dans le menu qui s’affiche en dessous.

 

Ceci fait, vous pouvez vous débarrasser de l’ancien pour diminuer le poids du dossier projet (gare quand même aux fausses manipulations).

Une autre méthode peut être de demander l’ajout d’un entretien et de rechoisir le même entretien, mais dans un autre format. Sonal vous pose alors la question suivante :

Si vous répondez oui, Sonal vous proposera de supprimer l’entretien de l’ancien format :

Faites très attention en utilisant cette fonction, assurez-vous au préalable que le fichier au format compressé est valide ou que vous avez une copie de vos fichiers son quelque part.

Une fois la substitution réalisée, le message suivant apparaît :

En opérant ainsi, vous pourrez substituer progressivement, au fur et à mesure des retranscriptions, des fichiers compressés aux fichiers WAV de votre corpus.

 

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Resynchroniser un entretien

La version 1.0 de Sonal permet dorénavant de réintégrer dans un corpus Sonal des entretiens déjà retranscrits hors de l’application et de les y découper pour les mettre en forme comme s’ils avaient été retranscrits dans Sonal. Cette tâche revient à “resynchroniser” le texte et le son.

Cela peut vous permettre, si vous découvrez Sonal au milieu d’une recherche, d’intégrer des entretiens déjà retranscrits dans votre corpus, pour pouvoir les soumettre au même cadre analytique que les nouveaux, que vous saisirez dans Sonal.

Cela présente également l’intérêt, si vous ne retranscrivez pas vous-mêmes vos entretiens (bienheureux…), de tirer profit des fonctions de synthèse et d’analyse de Sonal.

Dans tous les cas, avant de commencer, il vous faut donc un fichier son (pour l’instant au format WAV mais Sonal tolérera très bientôt tous les formats lisibles par Windows Media Player) et le texte retranscrit qui va avec, soit dans Word (format *.doc ou *.docx), soit sous forme de texte brut (*.Txt). Les mises en forme n’étant pas conservées lors de l’importation, les deux formats sont indifférents.

Je précise que le fichier son est encore indispensable et que Sonal ne peut pas (encore) servir à indexer thématiquement du texte. Cela viendra à terme mais, pour ne pas m’éparpiller, je privilégie le travail sur support audiotextuel. Si vous souhaitez découper du texte seul, il existe un certain nombre d’outils, dont plusieurs gratuits (Weft-Qda notamment). Je vous renvoie à la page très complète de Christophe Lejeune qui en recense un grand nombre.

Etape 1 : Importer la bande…

La réintégration d’un entretien déjà retranscrit dans Sonal suppose au préalable que la bande son soit intégrée au corpus. Suivez exactement la même démarche que si vous vouliez le retranscrire manuellement. Pour mémoire, l’importation d’une bande sonore peut se faire soit à l’aide du menu “entretiens”, soit directement à l’aide du bouton de raccourci :

Vous avez donc ajouté la version sonore de votre entretien au corpus. Il se trouve en bas de votre corpus, comme dans l’exemple ci-dessous  :

Etape 2 : Importer le texte de la retranscription

Pour lui associer du texte, ouvrez la page de lecture de l’entretien.  Pour ce faire, le plus simple est encore de cliquer sur le petit bouton représentant une page de texte à la droite de l’entretien.

Une fois dans la page de lecture, dans le menu “Entretiens”, choisissez, en fonction du format du fichier qui contient la retranscription de l’entretien l’un ou l’autre des items du menu. Vous avez deux formats possibles. Si votre fichier est au format word, choisissez “doc ou docx”. Si vous n’avez pas Word, exportez votre fichier dans le bloc note au format *.txt et choisissez ce format pour l’importation.

Ciblez le fichier qui contient les retranscriptions, choisissez “ouvrir”.

Attention, si vous aviez déjà commencé à encoder le fichier, tout ce que vous avez fait sera écrasé!  Un message vous prévient au cas où. Assurez vous de ne pas faire de fausse manipulation.

Après importation, le texte du fichier va être associé à l’entretien dans un seul et unique extrait dénué de thématique, dont la durée sera égale à celle de l’entretien. La barre de navigation en haut de la page se strie de gris (ce qui renvoie à l’absence de thématique) et le texte de l’entretien apparaît dans son intégralité :

Dans le corpus, l’entretien aura cette apparence :

En l’état, il ne sert pas à grand chose d’avoir un extrait gigantesque. Il va falloir le redécouper progressivement.

Etape 3 : redécouper l’entretien

Pour ce faire, il faudra utiliser la même méthode que pour placer des points de synchronisation. La petite différence étant que vous utiliserez préférentiellement la fonction découper au niveau des points de synchronisation que vous aurez repérés.

Les choses se passent donc dans la page de lecture. Je poursuis avec mon exemple. La première question de l’entretien portait sur un bref rappel des étapes de la carrière des personnes.  Une thématique descriptive nommée “récit du parcours” me permet  de repérer ces passages rétrospectifs.

A la lecture, je m’aperçois qu’après un certain temps passé à décrire le – long – parcours du répondant, l’entretien change de sujet et aborde la description détaillée de son activité présente. C’est donc le moment de changer de thématique, de clore le premier extrait et d’en débuter un nouveau.

Pour ce faire, je vais utiliser la méthode du point de synchronisation.

La première chose à faire est d’activer le mode synchro :


Ensuite je vais cliquer sur le premier mot du nouvel extrait que je veux placer (Clic droit depuis la version 1.5.3). Le menu contextuel aura cette apparence :


A ce stade, je me suis contenté de lire le texte et la bande n’est pas synchronisée avec le texte. Pour faire en sorte que le découpage du texte corresponde à celui du son, la première chose à faire est d’utiliser le bouton en forme de loupe  situé à droite du menu. Celui-ci va me placer dans le son aussi près que possible de la position dans le texte.

La qualité du placement peut varier en fonction de la variation du débit et surtout de la distance à la dernière position connue. Il est plus rapide et efficace de renseigner périodiquement la position dans la bande (en plaçant des points de synchronisation aux passages intéressants) que de rechercher en une fois la position de passages éloignés de 10 à 20 minutes.

Ajustez au besoin la position dans le lecteur sonore pour le “caler” sur le passage textuel qui marquera la frontière entre les deux extraits. Il n’est pas nécessaire d’être exactement à la position donnée, puisque vous pourrez toujours recaler le point de jonction des extraits. Placez-vous grosso modo à l’endroit voulu.

Recliquez sur le premier mot du nouvel extrait et choisissez cette fois-ci le bouton en forme de ciseaux. L’extrait est scindé en deux parties de part et d’autre du mot choisi. Vous avez donc deux extraits.

En retournant en arrière, je peux affecter la thématique idoine au premier extrait (la petite flèche en bout de ligne fait apparaître un menu permettant de choisir la thématique):

En renouvelant la démarche sur la portion suivante, que l’on va redécouper en deux en choisissant un nouvel extrait, on procédera progressivement à la resynchronisation de tout l’entretien. Le premier découpage peut d’ailleurs être assez rudimentaire, puis affiné au fur et à mesure. Les fonctions de synchronisation sont ainsi faites que vous pouvez revenir sur tous les choix faits…

 

 

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Utiliser la page de lecture (reader)

La page de lecture vous offre une nouvelle manière de lire et de travailler vos entretiens.

Ouvrir la page de lecture

Le bouton d’accès à la liseuse est placé immédiatement à droite de celui de la page d’écoute, à la fois dans la page de détails concernant les entretiens et dans la page de corpus.

Le bouton représente une page de texte :

 


La page de lecture a cette apparence :


Elle contient, dans sa partie supérieure, la représentation graphique de la bande sonore avec les extraits symbolisés par un marqueur coloré. Dans la partie inférieure, le texte des extraits, avec un chapeau rappelant leurs caractéristiques et leur thématique. Entre les deux, une barre de synchronisation, que l’on affiche en cliquant sur le bouton Synchro.

Confort de lecture

La liseuse vous offre les fonctions usuelles de mise en page (police, taille de police, espacement, nombre de colonnes). Les boutons dédiés sont juste au dessus du texte.

Par défaut, la page est volontairement étroite, pour améliorer le confort de lecture, mais vous pouvez l’élargir en déplaçant la bordure droite du cadre qui contient le texte.

 Se déplacer dans le texte et/ou le son.

La liseuse est le fruit d’un long travail de développement qui s’est focalisé sur la facilité d’utilisation. La difficulté étant que cette page vous permet de prendre connaissance de deux matériaux continus simultanément : du son et du texte. Sans intervention de l’utilisateur, les deux s’écoulent indépendamment l’un de  l’autre. Il faut donc connaître un minimum les fonctions disponibles pour faire en sorte de pouvoir facilement écouter ce que l’on lit et réciproquement. Voici donc quelques conseils utiles.

Pour vous déplacer dans le texte, utilisez la molette de la souris ou l’ascenseur sur la droite de la page, comme dans n’importe quel traitement de texte. Pour écouter un extrait, vous pouvez ensuite cliquer sur le gros bouton play situé à gauche du chapeau.

Cependant, pour effectuer des déplacements rapides, le plus simple est de cliquer directement sur les extraits dans le spectre de l’entretien qui est en haut de la page. Vous disposez d’une sorte d’ « ascenseur horizontal » qui vous permet de vous déplacer précisément dans le texte, il ne faut pas s’en priver.

Vous pouvez également utiliser les flèches “précédent” et “suivant” de part et d’autre du bouton Play pour sauter d’extrait en extrait.

Lorsque vous êtes perdu dans le texte ou dans la bande (ou si – pour des raisons mystérieuses-, vous ne voyez plus rien), ces fonctions vous permettent de vous retrouver très facilement.

Pour vous déplacer dans la bande  :

Lors d’un premier clic sur un extrait, quel que soit l’endroit choisi à l’intérieur de celui-ci,  le texte et la bande se positionnent au début de l’extrait. Si vous recliquez un peu plus loin sur l’extrait déjà choisi, la bande se positionne cette fois-ci précisément là où vous avez cliqué et le texte se positionnera aussi près que possible de la position correspondant au passage écouté. Sonal analyse le débit moyen de l’entretien et en déduit la position probable dans le texte, en se basant sur le dernier point de synchronisation connu. Aussi, la qualité du positionnement dans le texte est fonction de la qualité du maillage temporel : si vous êtes dans un long ou un très long extrait sans point de synchronisation, le système d’inférence positionnelle peut se tromper de plusieurs lignes. Plus le maillage est étroit (i.e. les extraits sont courts ou des points de synchronisation sont placés à intervalles réguliers), plus le placement est précis.

Vous pouvez aussi utiliser tous les boutons play qui figurent sur la page pour écouter et/ou lire un passage considéré : Cela vaut pour les boutons  placés en tête des extraits  comme pour les points de synchronisation placés dans la barre de synchronisation ou dans le texte. Il y a donc une multitude d’endroits qui permettent de se recaler pour lire ce que l’on entend ou entendre ce que l’on lit.

Editer le texte

La page de lecture vous permet de réaliser un certain nombre de tâche. Vous pouvez d’abord éditer les extraits pour en modifier le contenu. Pour cela, cliquez sur l’étiquette d’entête de l’extrait (à droite des gros boutons play où sont figurés le rang d’extrait et les bornes temporelles). La fenêtre prend alors cette apparence :

Vous pouvez y saisir le texte, retranscrire à l’aide du mode dictée, changer la thématique etc… Seule l’apparence diffère de la fenêtre de saisie “classique”; pour le reste, le fonctionnement est identique.

Ajouter des points de synchronisation

Le fenêtre de lecture permet aussi d’ajouter des points de synchronisation. Pour savoir comment les ajouter et les modifier, je vous renvoie à ce tutoriel.

Découper les extraits

Le découpage des extraits est rendu possible et repose sur les points de synchronisation. La raison en est simple : si vous avez un extrait sonore de 10 minutes associé à 5 pages de texte et que vous voulez le couper en deux, il vous faudra à la fois découper la bande et le texte. Si vous placez un point de synchronisation au milieu, Sonal saura quelle partie de la bande et quelle partie du texte sont de part et d’autre de ce point. Découper un extrait revient donc à synchroniser le texte et le son à un endroit donné, et définir cet endroit comme début du nouvel extrait.

Si vous voulez découper en deux un extrait, la méthode est donc strictement la même que pour placer un point de synchronisation, la seule différence  est qu’il faut choisir le bouton ci-dessous dans le menu qui s’affiche lorsque l’on clique sur le mot choisi :

Si vous voulez qu’un extrait soit découpé de part et d’autre d’un point de synchronisation que vous avez placé, il vous suffit de faire un clic droit sur le point de synchronisation et de choisir ce même bouton dans le menu qui apparaît :

 

Fusionner deux extraits

Puisque l’on peut transformer les points de synchronisation en bornes d’extrait, il est justice que l’inverse soit également possible. Cette opération se réalise (pour l’instant) en faisant un clic droit sur le petit play qui délimite le début des extraits. Le menu ci-dessous apparaît :

Le bouton à choisir a cette apparence.

Il se veut aussi explicite que possible et signifie : transformer le début d’extrait en point de synchronisation. En effet, même si les deux extraits sont fusionnés, il serait dommage de perdre la position chronologique. De plus, le maintien d’un point de synchronisation à la position de l’ancienne bordure d’extrait permet très simplement de rescinder l’extrait de part et d’autre; il suffit de faire un clic droit sur le point de synchro et de cliquer sur le bouton en forme de ciseaux.

En utilisant ces différentes fonctions, vous pouvez donc, pour peu que vous définissiez des points de synchronisation aux endroits stratégiques, redécouper vos extraits à l’infini…

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website