Archives de catégorie : Usages du logiciel

Partagez facilement vos corpus Sonal

Le partage des données qualitatives est un problème auquel s’affrontent constamment les sociologues. Lors des  recherches en équipe, les corpus collectifs sont souvent une juxtaposition de corpus individuels plus ou moins étanches, chacun tendant à construire son analyse sur ses seuls entretiens et il est difficile de partager ses matériaux, au moins sur un plan pratique (les réticences liées à la pudeur sont un autre sujet).  On peut certes se transmettre ses bandes – la numérisation permet d’ailleurs de faciliter cette tâche, même si la taille des fichiers reste un problème, notamment pour l’envoi par mail-; on peut également se transmettre des fichiers word contenant les retranscriptions mais chacun sait le temps que peut prendre l’écoute ou la lecture complète d’un corpus d’entretiens. Il est donc généralement long et fastidieux d’entrer dans les matériaux de quelqu’un d’autre.

Sonal vise à réduire autant que possible cette difficulté cognitive. Comme tout est fait pour permettre une appréhension globale des matériaux, et que les fonctions de tri par thématique et/ou par attributs des répondants permettent une approche très synthétique de leur contenu, partager un corpus Sonal est sans doute plus intéressant que partager simplement des enregistrements ou leurs retranscriptions. On offre en tout cas au récipiendaire du corpus certains moyens de s’approprier plus rapidement le contenu des entretiens.

Comment partager son corpus?

Le fait que Sonal fonctionne en “adresse relative”, c’est-à-dire que tous les fichiers d’un corpus soient contenus dans un seul et même dossier, facilite considérablement la tâche. Recopiez le dossier qui contient votre corpus sur un disque dur externe (par exemple), transmettez le à un tiers, en ouvrant votre corpus, il le retrouvera exactement comme vous l’avez laissé. Le seul inconvénient est évidemment qu’un dossier de projet dans Sonal est généralement très lourd, du fait de la présence des fichiers WAV, même de qualité minimale (comptez au minimum 1 Go pour une vingtaine d’heures d’entretiens). Il est donc techniquement fastidieux de partager de tels volumes de données via Internet (même si ce n’est pas impossible).

La dernière version de Sonal (0.0.52) offre une alternative intéressante car elle est capable de fonctionner en “mode muet”, c’est-à-dire que l’absence de fichier WAV n’entrave plus l’ouverture des corpus. Toutes les fonctions restent accessibles, hormis bien sûr l’écoute des différents passages. Dans le cas d’entretiens intégralement retranscrits, l’envoi d’un corpus – même “muet” – présente donc l’avantage de permettre de partager la vue synthétique des matériaux et le système de tri qu’offre Sonal. L’intérêt est en l’occurrence qu’en l’absence des fichiers son, un corpus ne pèse presque rien et qu’il est loisible de l’envoyer par mail…

Comment partager un corpus “muet” par mail?

Partager un corpus muet revient à envoyer tous les fichiers d’un projet, à l’exception des enregistrements. Une méthode très simple pour ce faire est d’utiliser la fonction qui permet de créer des dossiers de sauvegarde.

Cette fonction vise à sauver  les fichiers qui représentent un travail de saisie de la part de l’utilisateur : les fichiers de retranscription (Rtr) surtout, mais aussi le fichier de Corpus (Crp). Elle crée, dans le répertoire de projet, un nouveau dossier qui ne contient que les fichiers en question et qui porte par défaut le nom “Sauv” suivi de la date du jour en ordre inversé (année, mois, jour) mais vous êtes libres de le nommer comme bon vous semble.

Ce dossier contient donc un corpus qui peut être ouvert dans Sonal. Du fait de la présence des fichiers Rtr, on y retrouvera tous les extraits, leurs thématiques, leur position, la base de données etc. Ce dossier,  très léger car il ne contient que des fichiers textes, peut ensuite être zippé (clic droit –> envoyer vers –> dossier compressé) et envoyé par mail.

A la réception, il suffit de dézipper le dossier et d’ouvrir le fichier corpus (Crp) qu’il contient. Toutes les fonctions de tri et d’analyse peuvent être utilisées, le corpus peut même être modifié. Attention cependant, le récipiendaire n’aura pas les images des spectres sonores des entretiens dans son corpus car les fichiers d’image (Bmp) ne sont pas ajoutés lors de la sauvegarde automatique. Le corpus aura donc cette apparence:

Si ces questions d’esthétique vous taraudent, sachez qu’il suffit de recopier tous les fichiers Bmp du corpus dans votre dossier avant de le zipper et le tour est joué. Cela devrait légèrement l’alourdir cependant.

Pareillement, les fichiers mémorisant les parties lues (*.Lct) ne sont pas ajoutés à la sauvegarde. A moins de souhaiter ardemment qu’un tiers vienne jeter un oeil sur votre travail d’écoute, vous n’avez pas vraiment de raison de les partager…

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Enregistrez directement vos entretiens dans Sonal

La version 30 vous permet dorénavant d’enregistrer vos entretiens directement dans Sonal. Cela implique que vous réalisiez vos entretiens avec votre ordinateur, ce qui peut être pratique dans la mesure où votre micro de web cam peut éventuellement faire l’affaire. Attention cependant, réaliser un entretien avec un ordinateur n’est pas tout à fait neutre en termes méthodologiques. J’ai personnellement utilisé cette méthode durant mes recherches doctorales et, à l’expérience, et je pense important de donner certains conseils aux utilisateurs peu familiers des entretiens qualitatifs.

Il est très important d’éviter tout parasitage durant l’entretien. L’enregistrement est souvent un aspect délicat à aborder avec l’interviewé; il faut un certain tact pour obtenir l’autorisation d’enregistrer, ce qui demande parfois de justifier l’utilité d’une telle pratique : le meilleur argument étant généralement que cela évite une prise de note constante qui nuit à la fluidité de la conversation.

Cette discussion introductive peut parfois créer un léger malaise en début d’entretien. Le dictaphone crée parfois un point de fixation qui détourne l’attention des locuteurs. La petite diode rouge signifiant l’enregistrement semble parfois légèrement hypnotique pour les locuteurs, ce qui retarde d’autant le moment où l’interviewé finira par relâcher son auto-contrôle… et dire des choses intéressantes.

Un ordinateur peut être encore plus perturbant.Il est d’abord beaucoup plus volumineux, ce qui implique qu’il peut être plus difficile à oublier s’il est posé sur une table entre vous et l’interviewé, mais il est surtout interactif, ce que n’est pas le dictaphone qui ne fait qu’une et une seule chose : enregistrer.  Autrement dit, un ordinateur risque aussi de détourner votre attention. Or, si l’interviewé a l’impression que l’ordinateur vous intéresse plus que lui, il répondra à vos questions de manière expéditive et le profit spécifique que l’on retire de l’entretien comme conversation risque de disparaître. Il est donc important d’accorder à la machine une attention limitée. A cette fin, je vous recommande de ne pas placer l’ordinateur entre vous et l’interviewé mais de trois-quarts, légèrement en biais, afin que l’interviewé puisse avoir un oeil sur l’écran en se décalant légèrement. Il faut donc à la fois dégager l’espace entre vous et l’interlocuteur et lever ses craintes éventuelles sur ce que vous faites sur l’ordinateur.

Voici comment vous y prendre pour enregistrer un entretien dans Sonal.

Avant toute chose, vous devez créer ou ouvrir un corpus. Ce corpus définira notamment l’endroit où sera enregistré le fichier que vous allez créer (il sera positionné dans le même dossier que le fichier *.Crp). Il vous fournira également les thématiques que vous pourrez affecter aux extraits isolés en cours d’enregistrement (cf. ci-dessous).

L’enregistrement d’un nouvel entretien se lance avec ce bouton :

ou depuis le menu :

Vous arrivez sur la page d’enregistrement :

La première chose à faire est de régler le volume sonore. Lorsque le curseur indique un volume adapté (ni trop faible, ni saturé), vous pouvez démarrer l’enregistrement.

La fenêtre de définition des caractéristiques de l’enregistrement apparaît :

Pour pouvoir lancer l’enregistrement, vous devez impérativement nommer le fichier que vous allez enregistrer.

Cette page vous permet également de définir les caractéristiques du fichier :

– la fréquence (11025Hz par défaut)

– le nombre de canaux (Mono par défaut, la stéréo est possible mais déconseillée dans le cas d’enregistrement d’entretiens)

L’interface vous informe sur l’espace restant sur le disque ou le périphérique où vous allez enregistrer votre fichier et vous précise combien de temps de bande est à votre disposition en fonction du format utilisé.

Après avoir défini le nom du fichier et choisi son format, vous pouvez lancer l’enregistrement.

L’interface prend alors cette apparence :

Vous pouvez alors laisser “tourner la bande” jusqu’à la fin de l’enregistrement, que vous signifierez simplement en cliquant sur le bouton stop (en l’état, on ne peut pas faire “pause”; la fonction existe mais elle n’est pas totalement au point).

Une fois l’enregistrement terminé, l’entretien est automatiquement ajouté au corpus courant et chargé.

Si vous souhaitez gagner du temps dans vos retranscriptions, vous pouvez placer des marqueurs en cours d’enregistrement, c’est-à-dire prédéfinir les extraits et éventuellement leur affecter une thématique.

Pour ce faire, vous pouvez cliquer sur le bouton ci-dessous, ou simplement taper entrée, en notant que le curseur doit être dans la zone de texte vouée à la saisie des notes pour que la touche entrée fonctionne :

Ce faisant, vous définissez la fin de l’extrait, auquel sera ajouté le texte contenu dans la zone de texte. Les différents extraits découpés apparaissent par la suite par ordre chronologique inversé. En cliquant sur les petites flèches en bout de ligne, il vous est possible d’affecter une thématique aux extraits :

Ces fonctions peuvent vous permettre de gagner beaucoup de temps dans vos recherches, mais – une fois encore – elles nécessitent un certain contrôle de la part de l’utilisateur, qui ne doit pas se laisser perturber par l’ordinateur en cours d’entretien…


Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

De l’usage des thématiques dans Sonal

Le système de retranscription de Sonal suppose de chapitrer les entretiens en découpant successivement des portions de bande à retranscrire. Afin de faciliter le travail d’analyse, ces différents extraits peuvent être “thématisés”, c’est à dire qu’ils peuvent se voir affecter un code couleur ainsi qu’un intitulé qui permettra de les décrire afin de faciliter les recherches et le tri des extraits.

Pour créer des thématiques dans un corpus, il faut soit aller dans le menu thématiques puis choisir gérer les thématiques, soit cliquer sur le raccourci dans l’onglet des thématiques (cerclé en rouge ci-dessous)

Dans la fenêtre qui s’ouvre, il faut ensuite cliquer sur “ajouter une thématique”, en définir la couleur et le nom, puis valider. Il n’y a que 13 couleurs disponibles (pour des raisons de transparence) mais les utilisateurs peuvent créer jusqu’à 99 thématiques différentes par corpus. Les usages possibles sont très nombreux et voici quelques suggestions.

Au sens premier, les thématiques servent à  décrire le contenu des échanges. La grille thématique gagnera donc à cadrer avec les différents sujet du guide d’entretien. En pareil cas, on a rarement besoin d’en avoir beaucoup plus de 10 ou 15, car plus les thématiques sont précises, plus il devient difficile de les affecter.

Cela dit, si le protocole d’enquête prévoit des entretiens directifs, il devient possible de créer une “thématique” par question et de colorier de la même teinte toutes les questions portant sur un même sujet. A ce sujet, je recommande d’utiliser un code couleur spécifique (ou pas de couleur) pour isoler les questions posées par l’intervieweur (ceci afin de pouvoir ne pas les inclure dans l’analyse lexicométrique). Bien sûr, cela ne vaut que pour les questions longues; il serait extrêmement fastidieux d’isoler toutes les relances par exemple…

On peut également utiliser les thématiques dans le cadre des récits de vie. Pourquoi ne pas affecter à chaque étape du parcours une thématique particulière?

Bref, les solutions sont nombreuses et je compte sur les utilisateurs pour imaginer de nouveaux usages. Si vous avez des pratiques originales avec les thématiques dans Sonal, n’hésitez pas à les mentionner dans les commentaires, elles pourront inspirer d’autres utilisateurs

Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website

Débuter dans Sonal

En réponse à plusieurs sollicitations, voici comment il faut s’y prendre pour débuter dans Sonal.

Je pars du principe que le logiciel a été téléchargé et correctement installé.

1. Conversion des fichiers sons

La première chose à faire est de convertir vos fichiers sons (généralement mp3 ou WMA) au format WAV, si besoin.

Il existe beaucoup d’outils gratuits qui permettent de faire cela. Le plus complet et le plus simple que j’aie trouvé s’appelle Free Mp3 Wma Converter. Vous pouvez y intégrer toutes sortes de fichiers son et choisir un format de sortie.

Quel format choisir?

Sonal fonctionne avec du Wav, soit, mais il existe plusieurs types de fichiers WAV. Leur qualité détermine leur poids. Trois paramètres entrent en ligne de compte :

– le nombre de pistes (mono ou stereo)

Dans Sonal, il est inutile (voir déconseillé) d’utiliser des fichiers Stéréo. Leur affichage n’est pas prévu partout et leur poids est deux fois supérieur aux fichiers mono. Le mono est donc très très vivement conseillé.

– le type d’encodage (8, 16, 24 ou 32 bits)

Dans le cadre de l’analyse d’entretiens, il est parfaitement inutile d’utiliser des fichiers encodés en plus de 16 bits. Le format 16 bits correspond déjà à une bonne qualité de son. Si vous n’éprouvez pas le besoin d’avoir un son cristallin, vous pouvez descendre en 8 bits. Cela affectera légèrement le son (qui sifflera un peu plus), mais cela vous fera économiser de la place et accélèrera le travail du logiciel. En d’autres termes, le 8 bits est conseillé.

– la fréquence (44100 Hz pour une qualité CD).

La fréquence permet là aussi de jouer sur la qualité sonore et le poids des fichiers. Tout dépend de la qualité originelle de vos enregistrements. S’il y a beaucoup de bruits de fond, baisser la fréquence rendra l’écoute plus compliquée. Là encore, c’est à vous de faire des arbitrages entre qualité sonore d’une part et poids du fichier et vitesse de sonal d’autre part. Vous pouvez descendre jusqu’à 11025 hz pour diminuer par 4 le poids de vos fichiers ou vous en tenir à 22050 pour conserver une qualité suffisante

2. Créer un répertoire de projet

Pour constituer un corpus, vous devez réunir tous vos entretiens à l’intérieur d’un seul et unique répertoire, que l’on appellera répertoire projet. Ce dossier contiendra non seulement vos fichiers audio, mais aussi votre fichier corpus et tous les fichiers créés dans le cadre de la retranscription.

3. Créer un nouveau corpus

Vous pouvez maintenant lancer Sonal. La page d’accueil apparaît. Sélectionnez “Nouveau projet” (cf. ci-dessous)

Vous pouvez aussi fermer cette fenêtre et, depuis la fenêtre principale qui s’ouvre alors, sélectionner “nouveau corpus” dans le menu corpus :

La boite de dialogue qui s’ouvre alors correspond à un “enregistrer sous”.

Sonal vous demande comment s’appellera et où sera positionné le projet que vous voulez créer. Naturellement, il faut l’enregistrer dans le répertoire projet qui contient vos entretiens.

Ceci fait, vous avez un projet vierge. La page principale a cette apparence :

Elle ne contient ni entretien, ni thématique.

4. Ajouter des entretiens

Pour ajouter des entretiens, cliquez sur le menu “entretien” puis “ajouter un entretien” (Vous pouvez aussi cliquer directement sur le bouton cerclé de rouge dans l’image ci-dessous).

Puis, sélectionnez votre entretien.

Le processus d’ajout d’un entretien se déroule en plusieurs étapes. L’entretien est d’abord chargé, ce qui peut prendre quelques secondes. Il est en fait dessiné intégralement une première fois, ce qui permet de gagner du temps lors des ouvertures suivantes. Si c’est un peu long, il faut donc s’armer de patience.  Les fois suivantes, ce sera quasi-instantané.

Pour la suite, je vous renvoie aux vidéos de présentation :


Alex Alber

Sociologue. Maître de Conférences à l'Université F. Rabelais de Tours/ Laboratoire CITERES (UMR CNRS) Chercheur associé du Centre d'Etudes de l'Emploi.

More Posts - Website